accueil-mdg1.gif (1380 octets)

f2gr15.gif (202 octets)  fgr15.gif (168 octets)  fd15.gif (168 octets) 

Le dernier convoi de   déportés de Rennes  dit "train de Langeais"
Liste de déportés des 2  derniers convois partis de Rennes début août 1944

Pour enrichir la mémoire du passé, je recherche, d'autres noms de déportés, des témoignages, des documents ou des photographies  sur ce convoi de déportés.  

A - B - C - D- EF - G - H - IJ - KL- M- N O-P- QR- S - TU - VWXYZ

 Liste des évadés ou libérés à Belfort - Liste des femmes déportées

 Liste des lieux de déportation

"Il y a une histoire à raconter pour chacun"

KOANTIG Alexandre. Arrêté pour avoir attaqué la perception de Pouancé le 27 juin 44, en compagnie de 3 autres membres de la milice du P.N.B (Sergent). Emprisonné le 30 juin à Jacques Cartier. Il est libéré à Belfort 5

KASCHA Joseph, né le 29 mai 1883 à Tivorkan (Pologne). Arrivé en France en 1906, il 'engagea dans la Légion étrangère en 1914. Tailleur de profession. Accusé d'avoir tué un officier allemand à Sevailles en Liffré, il fut arrêté le 14 juin 1944 à Liffré par la Milice. Perrot. Transféré au camp Margueritte, il fit partie du convoi de prisonniers politiques qui quitta Rennes début août à destination de l'Allemagne. Il est libéré au fort Hatry de Belfort. fin août 1944. (Article). Source: Archives de Caen.

KHENACHE Uraha, né le 20 mars 1911 à Port-National (ALG). Entré le 19 juillet 1944 à Jacques Cartier. Il est déporté de Rennes début août 1944 vers Belfort, puis est transféré vers le KL Natzweiler le 26 août  1944. (matricule 23994). Autre lieu de déportation: Dachau. DCD.

KERANGOAREC Georges Joseph, né le 4 mai 1923 à Lorient (56). Il est déporté de Rennes début août 1944 vers Belfort, puis est transféré vers le KL Natzweiler le 26 août 1944. (matricule 23927). Autre lieu de déportation: Dachau. Il décède à Groditz, kommando de Flossenburg le 25 février 1945.

KERAUTRET Pierre. Né le 21 mai 1912 à Fougères (35). Démarcheur de banque, 20 rue Coëtlogon à Saint-Brieuc. Arrêté le 1er juillet 1944 à Saint-Brieuc, il est interné au camp Margueritte de Rennes (baraque 10 d'Héger), il monte dans le convoi le 1er août à 23h00 quai de Guigne, avec 126 autres détenus. Après le premier mitraillage du convoi, il est transféré dans une baraque de l'organisation Todt. A la suite du deuxième mitraillage, il s'évade le 7 août 1944. A son retour, il fait une déposition pour retirer ses papiers à Rennes le 14 août 1944.

 

 

KERMEL Marcel, né le 20 décembre 1922. Originaire de Quéménéven (29). Membre des Corps Francs Vengeance du Finistère. Déporté de Rennes le 2 ou 3 août 44 vers Belfort. Évadé à Langeais le 6 août 1944 . (Papiers le concernant déposés à la BDIC de Nanterre).

KERNIVINON Baptiste.

KEROUT (Mme) de Savenay. Evadée

KERVAREC Désirée dite Yvonne, née le 29 janvier 1918 à Douarnenez (29). Fille d'un officier de carrière, elle sut être fidèle à l'idéal de son père en aidant les troupes alliées à échapper à l'occupant. Elle entra en contact avec le réseau des Forces françaises libres où elle procura avec d'autres, les moyens de gagner l'Angleterre. Elle aida des résistants dans l'installation de postes émetteurs de la France Libre dans le département du Finistère, mission Coulinec du réseau Turquoise. Arrêtée à Taulé le 19 avril 1944 par la Gestapo, elle est soumise à l'interrogatoire et à la torture. Elle tint son serment de respecter la loi du silence sauvant ainsi les membres de son réseau. Internée à la prison Jacques Cartier de Rennes, elle fait parti du convoi qui quitta Rennes le 2 août en direction de Belfort. Elle est déporté le 1er septembre 1944 vers le KL Ravensbrück. (matricule :62836). Elle est ensuite transférée dans le kommando de Bendorff  'kommando affecté à la construction d’usines souterraines dans les anciens puits de mines ) et de Hambourg Altona, où elle fut d'un grand réconfort pour ses camarades. Elle est libérée à Wöbbelin le 2 mai 1945. Désirée Kervarec est officier de la Légion d'honneur, médaillée de la Résistance et Croix de guerre avec palmes. Elle est décédée le 25 février 2007.  Source:  ACP 27 P6 Caen.

