f2gr15.gif (202 octets)             Le dernier convoi de Rennes  dit "train de Langeais"                        
      Pour enrichir la mémoire du passé, nous recherchons des témoignages ou des documents  sur ce convoi de déportés  

Chronologie des événements

Si vous avez des informations complémentaire concernant les événements de ces journées qui ont précéder la Libération de la ville, des anecdotes, des faits précis,  des documents, des photographies, .

Dans beaucoup de témoignages, il y a des erreurs sur les dates. Cela est normal. Pour reconstituer tous les événements, j'ai analysé tous les témoignages et retenu ce qui me semblait fiable.

 Les repères les plus importants:

  • La date et heure du bombardement de la prison

  • Les évasions de St-Mars-du-Désert le 4 août vers 2 heures du matin (2 ème convoi)

  • La date d'arrivée de Pierre Bourdan le 3 août à 10 h à Segré (2 ème convoi)

  • Le billet daté de Jean Morin du 2 août laissé à Redon (1er convoi)

  • La distribution du pain à Nantes le 2 août à 15h  (G Dodin) (1er convoi)

  • Le départ du deuxième convoi de Redon vers midi (Pierre Heger)

  • Raymond Le Pen (2 ème convoi) parti le 3 août au matin
     


 

Cliquez sur l'image pour la voir en grand format

 

Plan du site

29 juillet 1944

.

Les Rennais commencent à entendre des tirs de canon

31 juillet

.

Les officiers allemands ont quitté la Felkommandantur. Des convois d'Allemands traversent la ville avec tout ce qu'ils peuvent emporter; ils sont peu soucieux de leur armement.
Dans la soirée, la ville subit un long bombardement. Les quartiers de la plaine de Baud, quartier Saint-Hélier et l'asile de La-Piletière sont  touchés.

Mardi 1er août

.

Les Américains sont arrêtés par une batterie D.C.A. à quelques km de Rennes

Les autres  "détenus d’honneur" furent libérés le soir du 1er août  grâce à l'initiative de Monsieur Morice, professeur d'allemand au Lycée de garçons de Rennes (Lire)

Au camp d'internement Margueritte, Penduf et ses camarades reçoivent de la Croix-Rouge un "substantiel colis contenant du miel, du sucre..., appréciable secours pour le voyage".

.

Événements   liés au 1er convoi

Autres événements

11h

Les Allemands passent dans toutes les cellules de la prison pour prévenir les prisonniers de préparer les paquetages

La ville est bombardée par les Américains dans l'après-midi.  Des obus tombent sur la ville et principalement sur le quartier nord-est: l'asile de Saint-Méen.

Entre 14 et 17h La ville est bombardée et la prison reçoit des obus. Des portes de cellules sont défoncées.

17- 18h

Début de l'appel des prisonniers

21h Les prisonnières s'installent au rez-de-chaussée

23h

Mme Philipe, la femme du directeur de la prison, avise les prisonnières de se préparer à partir

24h

Les prisonniers se dirigent vers la Courrouze

Extrait d'une des nombreuses dépositions qui précise la date de départ du premier convoi

Mercredi
2 août

2 h

150 prisonnières montent dans des wagons de voyageurs où elles passent la nuit. Au petit matin, elles sont transférées dans des wagons à bestiaux

Les Allemands volent des bicyclettes pour fuir.
Avec l’accord de la garnison allemande, le médecin colonel Poirier prend en charge 600 militaires alliés blessés qui retrouveront  ainsi la liberté.

Le général américain Wood demande des troupes d'infanterie pour investir la ville.

Profitant de la panique allemande, le drapeau à croix gammée qui flottait sur le pavillon sud de la Mairie est retiré.

BRIAND Maurice, interné au camp Margueritte, ayant reçu l'ordre d'aller avec un camarade réparer des bicyclettes dans un local à proximité de l'entrée. _Il espère une occasion de s'échapper est blessé par un schrapnell éclaté d'un projectile allié. Le pharmacien Yves ALLANIC de Brest, lui donne des soins à l'infirmerie.

Les internés entrevoient une proche délivrance. Un drapeau tricolore avec une croix de Lorraine a été confectionné dans une baraque, mais dans la soirée, l'ordre est arrivé de préparer de préparer les bagages, provoquant une grande déception. Une longue attente commence.

6 h

Départ du 1er convoi de déportés rue Jules Verne près de la Courrouze

René Rondel est le premier évadé qui s'échappe du convoi en Rennes et Messac

8h

Arrêt   à Redon

Certains déportés changent de wagons "vermoulus" pour remonter dans des wagons plus solides. 2

Parti avec Henri Morin et l'abbé Maurice Barré, Jean Morin réussit à faire passer plusieurs papiers durant le trajet dont le premier à Redon .Sur un papier remis très probablement à Marie-Thérèse Sébilleau, la date du 2 août est bien lisible.

