Liste des biographies

 

René DESHUEZ, ouvrier aux usines Renault

Evadé du train pour Buchenwald (Allemagne)

 

René, Louis, Marcel Desguez est né le 16 janvier 1913 à Rennes (Ille-et-Vilaine). Il exerce le métier  de chaudronnier formeur, aux usines Renault  Billancourt.  Suite à la distribution de tracts et de matériel de propagande dans l’enceinte des usines, il est arrêté à son domicile à Villepreux (Yvelines), le 1er juillet 1942, par la Police française. Il est condamné par la section spéciale de la Cour d’Appel de Paris à 3 ans d’emprisonnement pour activité communiste. Il est d’abord interné à la Santé  (Paris) du 1er juillet 1942 au 3 mars 1943. Il est transféré à Clairvaux (Aube), du 3 mars au 24 septembre 1943, puis à Melun (Seine-et-Marne) jusqu’au 15 décembre 1943. Il est alors conduit à Châlons (Marne), puis transféré le 24 avril 1944  à la maison d’arrêt de Compiègne (Oise)  jusqu’au 12 mai 1944.

Devant être déporté au camp de concentration de  Buchenwald, Desguez réussit à s’évader du convoi le 12 mai 1944, dans la région de Commercy (Meuse).  D’après  son récit, René Desguez a  pratiqué une ouverture dans le wagon avec l’aide de camarades déportés. Puis il s’est évadé en fin d’après-midi du train en marche avec ses camarades. Puis, l’alerte étant donnée, il réussit à se sauver. A quelques centaines de mètres de la voie ferrée, il plonge dans l’eau d’une rivière pour échapper aux chiens et convoyeurs allemands. Il trouve refuge chez des paysans et, après plusieurs jours, revient à Paris par ses propres moyens. Un déporté du même wagon, Julien Desmars, domicilié aux Lilas (Seine-Saint-Denis), certifie avoir été témoin de l’évasion de Desguez.

René Desguez a milité dans l’organisation de Résistance, Front national, mouvance communiste, à partir du 3 mai 1942. Il retrouve ses activités, de la date de son évasion au 28 août 1944. En fonction de son engagement, il se voit attribuer le titre de résistant déporté.

Source: DAVCC, Caen

Daniel Heudré

10/03/2017