Ed: 07/11/2017

g-b.gif (311 octets)

Pierre GEFFROY

 Résistant

Pour enrichir la mémoire du passé, nous recherchons des témoignages ou des documents  sur la Résistance en Ille-et-Vilainewrite5.gif (312 octets)

 

         Pierre GEFFROY est né le 16 novembre 1906 à Bohars (Finistère). Plus tard, il habite 59 rue de Vern à Rennes.

          Il fréquente les écoles laïques de Rennes et obtient son brevet élémentaire, puis il fait une formation d’ajusteur, ce qui lui permet de rentrer comme cheminot aux ateliers de Rennes. Très vite, il adhère à la CGT, puis aux Jeunesses communistes en 1928, puis au PCF en 1934.

         Il fait son service militaire dans l’infanterie et en sort avec le grade de caporal.

         En 1940, après la débâcle, il prend contact avec l’organisation de la Résistance communiste et clandestine  des cheminots, aux ateliers SNCF de Rennes. Il dirige les premiers groupes, assure le recrutement ainsi que le tirage et la diffusion de tracts et de journaux anti allemands.

         Sous le pseudonyme de « André », il devient rapidement responsable du Front National de Libération de la France et des FTPF chez les cheminots, en Ille-et-Vilaine. En 1941 et 1942, il participe à l’élaboration des plans d’attaques  et il en assure le côté technique.

         Suite aux arrestations en septembre 1942 à Rennes, il vit dans l’illégalité.

         Au début de l’année 1943, ses qualités de patriote et de responsable de l’organisation clandestine étant reconnue, Pierre Geffroy est envoyé dans la région parisienne sous le pseudonyme de « Bourgeois ». Il assure le transport de matériel et dirige le service de propagande anti allemande dans la Seine.

         En 1944, il devient un des responsables inter-techniques pour la même zone géographique, se faisant alors appelé « Monvoisin ». Il est en contact avec des responsables nationaux comme Robert Ballanger, Georges Gosnat…

         En mai 1944, il perd le contact avec ses responsables dans la Seine, suite aux arrestations. Il échappe lui-même à 3 arrestations. Il vient rejoindre les groupes FTPF du sud de l’Ille-et-Vilaine et participe aux combats de la Libération.

         Il rejoint son domicile à Rennes le 10 août 1944, la ville ayant été libérée le 4 août 1944.  

         En août 1944, il représente la CGT au CDL (Comité Départemental de Libération). Ce Comité est chargé de mettre en place les instances officielles qui devront diriger le département dans cette période d’après guerre et de préparer les élections municipales, départementales et nationales. Au sein du CDL, il intervient à plusieurs reprises pour demander une épuration plus forte, notamment vis-à-vis des élites économiques compromises.  

         Le 13 mai 1945, il est élu dans la municipalité rennaise dirigée par Yves Milon. Il se retrouve quatrième adjoint du maire.  

         Il devient un des responsables du PCF d’après guerre avec Pérennez et Dupuis.

         Il prend également des responsabilités à la CGT 

         En 1952, Pierre Geffroy abandonne toutes ses responsabilités politiques et syndicales. Il ne réintègre pas la SNCF. Il choisit de devenir représentant de commerce.  

                                                        Renée THOUANEL-DROUILLAS

 Sources : Biographie écrite par Alain Prigent, d’après différents livres sur le CDL (Charles-Louis Foulon), ou sur le FN et les FTPF (Jacqueline Sainclivier). ADIV Dossier 43W140. ADIV, dossier Pétri. 167J40

 07/11/2017