Roger Dodin résistant mort en déportation

(1896-1945)

Nous recherchons des témoignages, des documents  ou des photos sur ce résistant

Plan du site-Liste des biographies

dodin-r.jpg (44129 octets)Fils de cheminot, Roger Dodin est né au Mans le 27 décembre 1896.

Suivant l'exemple paternel, il entre à la SNCF où il travaille en qualité d'ajusteur.

Mobilisé en 1916, il fait deux années de guerre avant de reprendre son emploi aux ateliers de la SNCF à Rennes ; marié le 13 juillet 1920, il est père d'un fils (1) né en 1921 et réside rue de la Gaîté (aujourd'hui rue Roger Dodin) à Saint-Jacques-de-la-Lande.

A partir du 15 juin 1942, il fait partie du groupe de Résistance du Front National, formé par les cheminots rennais et, avec ses camarades, participe à différentes actions : diffusion de tracts et de journaux clandestins, collage d'affiches anti-allemandes, collecte en faveur des maquisards, hébergement de réfractaires au Service du Travail Obligatoire et de FTP.

Sur dénonciation, il est arrêté le 9 décembre 1943 avec son fils -également prénommé Roger, par la SPAC, à son domicile de  Saint-Jacques-de-la-Lande.

Successivement interné à la prison Jacques Cartier à Rennes, Laval et Angers, il est dirigé sur Compiègne et déporté en Allemagne le 24 décembre 1943. Il connaîtra les camps d'Orianenburg et de Mauthausen en Autriche, où il décède le 1er avril 1945.

A titre posthume, une citation à l'ordre du régiment, portant attribution de la Croix de Guerre avec étoile de bronze, a été décernée à Roger Dodin.

  

(1)Roger Dodin fils arrêté lui aussi, était dans le convoi de déportés parti de Rennes le 4 août 1944 (jour de la Libération de la Ville), il fut libéré à Belfort.

   
Sources:
1 Mémoire de Granit