Vous souhaitez compléter cette liste ou proposer un document concernant un ou plusieurs déportés de cette liste

 Pour m'écrire memoiredeguerre35@yahoo.fr

28/08/2017

accueil-mdg1.gif (1380 octets)

plan-du-site.gif (1231 octets)

Liste des déportés arrêtés en Ille-et-Vilaine


A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

dr-b.gif (310 octets)

Liste des déportés juifs arrêtés dans le département   Classement   par commune
  Statistiques  Les lieux de déportation

QUEMENER Auguste, né le 12 mai 1921 à La-Noë-Blanche (35). Valet de ferme, il est arrêté avec ses patrons, le 27 juillet suite à l'agression de 3 soldats allemands au-Grand-Fougeray le 27 juillet 1944, le corps de deux d'entre eux ayant été trouvé près de leur ferme. Incarcéré à Rennes, il se trouve dans le convoi parti de Rennes le 2 août en direction de Belfort. Il fait partie des 241 prisonniers libérés 28 août 1944 fort Hatry de Belfort. Il se réfugie dans une ferme à Giromagny avant de revenir en Bretagne.

QUEMERAIS Henri, né le 20 février 1919 à Rennes. Employé comme magasinier à la Kriegsmarine, il est arrêté par deux feldgendarmes, le 27 décembre 1943, puis  condamné à 4 ans de travaux forcés pour sabotage. Incarcéré à la prison Jacques Cartier du 29 janvier au 27 mars 1944, il est déporté au camp de Karlshure à Francfort-sur-le-Mein, puis au camp de Neuoffingen. Il est libéré le 6 mai 1945 par les troupes américaines.

QUEMERAIS Jean Marie François, né le 26 janvier 1891 à Baguer-Morvan (35). Militaire de carrière 14-18 sous le grade de capitaine. Dès le début 1942, il entre dans le groupe de Résistance du Front national et héberge à son domicile plusieurs responsables régionaux dont Alfred Leroux. Il participe à la diffusion de tracts et journaux clandestins dans le secteur de Combourg et apporte son aide aux réfractaires et maquisards par la fourniture de fonds, de pièces d'identité et titres d'alimentation. Il livre les explosifs de matériel aux groupes F.T.P. au cours de l'année 1943. Il est arrêté le 26 novembre 1943 à Combourg par la  SPAC (Service de police anti-communiste) Torturé, puis incarcéré à la prison de Rennes puis transféré à la prison de  Vitré, il est libéré par les F.T.P.F. dans la nuit du 29 au 30 avril 1944. Repris par les gendarmes à La-Bouxière, il est conduit à la prison d'Angers. Déporté dans le "train de la mort" parti de Compiègne le 2 juillet 1944 et arrivé le 5 juillet 1944 au KL Dachau le 2 juillet 44 .(matricule 77321). Il meurt à Mauthausen et est jeté au four crématoire le 1er avril 1945. Source:  ACP 27 P6 Caen - ADIV 6ETP2/70

QUERET Maurice, né le 23 novembre1924 à Dinard (35). Mécanicien. Domicilié, rue de la Gare à Dinard. Le 12 février 1941, il est arrêté avec quatorze autres jeunes sur le cotre "Buhara" en voulant rejoindre la côte anglaise. Condamné à sept ans de travaux forcés, il est déporté le 28 avril 1941 de St-Lô vers la prison de Düsseldorf. Transféré le 13 mai vers Wittlich, prison pour les jeunes détenus. Autres lieus lieux d'internement:  prison de Rockenberg située au nord de Francfort, prison d'Ichtershausen située près de Weimar, prison de Wittlich située près de Cologne. Libéré le 10 avril 1945 à Luttringhausen.(Document)

QUEVEDO Diego. Espagnol. né le 7 novembre 1903 à Carthagène en Espagne. Maçon. Arrêté lors d'une rafle, à Rennes dans le café Suzanne, rue de Saint-Malo suite à une dénonciation d'un de ses compatriote, nommé Urena. Emprisonné à  Jacques Cartier, il est transféré à Compiègne le 1er avril 1944 puis est déporté le  21 mai 1944 vers le KL Neuengamme. Revenu. Document. Source: Archives de Caen.

