Ed: 07/11/2017

g-b.gif (311 octets)

Roger GOMET

Pour enrichir la mémoire du passé, nous recherchons des témoignages ou des documents  sur la Résistance en Ille-et-Vilainewrite5.gif (312 octets)

 

         Roger GOMET est né le 23 septembre 1912 à Nueil-les-Aubiers dans les Deux-Sèvres. Il est instituteur ainsi que son épouse Marie. Ils ont un fils, Jean-Claude, né en 1938 et, en 1940, une petite fille, Nicole, vient agrandir la famille.  

         Dès le début de l’Occupation, il fait des actes de résistance contre les nazis en diffusant des tracts et des journaux clandestins.

         En juin 1942, il entre dans le mouvement du Front National pour la Libération de la France, puis dans les FTPF (Francs Tireurs et Partisans Français).

         Il milite particulièrement  dans le milieu des instituteurs et des étudiants. Il leur procure tracts et journaux clandestins.

         Il assure plusieurs liaisons entre le groupe de Rennes et celui de Saint-Malo, transportant du matériel de propagande (tracts, journaux) mais aussi du matériel de sabotage.

         Il participe à la formation des jeunes qui souhaitent lutter contre les nazis, il les instruit sur le maniement des armes et sur les techniques de sabotage. Il leur donne tous les conseils de prudence et de discrétion qu’il faut respecter pour pouvoir réussir sans se faire prendre.  

         Son frère Joseph est, lui aussi, très impliqué dans la lutte mais il est arrêté,  emprisonné puis envoyé en déportation. Il n’en reviendra pas.

         Malgré cela, Roger continue la lutte et ses activités dans la Résistance.         

         Il participe aux combats de la Libération de Janzé. Puis, engagé dans les FFI (Forces Françaises de l’Intérieur) il participe aux opérations sur le Front de l’Atlantique comme capitaine de compagnie.         

         Il est démobilisé le 15 août 1946. Il reprend alors son métier d’instituteur et s’implique naturellement dans le syndicalisme et dans la vie politique. Après la scission syndicale entre CGT et FO, les adhérents du SNI (Syndicat National des Instituteurs) refusent de choisir et se déclarent en syndicat autonome.

         A partir de 1948, Roger Gomet sera tête de file de la tendance la plus à gauche et qui s’appelle « Unité et Action » dans la section départementale d’Ille-et-Vilaine. Cette tendance étant minoritaire, il reste longtemps secrétaire adjoint. Mais en 1961, son groupe devient majoritaire et il est élu, naturellement, secrétaire départemental. Sous son impulsion et grâce à une forme nouvelle de fonctionnement qu’il a mis en place, la tendance « Unité et Action » prend de l’importance et sa majorité est renforcée.

         En 1964, Roger Gomet laisse sa place de secrétaire départemental à son ami Tintin Perrigault (ancien Résistant lui aussi) tout en restant militant de base.  

         Il est également militant au sein du parti communiste français. Pendant un mandat, il sera conseiller municipal à Rennes.  

                                                        Renée THOUANEL-DROUILLAS

 Sources : Archives départementales,  fonds Pétri. Dossier 167J41, Témoignage de Tintin Perrigault. Souvenirs personnels.

 07/11/2017