KERYELL Albert, né le 10 novembre 1919 à Landerneau. Agent du réseau Cohors-Asturies depuis 1943, il est arrêté le 17 avril 1944 (un agent allemand ayant réussi à s'infiltrer dans le réseau) il est interné à la prison de Pontaniou à Brest puis au camp Margueritte de Rennes. Il est envoyé en convoi vers l'Allemagne dans le dernier train de déportés ayant quitté Rennes le 3 août 1944. Arrivé à Belfort le 15 août, il est interné au fort Hatry de Belfort. Le fort étant situé au-dessus des voies de chemin de fer, lors d'un bombardement, il s'est échappé par un grillage. Se trouvant dans la cour, il a suivi dans l'affolement les Allemands et passa la porte du fort. Secouru par la Croix-Rouge, il rejoignit Giromagny où il reçut des vivres. Quelques jours plus tard, il retrouve les soldats français après avoir passer le col de Servance. (Source: Fichier de Caen)

KIEFFER Georges, né le 29 juillet 1920 à Strasbourg (67). Requis en France. Conducteur d'engins. Arrêté à son domicile de Dinard (35) le 29 novembre 1943, il est écroué à la prison de Saint-Malo puis transféré trois jours plus tard à celle de Jacques Cartier à Rennes. Il est condamné à mort le 6 juin 1944 (D'origine alsacienne, était considéré comme traître). Il se trouve dans le convoi parti de Rennes le 2 août 1944 en direction de l'Allemagne. Arrivé à Belfort, il est déporté avec 3 autres détenus, enchaïnés deux par deux, par deux gardiens allemands vers la prison de Larlshure, puis 8 jours plus tard, il est transféré à la forteresse de Buchsal, puis Dachau et la forteresse de Naumburg-sur-Saale. Lors du bombardement de la forteresse de Naumburg, le 30 mars 1945, il s'évade et réussit à rejoindre la Bretagne.(Témoignage recueilli)

KONICCENY Marie, née le 24 janvier 1924 (de Couëron). Il est libéré  le 28 août 1944 au fort Hatry de Belfort .

KOANTIG Alexandre.  Arrêté le 30 juin 1944 pour avoir attaqué la perception de Pouancé le 27 juin 44, en compagnie de 3 autres membres de la milice du P.N.B (Sergent). S'évade à Belfort. 5

L. Eugène. S'évada après Vierzon le 10 août 44 (Témoignage  Heger)

 

LA MARRE Jean, né le 15 juillet 1924 à Landerneau (29). Domicilié à Landerneau au moment de son arrestation. Il est dans le convoi parti de Rennes début août  1944 vers Belfort. Il s'évade lors du transport à Saint-Mars-du-Désert, le 4 août 1944.

LABBE Agnès, née le 15 mai 1923 à Rennes (35). Elle appartient à un groupe de l'A.S.  F.T.P.F., sous les ordres de MM CRAVEC et LECELIER.  Elle a été arrêtée le 21 avril 1944 à l'hôtel du Cheval d'Or avec d'autres résistants où elle se présente pour avoir des nouvelles de son chef de groupe Émile Lecellier. Incarcérée à la prison Jacques Cartier, elle fait partie du convoi du 2 août 1944 qui quitte Rennes en direction de Belfort d'où elle est déportée vers le KL Ravensbrück le 1er septembre 1944. (matricule 62837). Autres lieux de déportation: Sachenhausen, Genshagen, kommando de femmes du KL Sachsenhausen situé à Berlin, travaillant pour l’usine AEG où elle décède le 15 janvier 1945. Source:  ACP 27 P6 Caen.

LADOUMEGUE LANUSSE Marie, née le 8 mars 1896 à Ossé (35). Compagne de Maurice Ladoumègue. Membre des Corps Francs Vengeance du Morbihan. Arrêtée à Rennes le 19 mai 44. Vannes. Déportée de Rennes le 2 août 1944 vers Belfort. Transférée vers Ravensbrück le 1er septembre 1944. (matricule:: 62838). Libérée le 9 avril 1945 à la frontière germano-suisse par la Croix-Rouge. Sources:  ACP 27 P6 Caen. Papiers les concernant déposés à la BDIC de Nanterre.

LAGADEC Paul, né le 4 octobre 1926 à Lannion (22). Il est dans le convoi dit de Langeais parti de Rennes début août 1944. Il s'évade à Ancenis (44) (Source: Mémorial des déportés)

LA MARRE Jean, né le 15 juillet 1924 à Landerneau (29). Domicilié à Landerneau au moment de son arrestation. Il est dans le convoi parti de Rennes début août  1944 vers Belfort. Il s'évade lors du transport à Saint--Mars-du-Désert, le 4 août 1944.

LAMBART André. Évadé. (Source familiale)

L'AMINOT Louis, né le 16 mars 1916 à Plouescat (29). Domicilié à Plouescat au moment de son arrestation. Impliqués dans la même affaire: Pierre ABJEAN, François L'AZOU, Jean Marie L'AZOU, Louis SEITE, Paul OUVRIER, Eugène et Louis MULLER, Vincent TOULLEC.  Il est arrêté le 2 mai 1944 à Plouescat (29).  Il est dans le convoi parti de Rennes début août  1944 vers Belfort. Il s'évade lors du transport à Saint-Mars-du-Désert, le 4 août 1944.

