Plan du site-Liste des biographies

Pierre GORIN, un maquisard de la forêt de Lorge (Côtes-du-Nord)

Evadé à Langeais le 6 juin 1944

Pierre, Marie, Jean Gorin est né le 17 juillet 1923 à Saint-Carreuc (Côtes-du-Nord, Côtes-d’Armor). Il s’engage au maquis de Plouguenast (Côtes-du-Nord). Il participe à des sabotages et des coups de main contre l’Occupant. Le 24 juin 1944, alors qu’il effectue le transport d’armes et de munitions entre Plougrescant et Plouguenast avec la voiture de son père, il  tombe sur un barrage allemand. A bord de l’auto,  se trouvent  3 postes de téléphone de campagne allemands et des sacs de tabac raflés à Moncontour et destinés au maquis. Les 3 passagers du véhicule sont arrêtés dans la forêt de Lorge (ou forêt de Quintin) près d’Uzel, puis interrogés par la Feldgendarmerie.

Il est incarcéré à la prison de Saint-Brieuc, puis dirigé à Rennes, au camp Margueritte. Le 3 août 1944, il fait partie du dernier convoi de déportés en partance de Rennes pour l’Allemagne. Le 6 août, il réussit à s’évader à Langeais (Indre-et-Loire), en sautant du train lors du mitraillage par la RAF et sous les tirs des mitrailleuses allemandes. Pierre Gorin parlera, plus tard, de wagons à bestiaux surchargés (60 au lieu de 40 dans chaque wagon).

Carte d’interné politique- Médaille des évadés.

La commune d’Uzel garde la mémoire d’un évènement sinistre: l’école publique  fut l’un des centres de torture de la Bezen Perrot pendant la Seconde Guerre mondiale.

Source: DAVCC, Caen- Mémoire de guerre.

Daniel Heudré

haut2.gif (219 octets)

    accueil-mdg1.gif (1380 octets)

15/03/2017