RABACHE. Servait d'interprète. Correspondant de guerre fait prisonnier à Rennes début août 1944. Il est dans le convoi de prisonniers qui quitte Rennes à destination de l'Allemagne. Il s'évade à Saint-Martin-la-Place avec Pierre MAILLAUD alias BOURDAN

RABU Marie-Anne, née le 13 juillet 1902 à Vitré (35). Commerçante. Elle recevait des Français et soldats alliés évadés des camps ou poursuivis pour actes de résistance. Lorsqu'ils étaient blessés, elle les soignait pour les remettre ensuite à des réseaux d'évasions spécialisés en leur fournissant toutes les fausses cartes nécessaires en cas de contrôle. Tous les renseignements qu'elle pouvait obtenir sur l'implantation allemande, elle les faisait parvenir aux responsables de son réseau Johnny KER.  Arrêtée le 8 avril 1943 à Rennes pour appartenance au réseau KER, elle est déportée NN le 8 juillet 1943. Lieux de déportation. Aachen, Coblence. Libérée en avril 1945 à Darmstadt. Homologuée au grade de sous-lieutenant. Croix de guerre avec étoile d'argent. Croix d'officier de la Légion d'Honneur, Medal of Freedom. Source: ADIV 6ETP2/70.

RAIMBAUD Jean-Baptiste. Né le 30 octobre 1918 à Beslé (44). Il était employé chez M. et Mme Baudu à Langon au Pâtis-Vert. Il se trouvait à Belfort avec Roger Jaunasse. Il est déporté le 29 août 1944 de Belfort vers le KL Neuengamme. Matricule: 43790. Lieu de déportation Wilhelmshaven. Il décède le 20 janvier 1945 à Wilhelmshaven.

RAMOS Fidel, né le 23 mars 1919 à Madrid. Ex sergent dans l'armée républicaine espagnole, il est arrêté une première fois par la Gendarmerie à Douvaines en Haute-Savoie le 5 juillet 1943. Transféré à Brest comme prisonnier travailleur obligatoire, il s'évade de Brest le 8 août 1943. Réfugié à Rennes, il entre dans le groupe de l'Union Nationale espagnole et participe aux opérations contre l'occupant du 10 août 1943 à mars 1944, sabotages du matériel au terrain d'aviation de Saint-Jacques-de-la-Lande et exécution de plusieurs allemands isolés dans des embuscades à Rennes. Il distribue des tracts et des journaux clandestins. Suite à une dénonciation, il est arrêté par la milice et la Gestapo le 20 mars 1944 à Rennes. Il est déporté le 21 mai 1944 de Compiègne vers le KL Neuengamme. (matricule 21659). Il est libéré le 2 mai 1945 près de Hambourg. ADIV 167 J53-1

RAPARIE Guillaume Antonin André, né le 23 octobre 1896 à Paris (5°). Il travaille à l'organisation Todt, au garage Hauptman à Saint-Malo. Il fut arrêté sur dénonciation, le 2 mars 1943 à Saint-Malo avec Georges Dréan, Briand et Dotto, pour avoir appartenu à une cellule communiste. Il fut déporté de Compiègne le 16 avril 1943 vers le KL Mauthausen. (matricule 26840). Libéré par les Américains début mai, il décède le 19 juin 1945 avant le rapatriement à l'hôpital de l'ïle de Mainau. Après la guerre, le général Jean de Lattre de Tassigny fit de l’île un lieu de quarantaine avec un hôpital pour les 8 000 Français survivants du camp de concentration de Dachau atteints par le typhus. L’île de Mainau servit aux malades les plus atteints, l’île de Reichenau aux plus légers. 33 Français furent de ce fait enterrés sur l’île. Mais dans le souci d’effacer ce chapitre sombre de l’île, le comte Bernadotte les fit exhumer pour les faire reposer sur le cimetière militaire de Constance. Sources: Mémorial Déportés : Partie I, liste n°93 - Wikipedia

REDOUTE née TANGUY Anne (Paulette), née le 29 mai 1917 à Saint-Brieuc (22). Membre du réseau  Eleuthère et Bordeaux-Loupiac, sa mère et elle, accueillent des aviateurs alliés et transmettent des renseignements sur le déplacement des troupes ennemies. Arrêtées le 20 avril 1944 à Rennes, elles sont emprisonnées à la prison Jacques Cartier jusqu'au 2 août 1944, date à laquelle elles montèrent dans le dernier convoi parti le 2 août 1944 de Rennes vers Belfort (Train dit de Langeais). Transférée le 1er septembre 1944 vers Ravensbrück. matricule 62865. Libérée le 9 avril 1945 à la frontière germano-suisse par la Croix-Rouge. Témoignage et biographie

Source  ACP 27 P6 Caen.

