Liste des déportés juifs d'Ille-et-Vilaine

Cet article est révélateur de l'état d'esprit de cette période

3 Mai 1941 (Heure Bretonne ? à vérifier)

Que VICHY garde ses Juifs...

Nous n'en voulons pas en Bretagne

Parce que les Juifs sont peu nombreux en Bretagne, d’aucuns croient que le péril n’existe pas. Or l’infiltration du peuple judaïque a pris depuis l’exode de juin d’inquiétantes proportions. Chaque jour, de nouvelles têtes montrent leur nez caractéristique dans toutes les professions libérales.

C’est ainsi, par exemple, qu’à Dinard, un certain docteur Reiss (Juda pour les dames), expulsé de Metz, est venu s’installer comme chez lui, avec s’il vous plait, une autorisation du Conseil de l’Ordre des médecins.

Si le sieur Reiss est indésirable à Metz, pourquoi est-il admis à visiter et à soigner les Bretons ? Les Français, si pressés de rendre service aux youpins, auraient très bien pu le garder pour eux sans l’envoyer draguer la clientèle des médecins bretons.

Ce ne sont pas les docteurs qui manquent dans la patrie de Laënnec.

Dinard ne doit pas être le seul coin de Bretagne où le Conseil de l’Ordre français expédie les « collègues » juifs. Il est donc de toute nécessité urgent que les médecins bretons, pour se garantir de l’invasion juive et étrangère, se groupent et décident eux-mêmes la création d’un Conseil de l’Ordre des médecins de Bretagne qui les protègera effectivement en exigeant l’expulsion immédiate de tout médecin juif. En effet, il ne faut pas se borner à empêcher les Juifs d’exercer la médecine, car, hors la légalité, ils sont capables de l’exercer clandestinement. N’est-ce pas le cas d’un nommé Landowsky qui, lui aussi, sévit à Dinard.

Tant qu’on n’aura pas, selon le mot de Céline « viré » les Juifs, à commencer par les toubibs la pourriture continuera à s’étendre chez nous.

Ce que nous ne voulons à aucun prix.

LE MEZEG

 

10/02/2016