Plan du site-Liste des biographies

Guillo Vincent

(1889-1945)

guillo-vincent.jpg (27989 octets)Né le 30 janvier 1889 à Crédin (56). Maire de Crédin (56) et  Conseiller général du Morbihan.

 

Le 14 juin 1943 ( lundi de la Pentecôte), au lieu dit Kerfily sur la commune de Crédin, la gestapo arrive au domicile du Maire de Créden, Vincent Guillo Vincent. Les Allemands lui intiment immédiatement l'ordre de se mettre le long du hangar en le tenant en joue et se dirigent directement dans la cave vers des fûts où se trouvaient cachées, des armes pour la Résistance

Le plan de la cache où se trouvaient ces armes était en possession des Allemands.

Comment ce document leur est-il parvenu ?  2 hypothèses:
   - arrestation, dans une gare, d'un membre du réseau qui possédait sur lui ce plan
   - dénonciation.

Suite à cette découverte, les Allemands arrêtent Vincent Guillo, son fils Pierre Vincent (dit Vincent et futur Maire de Crédin) et son neveu Auguste Guillo pour les transférer par la suite à Rennes.

Pierre Vincent Guillo et Auguste Guillo retrouveront la liberté quelques semaines plus tard.

Vincent Guillo est déporté le 4 juin 1944 de Compiègne vers le KL Neuengamme. Matricule 35124. il décède le 15 janvier 1945 à Neuengamme.

Le jour de l'arrestation de Vincent Guillo, le 14 juin 1943, le Père Guénaël (de son nom de famille Thomas ) de l'Abbaye Notre-Dame de Timadeuc ) toute proche de Crédin, et qui faisait partie du même réseau, a également été arrêté.

Dans cette Abbaye, d'après les renseignements que j'ai eus ce jour, il y avait un important dépôt d'armes pour la Résistance connu que de deux religieux. Il m'a été dit également par un des Pères de l'Abbaye que les Résistants s'entraînaient au tir dans leurs caves.

monument-credin

Monument en mémoire de Vincent Guillo , Maire de Créden

Le père Guénaël a été aussi déporté à Neuengamme

Sources:
Michel Renaud