REGENT Auguste, né le 14 août 1909 à Redon (35). Agent de police, agent de renseignements de LE TULLIER le 7 octobre 1943. Arrêté le 16 mars 1944 pour appartenance au réseau Alliance , il est déporté "NN" à Natzweiler le 20 mai 1944. Le 1er septembre 1944 à Natzweiler au soir, une camionnette emmène jusqu’à l’aube 108 détenus du réseau alliance, par groupe de 12. Tous sont exécutés d’une balle dans la nuque et leurs cadavres brûlés ensuite au four crématoire.

REGENT Pierre, né le 4 octobre 1921 à Saint-Vincent-sur-Oust (56). Arrêté une première fois à Saint-Perreux en février ou mars 44, il s'échappe. Il échappe à une arrestation le 15 avril 44 à Rennes mais est arrêté dans la nuit du 9 au 10 juin. Il quitte Jacques Cartier le 29 juin 1944 pour Compiègne. Il est déporté vers Neuengamme le 28 juillet . (matricule 40917). Libéré le 2 mai 1945 à Malchow.

REHAULT Hippolyte, né le 26 mars 1897 à Fougères (35). Fabricant de chaussures, 5 bd Thiers à Fougères, il est arrêté par les Allemands, le 16 juillet 1943, comme otage, à la suite d’un attentat à la grenade commis contre la Feldgendarmerie. Incarcéré à Fougères puis à Rennes, il est déporté le 17 septembre 1943 de Compiègne vers Buchenwald.( matricule: 21661). Il est libéré le 15 avril 1945 à Bergen-Belsen. Autre lieu de déportation: Dora. Revenu.

RENARD Émile, né le 10 mai 1909 à La Chapelle-Thouarault (35). Il entre dans le groupe de résistance du Front national et participe à la diffusion de tracts clandestins anti-allemands et anti-vichyssois dans le secteur de Rennes. Il est arrêté le 27 octobre 1942, 137 rue de Brest à Rennes. Interrogé par le commissaire Morellon bd Sévigné. Condamné par le tribunal spécial de Rennes le 14 janvier 1943 pour activité communiste à 1 an de prison et 1200 francs d'amende, il  est déporté le 17 septembre 1943 de Compiègne vers Buchenwald. (matricule 21307). Il est libéré le 17 août 1945 à Schönebeck. Sources:  ACP 27 P6 Caen. ADIV 167 J 53 - 43 w 50-51. ADIV 6ETP2/71.

RENARD Paul, né le 28 octobre 1889 à Aubenton (Aisne). Contrôleur technique aux Chemins de Fer de l'Est, en retraite, domicilié à Montcorps en Noyal-sur-Vilaine. Il a été arrêté par la milice le 19 février 1944 à Rennes. Dans une chambre meublée située au 3ème étage de l'immeuble, 2 rue Chateaurenault à Rennes.  Il stockait des vivres et des vêtements destinés à des prisonniers de guerre évadés et à des réfractaires du S.T.O. Conduit au siège de la Gestapo, rue Jules Ferry, il est incarcéré à la prison Jacques Cartier de Rennes jusqu'au début août 1944. Il fait partie du convoi de déportés politiques à destination de l'Allemagne et réussit à s'échapper lors du mitraillage du convoi à Langeais.

REVERT SANCHEZ José. Espagnol, né le 13 octobre 1919 à Elda-Alicante (E). Arrêté le 20 mars 44 à Rennes, il est déporté de Compiègne le  21 mai 1944 vers le KL Neuengamme. (matricule 31449). Revenu.

RICHARD Émile, né le 24 novembre1886 à Martigné-Ferchaud (35). Il fut arrêté le 9 octobre 1943 à Martigné-Ferchaud en raison de son appartenance au réseau Buckmaster de Martigné-Ferchaud. Après avoir été détenu à la prison Jacques Cartier de Rennes, il fut dirigé vers Compiègne et déporté le 6 avril 1944  vers le KL Mauthausen. (Matricule 63059) puis à Hartheim (Autriche) où il décéda le 15 août 1944.(Gazé). Émile Richard rendit de précieux services à la Résistance. Un poste émetteur était caché à son domicile. En outre, il hébergea des aviateurs anglais. AC 21 530 846. http://lejourdesjustes.free.fr/

 

RICHER Louis, né le 4 mai 1923 à Chatellier. Apprenti. Arrêté le 9 octobre 1941 à Fougères avec une cinquantaine de personnes. (Opération "Porto"), il est déporté NN le 18 décembre 1941. Condamné à mort le 23 février 1943 "pour espionnage, avantages procurés à l'ennemi", il est emprisonné à Ausburg, prison située dans l'ouest de la Bavière . Il sera décapité avec sept autres camarades le 21 septembre 1943 à Munich.

