Liste des biographies

Thibault Marcel

Résistant Déporté

Je recherche tout témoignage sur des faits de Résistance  en Bretagne avec documents
(
Pour m'écrire)

 

THIBAULT Marcel Francis Eugène,  le mardi 22 novembre 1898 à ROCHEFORT / LOIRE (49).

Professions : Cordonnier puis monteur  aux postes. Marcel Thibault obtient le CEP en 1908 puis effectue son apprentissage de cordonnier chez Monsieur Goubault à Rochefort sur Loire puis est engagé volontaire en 1917. En 1919, il ouvre une échoppe de cordonnier à Tours, place Velpeau. En 1920, il rencontre Henri Venon, militant syndicaliste de la fédération des cheminots, dont il épousera la fille. Il entre alors à la fédération internationale ouvrière qu’il quitte en 1923 pour entrer au parti communiste.

Après avoir passé différents concours, il entre aux PTT. Il est nommé monteur aux postes à Laval. Il devient responsable communiste départemental. En 1937 il est responsable de la cellule d’accueil des réfugiés politiques espagnols.

Mobilisé en 1939, il finit les premières hostilités en Ardèche, à Viviers, où il est démobilisé.

Première arrestation par la police le 21 février 1941 à Laval, suspendu de ses fonctions aux P.T.T. dès le 22 février (acte), puis libéré le 17 mai 1941. Seconde arrestation pour distribution de tracts communistes et anti-allemands à Laval le 24 juin 1941. Il est à nouveau suspendu de ses fonctions aux Postes le lendemain (acte).Il est interrogé sur place durant 16 jours, puis est transféré à la prison de RENNES le 10 juillet 1941 (acte). Il est ensuite transféré à Compiègne (Stalag 122) le 24 juillet 1941 et inscrit sous le matricule 1388 .

Puis c’est le départ de Compiègne pour Auschwitz (Pologne) et l’arrivée le 6 juillet 1942. Il y reçoit le matricule 46 139. Malade, il sera interné à l’infirmerie du camp durant 13 mois (hernie, pleurésie, paralysie d’un bras) et sauvé 3 fois par ses camarades réussissant à le supprimer de la liste des futurs gazés. Il sera un moment standardiste dans un laboratoire de bactériologie du camp (selon un camarade communiste rescapé Willy Betz . Puis c’est le transfert vers Flossenbürg (Allemagne) avant fin septembre 1944 d’après un rescapé qui ne sera qu’une étape brève. Puis il va partir pour Mauthausen. Il y arrive le 20 octobre 1944. Il y est inscrit sous le matricule 108 786.

Il est immédiatement envoyé au commando Gusen II. Il y serait décédé, en décembre 1944 selon le document envoyé à la famille le 12 novembre 1948 par le ministère des anciens combattants. Au Journal Officiel en 2000, il est déclaré mort en déportation à Gusen le 1er décembre 1944.

Un camarade communiste du camp le dit vivant le 5 mai 1945, car il déclare l’avoir vu dans l’enceinte de Mauthausen.

La plaque de prisonnier de Marcel Thibault sera retrouvée sur un cadavre exhumé du cimetière américain de Mauthausen en 1955.

En 1955, à la demande du ministère des Anciens Combattants, des recherches sont faites auprès de son dentiste pour identifier la dépouille et ses mâchoires (acte), mais les archives de ce médecin ayant été détruites par les allemands, il ne pourra répondre à la requête (acte). Et dans sa réponse, il précise ne pas se souvenir de certains points énoncés par le médecin légiste militaire…. 

La dépouille est donc attribuée à Marcel Thibault en l’absence d’avis favorable ou défavorable… Elle fera partie d’un convoi concernant le rapatriement de 1830 français à Strasbourg le 10 janvier 1956. Une cérémonie nationale aura lieu en cette ville le 15 du même mois (acte). Son corps sera ensuite ramené à Nantes avant son inhumation le vendredi 20 juillet 1956 à Rochefort-sur-Loire(49).

 On peut noter que :

- la plaque de la tombe du cimetière de Rochefort sur Loire est inexacte quant à l’année et au lieu du décès…  

- un camarade communiste du camp déclare l’avoir vu le 5 mai 1945 vivant dans l’enceinte de Mauthausen.

- un journal (libre) paru la veille de la libération du camp de Mauthausen, indique la liste des prisonniers libérés ( !) … Dans cette liste, était mentionné Marcel Thubault monteur aux postes à Laval . 

 

Il a épousé en premières noces le samedi 10 septembre 1921 à Rochefort-sur-Loire, Venon Yvonne Henriette, fille de Venon Henri Ambroise et de Bordier Marguerite Horthense Gabrielle. Née le mardi 27 août 1901 à Tours (37). Décédée le vendredi 14 décembre 1923 à Tours (37). Profession : Retoucheuse photo. 1 enfant est né de cette union en 1922 : THIBAULT Jacques Marcel

Il a épousé en deuxièmes noces le jeudi 2 juillet 1925 à Richelieu (37), Honoré Albertine, fille de Honoré Félix et de Segrétain Marthe. Née le jeudi 5 janvier 1905 à Richelieu (37).Décédée le mardi 4 novembre 2003 à Angers. Inhumée le vendredi 14 novembre 2003 à Rochefort -sur-Loire.