RICHARD Alice
Résistante déportée

Alice Richard est caissière depuis quelques années à l'hôtel du Parc, à Quimper quand éclate la seconde guerre mondiale. Des officiers de l'armée d'occupation sont logés dans l'établissement réquisitionné où ils disposent aussi de bureaux. Parlant couramment anglais, Alice échange parfois. dans cette langue avec certains d'entre eux. Anglophile au plus profond de son cœur, la jeune femme entre dans une résistance instinctive, immédiate : elle rédige des tracts anti-collaborationnistes qu'elle fait distribuer. En 1941, elle rejoint le réseau Turma Vengeance dont elle prend la tête à Quimper. Il s'agit d'organiser la confection de faux-papiers pour soustraire des jeunes au STO, le ravitaillement, l'hébergement puis l'évasion de ces réfractaires et d'aviateurs alliés vers l'Espagne.

Les actions se multiplient, les risques, aussi. Un résistant torturé livre son nom : Alice-Armen est arrêtée le 17 mars 1944 alors qu'elle tente de renouer avec d'autres réseaux.

A Ravensbrück où elle est déportée, elle a .beaucoup souffert (surtout de la faim). Cela a été atroce. écrit-elle sobrement. Rapatriée en avril 1945, cette croyante se dit miraculée : .Nous sommes revenues à 300, échangées contre des prisonnières allemandes. Soignée en centre sanitaire à Aix-les-Bains, Alice se remet difficilement. De retour à Quimper, elle reprend pourtant du service, organisant le comité des oeuvres sociales de la Résistance et se dévouant pour les familles de déportés et fusillés finistériens. Elle meurt en 1947. Sans avoir pu ouvrir la librairie dont elle rêvait.

Distinctions: Croix de guerre 1939-45, médaille de la Résistance, diplôme du gouvernement britannique pour l'aide apportée aux aviateurs alliés.

Sources  ACP 27 P6 Caen - Papiers la concernant déposés à la BDIC de Nanterre -Bulletin municipal de Pluguffan: .

 

    accueil-mdg1.gif (1380 octets)