 

 

RICOUR Auguste, né le 5 août 1902 à Saint-Briac (35). Agent de police, il est arrêté le 29 novembre 1943 à Dinard par la Gestapo, puis déporté de Rennes le 2 août 1944 vers Belfort (Train dit de Langeais). Transféré vers le KL de Natzweiler le 26 août 1944. ((matricule 24029). Autre lieu de déportation: Dachau. ADIV 167 J 53

 

 

RIVOALEN Pierre, né le 11 septembre 1923 à Choisy-le-Roi (75). Arrêté le 26 avril 44 à Rennes, il est déporté le 4 juin 1944 de Compiègne vers le KL Neuengamme. Autre lieu de déportation: Sachsenhausen. Revenu.

ROBERT Albert Pierre, né le 6 juin 1919 à Rennes. Artisan maçon cimentier, il est domicilié rue Saint-Martin à Rennes. Il a été arrêté le 18 juillet 1944 en compagnie de 27 autres personnes comme otage, dont  Muriel Louis à Saint-Aubin-d'Aubigné  suite à un accrochage entre des maquisards et des militaires allemands. Interrogés à la Kommandatur de Rennes, les deux otages sont incarcérés au camp Margueritte. Il a été déporté de Rennes le 3 août 1944 vers l’Allemagne. A Langeais, lors du mitraillage du convoi, il réussit à s’échapper.

 

ROBET Luc, né le 17 décembre 1913 à Lisbonne (Portugal). Membre du réseau Hector (du colonel Heurtaux) après sa démobilisation en novembre 1941, il devient chef départemental Finistère du Réseau ORA. Adjoint de Guy Faucheux , chef régional de Turma-Vengeance en Bretagne. Membre du réseau Alliance. Agit sous les noms de Fanch le Gavre et Fanch Kergoat. Arrêté le 20 janvier 1944 à Rennes avec André de Freslon. Torturé à la prison Jacques Cartier. Déporté le 29 mai 1944 à partir de Compiègne au camp de Neuengamme. (matricule 30383). Il adopte le pseudonyme de Tristan. Libéré le 2 mai 1945 à Wöbbelin.. Autre lieu de déportation: Fallersleben-Laagberg. Rentré en juillet 1945 à Douarnenez.  Maire de Poullan-sur-Mer  entre 1959 et 1977. Décédé le 11 août 1992 à Poullan-sur-Mer (29). Document

 

ROCHELLE alias Le LOUP Jules, né le 24 mai 1898 à Fougères (35). Agriculteur. Actions dans la Résistance: Appartenance au réseau Gallais du CDLL. Récupération d'armes, d'explosifs, renseignements. Arrêté le 9 octobre 1941 à Fougères avec une cinquantaine de personnes. (Opération "Porto")  Déporté NN le 18 décembre 1941. Condamné à mort le 23 février 1943 pour "espionnage, avantages procurés à l'ennemi". Emprisonné à Ausburg, prison située dans l'ouest de la Bavière. Il sera décapité avec sept autres camarades le 21 septembre 1943 à Munich. Légion d'Honneur, Médaille de la Résistance. Source:  ACP 27 P6 Caen. ADIV 6ETP2/72.

ROGER Jean, né le 11 décembre 1910 à Cherbourg (50). Horloger. Arrêté 12 rue Pinterie à Fougères le 12 novembre 1943, il est déporté de Compiègne le 27 janvier 1944 vers le KL Buchenwald. (matricule 43919). Autre lieu de déportation: Dora. Revenu des camps.

ROLLAND Jean, né le 27 mars 1921 à Morlaix (29). Responsable d'un groupe de Résistance, il participe à la rédaction et à l'impression de journaux clandestins, héberge des F.T.P.F., forme des groupes de jeunes, sabote du matériel S.N.C.F., collecte des vivres et de l'argent pour les internés politiques. Arrêté le 2 mars 1942 à Rennes, il est déporté de Compiègne le  22 mars 1944  vers le KL Mauthausen.(matricule 60531). Il est libéré le 5 mai 1945.à Linz III.  Décédé en juillet 2015. ADIV 167 J 54.

ROME Charles est né le 15 juillet 1907 au Mans (72). Il a été arrêté le 14 novembre 1941 à Dinard et incarcéré à la prison Jacques Cartier jusqu'au 18 avril 1942 avant d'être déporté en Allemagne. Lieux de déportation:  Karlsruhe, Rheinbach , Siegburg, Kassel., où il est libéré le 29 mars 1945.

