ROBERT  Francis, Lucien, Marie
Déporté résistant

 

Francis ROBERT est né à St-Malo le 15 mars 1919

En 1944, Il sera parachuté, sous le pseudonyme de Raymond,  sur la zone sud de la France dans la région de Puivert dans l'Aude dans la nuit du 9 au 10 avril 1944, (Montpellier) avec le lieutenant Petit et l'adjudant Jeanjean. Il sert en qualité d'opérateur radio. Il est arrêté le 20 juin 1944, par la Gestapo, suite à une dénonciation. Tous les trois seront internés à la prison de la 32ème à Montpellier, pour être ensuite transférés le 31 juillet 1944 avec 22 autres détenus de la 32ème, notamment le colonel Lemerre, le commandant Calvet, Campredon, ainsi que le polytechnicien Freychet. Leur transfert vers Compiègne-Royallieu via Paris (gare de Lyon) durera 7 jours où le dernier acheminement s'effectuera en camion.

Francis fera parti du dernier convoi 265 parti de Compiègne-Rethondes le 17 août 1944 et arrivé le 21 août 1944 au KL Buchenwald   où il est enregistré sous le matricule No 78999. Il reste au KL jusqu'au 13 septembre 1944 où il part avec 480 autres détenus du Kommando Reh dénommé par les déportés le "Kommando de Neu-Stassfurt", près de Magdebourg. Ce Kommando extérieur est situé à 100 Km du KL Buchenwald (30 km au sud de Magdeburg). L'affectation du Kommando était le travail dans les mines de sel et de potasse aussi bien en surface qu'à 450 mètres sous terre pour l'aménagement de salles souterraines liées à la mise au point de l'arme secrète V1 et V2.

Le travail cessa le mardi 10 avril 1945 en raison de la poussée des troupes Russes et les détenus, entre 650 et 700, furent regroupés puis l'évacuation débuta le lendemain 11 avril. Les détenus partirent à pieds, sous le mitraillage de l'aviation. Une marche de la mort les attendaient puisqu'ils marchèrent jusqu'au 8 mai 1945 avant que les 62 survivants du kommando de Neu-stassfurt furent libérés en début d’après-midi, par les troupes soviétiques à Annaberg. Durant ce parcours les déportés firent, entre-autres, une halte de deux jours dans le petit village de Clausnitz (Allemagne) non loin de la frontière tchèque les 24 et 25 avril 1945. Il y faisait très froid et la neige se mit à tomber. Déjà, de nombreux prisonniers qui avaient tentés de s'évader avaient été fusillés par les Allemands et d'autres étaient décédés d'épuisement. Ce fut dans ces circonstances que Francis Lucien Marie Robert, et après avoir subit des sévices avec trois autres camarades, fut fusillé, par les Allemands, avec ses compagnons dans ce petit village de Clausnitz le 26 avril 1945.

À titre posthume :

Sous-lieutenant, Mort pour la France.
Chevalier de la Légion d'Honneur attribué le 10 novembre 1955
Croix du Combattant Volontaire de la Résistance
Médaille de la Résistance
Médaille de la Déportation pour faits de Résistance
Croix de guerre 1939/1945 avec palme à l'ordre de l'armée.

Son nom figure à Saint-Malo:

  • Au Mémorial 1939-1945 à la Cité d'Alet.

  • Sur le monument aux morts.

  • À l'enclos de la Résistance.

Sources: Famille Robert - Mémorial Déportés : Partie I, liste n°265 - AC 21P 531 517 - ADIV 6ETP2/72 - Carphaz

    accueil-mdg1.gif (1380 octets)