 

12h

Départ  de Redon vers Nantes

15-19h

Première distribution de pain à Nantes(G. Dodin)

Arrêt  en gare de triage de  Nantes. De nouveaux prisonniers venant des prisons de Nantes sont enfermés dans de nouveaux wagons.

21h

Départ de Nantes Orléans. 60 Allemands  supplémentaires  dont des officiers  montent  dans le train. Les Américains  sont signalés à 25 km.

Soirée

Arrêt en gare de Doulon

24h

Le convoi repart vers Segré

 

Jeudi
3 août

1h

.

Les dépôts de munitions de Fouillard sautent. La ville est bombardée par les Américains.

Le dépôt de munitions de la Luftwaffe à la Croix-Carrée flambe et explose: des milliers de cartouches et de grenades éclatent pendant plus de six heures.

3h30

.

Les Allemands préparent le dynamitage des ponts.
"Des patrouilles allemandes mitraillettes revolver au poing, autour du cou des colliers de grenades, traînant des rouleaux de fil électrique, parcourent les rues du centre et surgissent dans les abris de la Mairie. Ils ordonnent d'évacuer en trois minutes, car la Maison commune va sauter. Les 100 à 150 personnes se trouvant dans cet abri sortent sans affolement et tâchent de gagner d'autres abris, soit au plus près, soit plus éloignés, au nord de la ville. Heureusement, l'Hôtel de Ville ne sauta pas."1.

Jeudi
3 août

.

Événements   liés au 1er convoi

Événements   liés au 2ème convoi

Autres événements

4 h

.

Départ du 2ème convoi de déportés à la Prévalaye en Saint-Jacques-de-la-Lande

Témoignage du capitaine Charles HALL: (convoi parti de la Prévalaye le 3 août)

"Enfin à 2 heures du matin nous avons quitté à pied, marchant 6 km à l'extérieur de la ville, où nous avons trouvé un train de 20 à 25 voitures, largement camouflé avec des branches. Il y avait environ 80 gardes avec nous. À 4 heures, une locomotive est arrivé et nous sommes partis."

Camp Margueritte:

 "Dans les baraques, on envisage afin de retarder le départ, de rester couché. Hélas! il faudra, en fin de compte, obtempérer aux sommations faites par le commandant du camp, encadré par un peloton armé de mitraillettes, prêt à tirer.

Vers 5 heures du matin, les prisonniers en rangs, sont conduits vers un lieu inconnu que d'aucuns identifient comme étant Sains et ut-Jacques-de-La-Lande. Un train attend dans lequel on entasse les détenus à raison d'une soixantaine par wagon (à bestiaux). Il y a des voitures et fourgons de diverses origines: allemande, italienne.

 

8h

.

Arrivée  du 2ème convoi  à Redon.

2 colonnes américaines contournent Rennes par l'ouest

10h 10h30    

Messac est libéré

Les Résistants de Messac n’ont pas été avisés de la composition, du départ et de la circulation des deux rames de prisonniers, parties de Rennes La Courrouze le 2 aout 1944 au matin et de Rennes La Prévalaye le 3 aout 1944 au matin, rames qui allaient former le Convoi du Train de Langeais. Ils n’ont donc pu intervenir.

Ces deux trains ont franchi la gare de Messac vers 6h et 7h30.

Lorsqu’ils l’ont appris beaucoup plus tard les Résistants ont été littéralement effondrés (cf Louis Bourgeais, Louis Houdusse, Jean Roquebernou).

 

Matin

Segré: Les prisonniers sont  ravitaillés par la Croix-Rouge et la population. Le convoi est arrêté une journée

. .

12h

.

Départ vers Nantes

Les Américains traversent Messac soit 3 h après le passage du dernier convoi.

13 h

.

.

Bain-de-Bretagne est libérée.

15 à 19 h

.

Le convoi stationne plusieurs heures dans la gare de triage. On signale une colonne américaine à 25 km de là.

A 19h45- Le docteur Patay, Maire désigné, qui n'a pas quitté l'Hôtel de Ville depuis trois jours, voit arriver dans le bureau la délégation spéciale, présidée par M. Milon. Cette délégation venait d'être nommée à la Préfecture par M. Le Gorgeu, Commissaire de la République. M. Milon devenait Maire de Rennes.

Soirée

Départ de Segré

Le train quitte Nantes et remonte vers Chateaubriand.
Une soixantaine d’officiers, de sous-officiers et de soldats allemands d’unités diverses monte dans le convoi

A 23 h, l'ordre de repli est lancé à la garnison allemande (2000 hommes)

 

Vendredi
4 août

.

