accueil-mdg1.gif (1380 octets)

ASSOCIATION NATIONALE DES ANCIENS COMBATTANTS  ET AMIS DE LA RÉSISTANCE.

Comité d'Ille-et-Vilaine

CHATIER LE RACISME ET LE NEGATI0NNISME
 

(Congrès de Grenoble 2004)
La connaissance de la Résistance reste notre arme essentielle contre racistes et négationnistes, mais ne saurait dispenser les législateurs et la justice de leur devoir. L'antisémitisme et les provocations anti-musulmanes traduisent en fait l'hostilité à la Libération de la France, le regret que le nazisme ait été balayé par les Alliés. Il n'y a en effet qu'un seul racisme (des tombes catholiques ayant également été profanées dans des cimetières) que doivent combattre l'éducation mais également la législation. Il ne suffit pas de nettoyer les sépultures profanées, il faut faire comprendre aux jeunes, par l'enseignement, que se livrer à de telles infamies c'est « devenir les clones des bourreaux d'hier ». A l'occasion du 60ème anniversaire de la Libération de Strasbourg, le premier ministre a pris devant une grande foule et de forts détachements militaires l'engagement de rendre plus sévère la législation réprimant de telles activités. Au moment où nous rédigeons le présent article, la France est profondément choquée, blessée par les déclarations du nommé Le Pen, qui, le 12 janvier, a considéré que l'occupation allemande avait été peu répressive, que la Gestapo avait plutôt protégé la population civile, que les camps de concentration étaient en fait (c'est absolument le sens de ce qu'il a dit) la solution valable à l'égard des prisonniers (politiques) ; il a bien entendu mis en cause la vérité historique sur le massacre d'Oradour, bien que l'histoire précise et rigoureusement irréfutable en ait été établie notamment par Jacques Delarue, maintenant membre de notre Comité d'Honneur, dans son livre : « Trafics et crimes sous l'occupation ».
Après la publication dans un grand quotidien du soir d'une apologie délirante de Pétain, la Cour de Cassation, après bien des péripéties en tous les degrés inférieurs de la Justice, jugea que faire l'apologie du crime c'est faire l'apologie du criminel, donc tomber infailliblement sous le coup de la loi, ce qui enfin de compte fut fait et trancha l'interminable débat où certains moments virent des apologistes et négationnistes esquisser de façon peu habile le procès de la Résistance ! La loi doit être précisée, renforcée. Après les déclarations précitées de Le Pen, le Garde des Sceaux l'a de nouveau envisagé. Que l'on se décide donc à légiférer avec toutes les précisions empêchant la moindre échappatoire sur le fait que de 1940 à 1944 (nous disons bien : depuis 1940), la Wehrmacht, les SS, la Gestapo, le S.D...multiplièrent sur l'ensemble du territoire national crimes de guerre et crimes contre l'humanité.
Que la Cour Européenne de Justice cesse de prendre des arrêts comme celui qui récemment tenta de s'opposer à la condamnation de Papon.
Il s'agit de civisme, de santé morale du pays, de la sécurité et de la dignité de la France.
 

 

 

    accueil-mdg1.gif (1380 octets)

Contact de l'administrateur du site