ROMERO-RODRIGUEZ Miguel. Espagnol, né le 9 juin 1908 à Marinaleda (E). Venant de Saint-Jacques-de-la-Lande où il travaillait pour l’organisation Todt, il est arrivé le 25 février 1944 à Rennes. Il a travaillé pour le compte des troupes d’occupation en qualité de cordonnier. Arrêté à Rennes le 31 mars 1944 dans une rafle dans un café de la rue de Saint-Malo par la Gestapo. Incarcéré à la prison Jacques Cartier, il est envoyé à Compiègne le20 mars 1944 d’où il sera déporté le 21 mai 1944 vers le KL Neuengamme. Autre lieu de déportation :  Watenstedt-Salzgitter.

ROSENBERG  Jean. Juif. Arrêté le 1er ou 6 décembre 43 à Lecousse (35), elle est déporté lors du transport 57 de Drancy vers Auschwitz Birkenau le 18 juillet 1943. Non revenu. 

ROTBART Gitta. Juive, née le 28 février 1903 à Varsovie (Pol). Arrêtée le 16 juillet 1942 à La-Guerche-de-Bretagne (35), elle est déportée par le convoi n° 8 de Angers vers Auschwitz le 20 juillet 1942. Non revenue.

ROTBART Motel. Juif, né le 4 mars 1901 à Grojec (Pol.). Arrêté le 16 juillet 1942 à La-Guerche-de-Bretagne (35), elle est déporté par le convoi n° 8 de Angers vers Auschwitz le 20 juillet 1942. Non revenu.

ROUANET Robert, ingénieur à Rennes et déporté en Allemagne

ROUANET Robert est né le 24 janvier 1911 à Castres (Tarn). Marié et père de deux enfants, il est domicilié à Rennes (Ille-et-Vilaine), 180 rue de Nantes. Ingénieur civil à l’Atelier de Construction de Rennes, il est arrêté  le 12 novembre 1942 par la Gestapo, pendant le travail, à la suite d’une dénonciation par lettre anonyme, en même temps que d’autres ingénieurs. Il est interné à la prison Jacques Cartier de Rennes du 12 novembre. Il est condamné par le tribunal militaire de la Feldkommandantur  748 de Rennes, le 5 mars 1943, à 5 ans de travaux forcés, pour détérioration de matériel de guerre. Il est déporté à la prison de Karlsruhe (Allemagne) du 28 mai 1943 au 8 juin 1943, puis au bagne de Rheinbach du 10 juin 1943 au 5 juillet 1943, enfin à Siegburg du 5 juillet 1943 au 10 avril 1945. Il est libéré à cette date  par l’armée américaine et rapatrié en France le 20 avril 1945. Reconnu résistant isolé et homologué au titre de la R.I.F. Déporté résistant. Source: AVCC, Caen, 21 P 666 612

Daniel Heudré

ROUAULT Jean, né le 5 mars 1893 à Rennes (35).  Il a été arrêté le 21 juin 1941 en gare de Rennes pour distribution de tracts, au retour d’une mission. Écroué à Jacques Cartier, puis interné le 10 juillet 1941 à Compiègne d’où il sera déporté le 6 juillet 1942 ( convoi des 45000) vers Auschwitz.(matricule 46076). Autres lieux de déportation: Flossenbürg, Il sera libéré le 14 avril 1945 à Halle. Rapatrié le 1er juin 1945. Biographie. Source:  ACP 27 P6 Caen. -ADIV 6ETP2/73.

 

ROUAULT Rosalie Marie Joseph, née GROSDOIGT le 9 mars 1902 à Liffré (35). Arrêtée le 6 juillet à Betton pour acte de "sabotage  d'essence au détriment de l'armée allemande au camp Maurice. Déportée le 2 août 1944. Libérée à Belfort le 26 août avec 44 autres prisonniers, elle est prise en charge par une camionnette du Secours national. Les papiers des prisonniers politiques ayant été confisquées par les autorités allemandes, lors de leurs arrestations, la Préfecture de Belfort lui délivre une attestation pour faciliter son retour et un peu d'argent (1500 F soit 120 € environ). Un groupe (dont Angèle DEPLANTAY, Juliette LE FLOCH, Marie CAHOUR, Prosper BREVET, Philémon FORESTIER, Joseph LE MONNIER) est caché à Giromagny à 14 km au nord de Belfort. Ces libérés passent la frontière suisse à Delle, avec l'aide de Madame MORANDINI arrêtée le même jour lors de son passage le 16 octobre 1944. (ADIV35 167 J 45)(Documents)

