Jean LIGONDAY

Je recherche tout témoignage sur des faits de Résistance en Bretagne avec documents
memoiredeguerre35@yahoo.fr

- Liste des biographies

 

Marie Rose MADELINE, membre de la France combattante

Native de Montfort- sur -Meu (35),  tuée lors d’un bombardement

 

Marie Rose, de son nom de jeune fille Nouyou, est née le 9 février 1902 à Montfort-sur-Meu. Elle rejoint le Réseau Beryl de la France combattante et milite du 1er avril 1941 au 27 mars 1944, date de son arrestation par la Gestapo à Toulouse. La France combattante est le nouveau nom donné, à partir du 13 juillet 1942, au mouvement de la France libre.

En fait le couple Gustave et Marie Rose Madeline s’implique entièrement dans la Résistance.

Leur parcours commence, en 1940,  au sein du mouvement Libération. Gustave en devient le chef départemental du Lot-et-Garonne. Ils poursuivent le combat à Toulouse, à partir d’octobre 1943. Leur domicile au 12, rue de Anges, à Toulouse est le lieu d’émission radio avec Alger, gardé par Rose Marie, à partir du 2 mars 1944. Elle est arrêtée le 27 mars, à 6 heures du matin. Agent P2  chargé de mission de 3ème classe, elle est incarcérée à la prison Saint Michel, à Toulouse, puis à Romainville (Val d’Oise). Sa détention dans les prisons françaises s’échelonne du 27 mars au 25 mai 1944.

Elle se trouve dans le train qui doit la conduire en déportation à Ravensbrück, lorsque le convoi  est bombardé par la RAF (Royal Air Force, Armée de l’Air britannique). L’attaque se produit à Fossoy (Aisne), sur la voie ferrée Paris-Strasbourg ; Rose Marie y trouve la mort. Son corps est inhumé à Château-Thierry (Aisne), puis est ramené, selon la volonté de la famille, au cimetière de Goussainville (Seine-et-Oise). D’après les témoignages, Gustave a été arrêté dans les mêmes dates que son épouse, déporté en Allemagne et rapatrié  en France, puisque lui-même  demande la restitution du corps de son épouse, le 7 octobre 1946.

Daniel Heudré

   
Sources:
1 Mémoire de Granit