Plan du site-Liste des biographies

Nous recherchons des témoignages, des documents  ou des photos sur ce résistant write5.gif (312 octets)

 

René Cobac, ou l’insolence à l’égard du RNP de Fougères

Dans la constellation de Félix Bodénan, de Pierre Lemarié fils, de Louis Pétri, gravitent des résistants dont l’histoire ne semble pas avoir retenu les noms : André Allouard et René Cobac. Il existe une part d’arbitraire dans la formation de la mémoire.

René Cobac est né à Fougères le 1er juillet 1921 ; très tôt indisposé par l’envahisseur, il se tourne, à l’âge de 18 ans et demi, vers la Résistance. Contacté par Félix Bodénan, il rejoint les FTPF et exerce de bonne heure la fonction de chef de groupe. A ce moment de la guerre, il reçoit les tracts et les distribue à d’autres groupes. Il entretient des relations avec Félix Bodénan, jusqu’à son arrestation avec Gaston Mentec, avec Pierre Lemarié fils et Constant Gripon. Il est le gardien de la machine à polycopier trois mois durant, sur ordre de Pierre Lemarié.

L’action mémorable est, sans aucun doute, en février 1943, le barbouillage et le bris de la vitre du Rassemblement National Populaire (RNP), avec deux pavés, place de la gare de Fougères.

La bravoure de René Cobac est d’avoir su réagir face aux occupants et à leurs collaborateurs. En effet, ses parents reçoivent la visite de la police allemande, en 1941, pour faire une perquisition. En septembre 1943, sa femme est convoquée, par la police française, car lui-même est réfractaire au STO. Il échappe de justesse, en février 1944, à la milice française, lorsqu’il descend, à Rennes, du car de la compagnie SAFTA. Il a la chance, au dernier moment, d’être libéré par le chef de gare, étant lui-même en possession de sa carte et de son brassard SNCF.

René Cobac a échappé à la déportation ; son travail sur les voies de la SNCF de Fougères accrédite son témoignage visuel de l’arrestation de Marcel L’Armor dans la gare par des soldats allemands. L’Armor était le beau-frère de Gaston Mentec, résistant arrêté, de nuit, avec Bodénan, lors d’une distribution de tracts communistes. La Résistance, à Fougères, est beaucoup une affaire familiale et de grande camaraderie.

Daniel Heudré