ROURE Rémy, né le 30 octobre 1885 à Arcens (07). "Au lendemain de l'armistice, il entre dans la Résistance avec le général Cochet puis fonde, avec François de Menthon, le mouvement "Liberté" dont il est membre du Comité directeur. Il participe également, comme rédacteur du journal, au mouvement Combat. Il est aussi membre du réseau de récupération de pilotes alliés, Bordeaux-Loupiac, tout en continuant d’écrire dans le Temps, activité qui lui sert de couverture. Le 11 octobre 1943, alors qu'il convoie à Rennes des pilotes américains qu'il doit accompagner à Londres par une opération maritime, il est arrêté au "Café de l’Epoque" rue du Pré Botté , sur une dénonciation par la Gestapo. Il tente de s'évader mais il est grièvement blessé par balle au cours de sa tentative alors que Jean-Claude Camors, alias Raoul, chef de Bordeaux-Loupiac qui l’accompagne, est abattu. Presque mourant – il a l’artère fémorale coupée – il est miraculeusement soigné par un chirurgien français. Interné à Fresnes quatre jours plus tard, il est frappé et torturé mais il se tait. Le 27 avril 1944, il quitte le camp de Compiègne pour être déporté en Allemagne, à Auschwitz d'abord pendant quelques jours, puis à Buchenwald où il parvient le 14 mai 1944". (Convoi des tatoués) .  matricule 186331. Libéré le 11 avril 1945 à Buchenwald. A la fin de guerre il est  nommé Compagnon de la Libération ... http://www.ordredelaliberation.fr/fr_compagnon/872.html

Lien Wikpedia

ROUSSE André, né le 30 juillet 1911 à Tours (37). Membre des Corps Francs Vengeance d’Indre-&-Loire (alias « le Sculpteur »), membre du réseau Le Foc affilié à Tuma-Vengeance (Renseignement), et membre du BOA. A pu rejoindre Londres. C’est au profit du BOA qu’il a été parachuté en Bretagne, dans la nuit du 31 décembre 1943 au 1er janvier 1944. Il commande la sous-région M2/M3. Il travaille à Questembert et fournit des renseignements sur l'aérodrome de Meucon  (56). Il est arrêté lors d'une réunion le 25 avril 1944 rue du Cercle Paul Bert à Rennes, en compagnie de Jean Gosset, Raoul Simon, Henri Boutet . Il est déporté début août de Rennes vers Belfort puis transféré vers Natzweiler le 26 août 1944. (matricule 24024). Autre lieu de déportation: Dachau, Mauthausen, Gusen II où il décède le 20 février 1945. Papiers le concernant déposés à la BDIC de Nanterre.

ROUSSEL Joseph, né le 30 mars 1892 à Iffendic (35). Directeur de coopérative agricole, marié deux enfants. Ancien adjudant de gendarmerie, iI fait de la propagande anti-allemande et fustige les collaborateurs de la région, en particulier un autonomiste breton, faisant de la propagande auprès des jeunes Français avec son fils, il fait tout son possible pour soustraire les jeunes au S.T.O. Il est arrêté par la Gestapo, le 5 août 1943 à Montfort-sur-Meu et interné à la prison Jacques Cartier, à Rennes du 5 août 43 au 5 novembre 43. Transféré à Compiègne, il est déporté le 14 décembre 1943 vers Buchenwald. (matricule 38678) . Libéré le 23 avril 1945 à Posing. Chevalier de la Légion d'Honneur. croix de guerre avec palme.  Source:  ACP 27 P6 Caen. ADIV 6ETP2/73.

ROUSSEL Louis. Il est né le 16 juillet 1901 à Saint-James (50). Coiffeur, rue nationale à Fougères, il est arrêté par les Allemands, le 16 juillet 1943, comme otage, à la suite d’un attentat à la grenade commis contre la Feldgendarmerie. Incarcéré à Fougères puis à Rennes, il a été déporté de Compiègne vers le KL Buchenwald le 17 septembre 1943. (matricule 21622). Il a été libéré le 15 avril 1945 à Bergen-Belsen. Autre lieu de déportation: Dora.

