accueil-mdg1.gif (1380 octets)

Liste des biographies

René Gautier déporté

 Né le 19 juin 1922 à Maure-de-Bretagne (35)

En 1940, René GAUTIER a 18 ans.

Il voulait être journaliste. Révolté par la guerre il décide de s engager dans la Résistance.

Il quitte donc sa Bretagne natale pour rejoindre Marseille à vélo !

Apres avoir vendu sa bicyclette pour se faire un peu d argent, il est contacté par le résistant Henri FRENAY, fondateur du bulletin d’information ''Les petites ailes ''.

A partir de juin 1941, il devient agent du bulletin et s'occupe de transporter des feuilles clandestines dans les départements de la zone libre et assure des missions de liaison entre le chef régional et les chefs départementaux du Mouvement.

Il rencontre Jean MOULIN  et participe à des actions de sabotage sur Marseille.

C'est Henri AUBRY (promu chef  d’état major général de l'Armée secrète ) qui l’envoie en mars 1943 à Lyon pour agir dans le cadre du Service des opérations aériennes et maritimes .

Agent du Réseau Action, il assure le transport d’armes à Bordeaux et prend part à des actes de sabotage autour de la petite ville de Chapaize, où il est caché avec d’autres camarades chez l’institutrice de l’école du village.

Toujours en contact avec Henry Aubry, il le rencontre au parc de la Tête-d'Or ou à la Bibliothèque municipale de Lyon.

Le 4 novembre 1943, à la suite d une opération de sabotage réussie, son véhicule est arrêté par un barrage allemand, le coffre est plein de mitraillettes et d’explosifs. Il aurait pu être fusillé sur place mais il est ramené sur Lyon où il est interrogé par la Gestapo en la personne de Klaus Barbie, dans les locaux de l’Ecole de santé militaire; puis interné à la prison Montluc de Lyon. 

Sous le nom de Georges GANDREC, il est emmené à Macon puis à Compiègne pour être déporté.

Il fait partie du convoi du 17 janvier 1944, au milieu de plus de 130 personnes dans un wagon à bestiaux, arrivée à Buchenwald le 19 janvier où il est soumis au travail forcé, puis il est transféré à Mittelbau-Dora où sont construites les fusées V1et V2.

Sous le matricule 40523 (que toute sa vie il saura prononcer en allemand !), il est affecté à  des travaux de manutention et de terrassement dans le tunnel  .Dans la boue  et l’obscurité, sous-alimenté, frappé tous les jours et à moitié nu, il travaille jusqu'à l’épuisement.

Une blessure au doigt tourne mal. Il est amputé sur le champ,  mais il est encore bon à ''servir '  et il est affecté au traitement des fours crématoires. 

Heureusement, la Libération est proche. 

A l’arrivée des Russes, les Allemands emmènent les prisonniers, à pieds, vers le couloir de Dantzig.

Le 15  avril 1945, il est libéré à  Bergen-Belsen et rapatrié sur Paris où il arrive à l’ hôtel Lutétia, en costume rayé de prisonnier pour le rassemblement des déportés survivants. 

Il a été décoré par le colonel RIVIERE de la Croix de Guerre (avec 2 citations avec palme à l’ordre de l’Armée), de l’Etoile d’or du Corps d Armée, de la Rosette de la Résistance, de la Croix du Combattant Volontaire .

Il est officier de la Légion  d’Honneur.

  

Source : Sophie GOUDIER, belle-fille de René Gautier

 

    accueil-mdg1.gif (1380 octets)