Pour m'écrire memoiredeguerre35@yahoo.fr

Liste des biographies

Pierre TUMOINE
(1921-1945)
 

Petit-fils du cantonnier de la commune, Pierre Édouard Jules Tumoine est né ä Saint-Germain-en-Cogles le 26 mars 1921 dans une famille originaire du Coglais.

II passe son enfance auprès de ses parents qui, ä l'époque de sa naissance, tiennent un commerce dans la commune, activite qu'ils abandonnent dans les années 30, pour exploiter une ferme dans les environs.

En 1939, la famille, qui s'est enrichie d'une petite fille, s'installe à Rennes où M. Tumoine exerce différents emplois avant d'entrer aux Établissements Véron, et d'y devenir chef d'équipe.

C'est ä cette époque que le jeune Pierre Tumoine entre comme apprenti chez un boucher de la rue de Redon ä Rennes.

A l'issue de son service militaire, effectue au 89ème Régiment d'Artillerie Coloniale et au cours duquel il est nomme brigadier, il passe avec succès le concours de gardien de la paix, puis celui d'inspecteur de police en juillet 1942, trois mois après son mariage avec une rennaise.

A la fin de l'année 1942, il devient agent de renseignements du Mouvement "Front National" sous le pseudonyme de Camille Poirier. En novembre 1943, il réussit à échapper à une arrestation par la Gestapo ; il abandonne alors ses fonctions et son domicile et se réfugie à Argentan, dans l'Orne, où grâce à la complicité du commissaire de Police, il exerce les fonctions d'inspecteur auxiliaire de police.

II entre alors à l'Armée Secrète et devient l'agent de liaison et de renseignements du général Allard.

Avec le concours des F.T.P. locaux, il organisait une action contre la SPAC, lorsqu'il fut arrêté le 17 mai 1944 ä Argentan.

Interné à la prison de Fresnes jusqu'au 16 juillet, il est déporté en Allemagne, au camp de Neuengamme; transféré vers un camp d'extermination au moment de l'avance alliée, il réussit à s'évader du train qui l'y conduit. Son sort devient alors hypothétique ; il a pu mourir d'épuisement ou être tué.

Autres lieux de déportation: Bremen (Brême)-Osterort, Sandbostel. Un jugement déclaratif de décès est pris par le Tribunal Civil de Fougères le 1er juillet 1946.

Distinctions:

Homologué au grade de sous-lieutenant
Médaille d'Honneur de la Police
Chevalier de la Légion d'Honneur.
Croix de guerre avec palme
Médaille de la Résistance,


Sources: ACP 27 P6 Caen. Mémoire de granit. ADIV 6ETP2/76.

 

Une rue de Rennes, porte son nom dans le quartier de la Touche - Parallèle au boulevard de Verdun

    accueil-mdg1.gif (1380 octets)