Événements   liés au 1er convoi

Événements   liés au 2ème convoi

Autres événements

2h

.

31 prisonniers s'évadent du train en marche à.Saint-Mars-du-Désert . 4 évadés seront repris et massacrés.

.

2 à 7h

.

Le convoi fait la navette sur 2 à 3 km 

.

5h20

.

.

Les Allemands font sauter les ponts de Rennes

Matin

Arrêt au Lion d'Angers.

.

.

10h

.

Arrêt du convoi à Segré
"..nous n’étions pas sortis du wagon depuis trente heures" . Pierre Bourdan)

Rennes est libérée

Le premier blindé américain fait son apparition place de la Mairie de  venant de la rue d'Estrées.

12h

.

Vers midi, sortie, eau et soins aux blessés furent accordés à Segré.

.

Soir

.

Le convoi repart vers Angers

Redon est libéré

 

Samedi
5 août

7h

 

Arrêt du convoi en gare du Lion-d'Angers

.
  12 h   Distribution de nourriture

 

Samedi
5 août

.

Événements du convoi unique

14 h

Départ de l'équipe de saboteurs vers le château de la Beuvrière(Témoignage)

16h

 

Un nouveau groupe de prisonniers de la région d'Angers est embarqué dans ce convoi.

Le réservoir d'eau est vide. L'officier allemand menace de ne pas autoriser la distribution de vivres et de boissons. Une motopompe est mise en place pour alimenter le réservoir des locomotives. 

Départ du Lion-d'Angers d'un convoi unique vers Angers (Témoignage Bourdan)

Le convoi passe quelques minutes avant que le rail soit déboulonné

 

17 h

Retour de l'équipe des saboteurs

Soirée Arrêt de quelques minutes à Angers

22h30

Arrêt à Saint Martin-La-Place.

< 24h

16 évasions dont Pierre Bourdan après Saint-Martin-la-Place

Dimanche
6 août

.

Le train s'arrête à Vivy. Yvonne Kervarec voit abattre un homme au pied de son wagon. Il s'enfuyait.

Passage à Varennes-sur-Loire puis à La-Chapelle-sur-loire

14h

Le 6 août 1944, vers 12 heures, notre convoi entrait en gare de Langeais.(Mme -David Sculier)

19h

Mitraillage du convoi par l'aviation anglaise à Langeais. Nombreuses évasions; 17 morts, 60 blessés.

23h  Un autre convoi de déportés quitte Angers en direction de Tours le 6 août 44 vers 23 heures, avec 105 hommes et 15 femmes. (Ce convoi sera aussi mitraillé quelques km avant Langeais à St-Patrice)

Lundi
7  août

4 h

Transport des 150 femmes dans des camions  et des cars jusqu'à Tours.
Alerte aérienne à Tours. Évasion de 2 femmes.

7h Le train d'Angers stoppe en face de Blaison. Les rails ont été déboulonnés

8h

Les prisonniers arrivent à pied dans la gare de triage après avoir fait une pause de 4 heures dans la nuit  ( de 3 à 7 h)

10h

2ème mitraillage du convoi par l'aviation anglaise à Langeais. 2 morts, 10 blessés.

11h Le convoi parti d'Angers arrive à Saumur. la Croix-Rouge distribue de l'eau des cigarettes et des fruits

12h

Une centaine d'ouvriers de l'Organisation Todt partagent la soupe avec le groupe de femmes à Tours. La Croix-Rouge distribue du pain et des sardines.

15h Le convoi de 120  prisonniers parti d'Angers le 6 août est mitraillé à St-Patrice. Les prisonniers sont transportés dans la soirée à La-Ville-aux-Dames  pour monter dans le convoi reconstitué.
16h Les femmes du convoi d'Angers sont regroupées à l'école du village à Saint-Patrice
Soirée Jeanne Héon Cannone dîne chez les Banon à Saint-Patrice.

A l'initiative des instituteurs, un repas est servi aux prisonniers. Tard dans la soirée les soldats enferment les prisonniers dans les classes.

20h

L'abbé BARRE fait un sermon pour relever le moral de tous et fait une prière pour les morts de la veille.
Les hommes prisonniers en rangs serrés et encadrés de sentinelles se rendent à pied à La-Ville-aux-Dames distant de 30 km environ.
Les femmes prisonnières sont transportées par camion dans la même direction.

22h Un groupe d'une quinzaine de prisonniers cachés sous le plancher de la baraque où ils étaient enfermés  réussissent leur évasion (Émile Mainguy, Georges Laurent, Pierre Kerautret...)

Mardi
8 août

.