ROUSSEL Roger, né le 12 mai 1925 à Kaiserslautern (D). De 1940 à 1943, il organise un groupe de résistance isolé dans le secteur de Montfort et récupère du matériel abandonné par l'armée française dans le Leu. Il camoufle un soldat prisonnier évadé. Il distribue des tracts anglais. Il participe aux sabotages de trains d'avoine et de farine destinés aux troupes allemandes. Il est arrêté le 6 août 1943 à Montfort-sur-Meu suite à une dénonciation, pour gaullisme et trafic d'armes par la Gestapo. Interné à la prison Jacques Cartier du 6 août 43 au 6 novembre 43, il subit les interrogations et tortures à la Maison des étudiants à Rennes, siège de la S.D. allemande. Transféré à Compiègne du 7 novembre 1943 au 14 décembre 1943, il est vers Buchenwald.(matricule 38677). Autre lieu de déportation: Flossenbürg. Libéré le 23 avril 1945 à Posign (Haute Bavière) par les troupes américaines. Il est rapatrié le 4 juin 1945 après hospitalisation à l'hôpital de Cham en Allemagne. Sources:  ACP 27 P6 Caen. ADIV 167 J 54.

ROUVRAIS Léon, né le 8 décembre 1914 à Quévert (22).Il appartient au groupe de Résistance de Dinard. Arrêté à Dinard, le 7 octobre 1943 comme gaulliste et pour avoir hébergé des réfractaires et des résistants, il est interné à la prison de St-Malo puis transféré à Compiègne pour être déporté vers Buchenwald le 22 janvier 1944. (matricule 42252). Autres lieux de déportation: Mauthausen, Ebensee d'où il est libéré le 6 mai 1945. ADIV 167 J 54.

ROZÉ Marie-Julienne, née le 19 novembre 1916 à Saint-Briac (35). Avocate auprès du tribunal de Saint-Malo.

Dès 1940, elle milita au sein du groupe créé et animé par le Docteur Andréis dit Claude, chef de secteur dans le réseau franco-polonais F2 dans lequel elle aida des réfugiés politiques tchèques désireux de passer en zone libre, ainsi qu'à des familles israélites. Ce réseau fut démantelé puis reconstitué en devenant franco-belge sous le nom Delbo-Phénix. Avec la directrice de l'École Pigier de Saint-Malo, Avec Alexandrine Boyaux, elle rédigea des tracts commentant les faits et gestes des Allemands et du gouvernement de Vichy, ou reproduisant des émissions de la BBC anglaise. Le 3 mai 1942, dans l'après-midi, un avion de la R.A.F. piloté par l'aviateur Canadien John Weymouth passa, à basse altitude, au dessus du port de Saint-Malo et fut abattu par la D.C.A. allemande. L'avion s'écrasa près de l'île de Cézembre et le corps du pilote fut repêché puis transporté à la morgue de l'Hôtel-Dieu. Deux jours plus tard, les obsèques de l'aviateur furent organisées en la Chapelle Saint-Sauveur puis s'ensuivit une cérémonie, à laquelle participa Marie Julienne Rozé, dans le cimetière de Rocabey. C'est ici que la couronne, à croix gammée, déposée sur la tombe de l'aviateur par les Allemands fut détériorée et souillée.

Afin de de répondre à cette agression à l'égard de l'honneur militaire les autorités Allemandes déposèrent, le 7 mai suivant, une nouvelle couronne et obligèrent des Malouins à garder, jour et nuit la tombe du Canadien durant sept jours. Le lendemain plusieurs Malouins furent convoqués par la Gestapo afin de rendre compte de cette manifestation anti-allemande. Ainsi, certains d'entre-eux, furent condamnés de quinze jours à deux mois de détention dans le Camp des Nomades, boulevard Jacques Cartier à Rennes. Mais l'affaire n'était pas terminée et vers le 23 mai suivant d'autres Malouins, dont Marie Julienne Rozé furent convoqués au tribunal. Ils furent entendus séparément le matin et jugés durant la séance de l'après-midi présidée par le Colonel Petz.