 
Matin Rencontre de Mme Héon Canonne et de la duchesse de Talleyrand (Responsable de la Croix-Rouge)
10h30 Départ des prisonniers de Saint-Patrice
14h Arrivée du convoi de Saint-Patrice au passage à niveau de la Ville-aux-Dames. Un convoi "d'une longueur et d'un bigarré extravagants. Il y a une machine énorme, comme celle des grands express et de vieux wagons démodés contenant plus d'un milliers de prisonniers de guerre américains qui rient et qui chantent... Suivent d'innombrables fourgons à bestiaux de tous genres dans lesquels sont entassés deux mille prisonniers plitiques... Enfin, pour terminer, quelques wagons-plateaux sur lesquels sont postés des sentinelles"(Héon Canonne page 90).
Soirée Evasion de Mme Héon-Canonne de la Ville-aux-Dames

Mercredi
9  août

.

.

  20h00 Plus de 242 nouveaux détenus (identifiés à ce jour), 115 venant d'Angers et 127 sortis de la prison de Tours montent dans le convoi à La-Ville-aux-Dames.

Jeudi
10 août

soir

"Agnès de Nanteuil quitte l'hôpital de Tours où elle était hospitalisée et est conduite sur sa civière  à la gare puis embarquée dans le convoi. Dans le wagon où elle est jetée, trente cinq femme d'Indre-et-Loire qui viennent de passer plusieurs semaines en prison l'accueillent." Agnès de Nanteuil 1922-1944. Une vie offerte. Christophe Carichon. (page 163)

Celles-sur-Cher, Villefranche-sur-Cher, Mennetou-sur-Cher

22h00

..Le convoi est reparti  en direction de Vierzon
23h00 Évasion après Vierzon de 6 prisonniers

Vendredi
11 août

.

8 jours trop tard:
19/08/1944
Des éléments de la 3ème compagnie du 1er RI attaquent un train de troupes allemandes sur la ligne Vierzon-Bourges : 40 Allemands sont mis hors de combat.

A Bourges, un dernier groupe originaire de l’Indre rejoint les autres, dont des membres de l’Armée Secrète faits prisonniers lors d’une attaque allemande contre leur maquis le 12 juin 1944

1 femme est sortie de la prison de Moulins et monte dans le convoi à Digoin

Samedi 12 août

.

Libération de Nantes

Dimanche
13 août

.

Agnès de la Barre de Nanteuil , grièvement blessée le 6 août à Langeais décède le 13 août au soir en gare de Paray-le-Monial

A Paray-le-Monial, un prisonnier, Jaunasse du Dresny est tué par un Allemand...

Passage à Monceaux-les-Mines, Chagny  Beaune

 

Lundi
14 août

.

Vers 15h00 arrivée du convoi à Dijon

3  nouvelles femmes sorties de la prison de Besançon montent dans le convoi.
21 femmes montent dans le convoi à Dijon

Départ du convoi vers 17h00

Passage à Genlis puis Genlis ¨Dôle

Mardi
15 août

.

Arrivée à 11 h00 à Belfort. Tous les "politiques" descendent. Le train repart avec les prisonniers américains et les noirs.

24 août   5 prisonniers de la région PACA sont libérés
25 août   58 prisonniers sont libérés dont 19 du convoi de Langeais

26 août

.

45 prisonniers libérés dont 39 du convoi de Langeais

Quelques libérations sont effectuées à Belfort

Un convoi de 278 hommes part de Belfort en direction de Natzweiller.

27 août    72 prisonniers sont libérés dont 64 du convoi de Langeais
28 août   46 prisonniers sont libérés dont 30 du convoi de Langeais

29 août

.

 

15 prisonniers libérés dont 3 du convoi de Langeais

Un transport de 721 hommes quitte Belfort pour le KL Neuengamme

1er sept.

.

Un transport de 136 femmes (n° 456) quitte Belfort pour Sarrebrück et Ravensbrück

6 sept.

.

Arrivée au camp de Dachau

 

Sources:
  • Bulletin municipal Le Rennais de mai 1984
  • 1 Les heures douloureuses de Rennes V. Ladam
  • 2 Témoignage P. Héger
  • Carnet de Retour avec la division Leclerc. Pierre Bourdan.

  • Exécutez l'Air Commodore. Eddy Florentin et Claude Archambault- Flammarion.

  • Héon-Cannone, Jeanne, Les hommes blessés à mort crient, Editions du Chalet, Paris, 1966

  • Georges Le Breton - Le refus du destin. 1939-12945. Edition SILOE 1994

  • Arrestation de patriotes - Paul Heger- Les presses Bretonnes 1947-Saint--Brieuc

  • J. Darsel-"La Bretagne au combat 1939-1945"  Ed: Le Signor

g-b.gif (311 octets)        h-b.gif (328 octets)         

Plan du site  | Liste de déportés Liste des évadésListe de femmes déportées

  accueil-mdg1.gif (1380 octets)