 Au terme du procès, délibéré par le Tribunal de Guerre Allemand, qui se déroula dans le château de Saint-Malo, dans la salle des Grands Hommes, Marie Julienne Rozé fut condamnée aux travaux forcés puis déportée dans le camp de concentration pour femmes à Ravensbrück qui était un lieu de transfert de celles-ci vers des camps, prisons ou Kommandos extérieurs disséminés dans toute l'Allemagne. Elle arborait, ce jour là, une croix de Lorraine bien en évidence sur son corsage. Elle fut condamnée à 2 ans de travaux forcés. Fin 1942 elle fut transférée à Troyes, prison des Hauts-Clos de fin 1942 au 23 juillet 1943. De Ravensbrück elle fut transférée dans la prison de femmes de Lübeck-Lauerhof située dans le Holstein. De là, elle fut de nouveau transférée dans la prison de Dortmund réputée pour les exécutions des peines de mort. Ce Kommando de femmes fut ouvert en octobre 1944 afin de fabriquer des munitions pour la firme Hörder.Il est probable que Marie Julienne Rozé soit décédée entre les mois d'octobre, novembre où décembre 1944 dans le camp de Dortmund peu après sa mise en service. Sources: Mémorial Déportés : Partie IV, liste n°2. (IV.2.)  - JO: 115-19 mai 1998 - AC 21P 533 923  -  Source: mémoire de granit - Carphaz.

RUBILLON Aurélie, née CARRE, le 30 janvier 1901 à Lecousse. (35).  Mécanicienne en chaussures. Domiciliée 18 rue des Trente à Rennes. Elle entre dans le groupe de résistance du Front national de Rennes, groupe de l'usine de chaussures bd  de Chézy et participe sous les ordres de Charlotte BERJON, à la distribution de tracts anti-allemands et remet de fausses cartes d'identité aux réfractaires et aux maquisards. Son domicile sert de lieu de rendez-vous pour plusieurs responsables de l'inter région, dont BERJON et sa femme, Danielle,. Elle est arrêtée le 11 décembre 1943,  à son domicile par la  S.P.A.C. (Service de police anti-communiste) à Rennes. Elle est torturée et incarcérée à la prison Jacques Cartier pour activité anti-allemande, puis transférée à la prison de Vitré, puis de nouveau à la prison centrale de Rennes et ensuite Romainville (n°d'écrou 11369). Livrée avec 95 autres femmes communistes aux autorités allemandes, elle est transférée sur Paris le 2 mai 1944, puis est déportée le 1er juin 1944 de Paris, gare de l’Est vers Sarrebrück (camp de Neue Bremm) (matricule 42262). Autres lieux de déportation: Ravensbrück, Leipzig. Elle est libérée en mai 1945. Sources:  ACP 27 P6 Caen. ADIV 167 J 54.- ADIV 43 W 30. Biographie

RUELLAND Henry, né le 7 juillet 1922 à Rennes. Il est pris pour otage la veille de la fête de Jeanne d'Arc à Rennes le 8 mai 1943.(Il avait été repéré avec 9 autres camarades dont  _  Brice Charlot, Michel Delais, Xavier Comte, Félix Primot, Jean Dauphin, Joseph Huchet, . Il est probable que cette arrestation faisait suite à la manifestation  de "démonstration communo gaulliste" du 1er mai 1942 place de la mairie au  cours de laquelle son identité avait été relevée. Incarcéré à la prison Jacques Cartier), puis déporté le 3 septembre 1943 de Compiègne vers le KL Buchenwald. (matricule 14886). Libéré le 11 avril 1945  à Buchenwald.  Biographie. Sources:  ACP 27 P6 Caen. ADIV 167 J 54.

RUPIN Joseph, Jean, Marie, Aristide, né le 10 septembre 1916 à Vergeal (35). Arrêté le 9 juillet 1943 à Etrelles à la Besnerie, il est déporté «NN» le 25 novembre 1943 de Paris, gare de l’Est vers le KL Natzweiler où il décède le 20 mai 1944. (matricule 6300). .(Source JO: 107-8 mai 1999).

g-b.gif (311 octets)    h-b.gif (328 octets)   dr-b.gif (310 octets)

Ces listes sont incomplètes et peuvent comporter des inexactitudes. Les personnes pouvant relever des erreurs ou donner des informations complémentaires sont invitées à le faire savoir..

Autres sources:
Livre-mémorial des déportés de France arrêtés par mesure de répression et dans certains cas par mesure de persécution 1940-1945 :
http://www.mortsdanslescamps.com/general.html

http://www.fmd.asso.fr/.
http://www.bddm.org/liv/index_liv.php

Editions Tirésias:  http://www.editionstiresias.com/pages/catalogue.php?cat=2&limite=10

Le Mémorial de la déportation des juifs de France, Beate et Serge Klarsfeld, Paris 1978
La mémoire retrouvée des républicains espagnols

Connaissance de la Résistance | Réglement des camps | Carte des camps | Mémorial des déportés | Liste des déportés d'Ille-et-Vilaine

                                                    Contact de l'administrateur du site

    accueil-mdg1.gif (1380 octets)plan-du-site.gif (1231 octets)