LANDONOFF Charles, né le 25 février 1912 (de La-Baule). Il est libéré  le 25 août 1944 au fort Hatry de Belfort.

LANGER Maurice, né le 7 décembre 1927 Paris 10e. Domicilié à Paris. D'origine juive, il est arrêté avec son père et sa grand-mère à Buléon dans le Morbihan, par la Gestapo, suite à une dénonciation. Son père réussit à s'enfuir. Interné à Rennes, il se trouve dans le convoi parti de Rennes début août 1944 à destination de l'Allemgne. Il est libéré  le 28 août 1944 au fort Hatry de Belfort.

LANGERON Suzanne, née le 4 mars à Toulon-sur-Arroux (71). Elle monte dans le convoi à Dijon avec 20 autre prisonnières le 14 aôut, puis est déportée de Belfort le 1er septembre 44 vers Ravensbrück. (Matricule62889). Lieux de déportation: Neue-Bremm, Ravensbrück où elle décède le 15 octobre 1944.

LANGLAIS Marie Constance, née EON le 23 juin 1902 à Saint-Nazaire (44).  Domiciliée à Le-Pouliguen (44). Restauratrice. Arrêtée par la Gestapo pour avoir détenu deux bidons d'essence le 2 décembre 1943. Internée à la prison militaire allemande, école Georges Sand, à Méan, à Saint-Nazaire. Dans cette prison, elle y est restée trois mois. Ensuite, elle a été hospitalisée à Saint-Jacques à Nantes. Elle s'est évadée au cours d'un bombardement le 8 juin 1944. Arrêtée de nouveau par la police allemande le 23 juillet 1944, elle est envoyée à la prison Lafayette à Nantes. le 4 août 1944, elle est transférée dans le convoi de prisonniers politiques parti de Rennes début août à destination de l'Allemagne. Libérée le 25 août 1944 à Belfort. Article.

 

LANGLO Jean, né le 18 mars 1911 à Saint-Avé (56). Gendarme de la Bmo de Saint-Aignan. Arrêté par la Gestapo et la milice le 27 juillet 1944 avec un groupe de 64 personnes à Loches. Emprisonné à Tours, il rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes à la Ville-aux-dames. Le convoi reconstitué repart le 10 août vers Belfort. Il est ensuite transféré de Belfort le 29 août 1944 vers Neuengamme. (matricule 43635. Lieux de déportation: Wilhelmshave, Sandbostel.

LANIMOUR Marie. Elle est déportée le 2 août 1944 de Rennes vers l'Allemagne. Non identifiée dans le mémorial des déportés de France.  Source:  ACP 27 P6 Caen

LANLO Jean, de Saint-Quay-Portrieux. Officier d'active, il est condamné pour activités gaullistes en novembre 1940, il s'évade en 1942 du camp de Morzac (Pas-de-Calais). Chef du réseau Mithridate pour la Bretagne, il est arrêté en juin 1943. Après une tentative d'évasion de la prison Jacques Cartier de Rennes, il fait partie de Rennes début août 1944 en direction de Belfort. Il s'évade en cours de transport à Langeais le 6 août 1944. Il regagne Saint-Quay-Portrieux pour organiser le maquis du Bois-de-la-Salle, dépendant de l'O.R.A.

L'ANTHOEN, né le 30 mai 1914 à Pleumeur-Gautier (22). Il est déporté de Rennes début août 1944 vers Belfort, puis est transféré vers le KL Natzweiler le 26 août  1944. (matricule 23953). Autre lieu de déportation: Dachau. Non revenu des camps.

LAPAIRE Marguerite, née le 9 avril 1890 à Brigeuil-la-Châtre (86).  Restauratrice, elle habite 5, rue Richelieu à Tours. Elle est arrêtée pour "gaullisme" le 23 juillet 1944. Emprisonnée à Tours, elle rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué à La-Ville-aux-Dames, repart le 10 août vers Belfort. Elle est ensuite transférée de Belfort le 1er septembre vers Ravensbrück où elle est gazée le 1er mars 1945. (matricule 62892).

LAPERCHE Félix, né le 6 mai 1924 à Pont-Jean (22) .Employé d'usine à Bruz et domicilié à Pont-Réan, il est arrêté le 22 juillet 1944 lors de la rafle de Pont-Réan (35) en représailles d'actes de brigandages commis localement par la fameuse bande Tudo-Laurent. Détenu au château de la Massaye, puis incarcéré à Jacques Cartier, il est déporté avec une douzaine de jeunes de Pont-Réan, par le convoi dit de Langeais de Rennes début août 1944 vers Belfort et dirigé le 26 août 1944 vers le KL Natzweiler. (matricule 23939). Autres lieux de déportation: Dachau, Melk, où il décède le 21 décembre 1944.

LAPLANCHE Joseph, né en 1912 à Villiers (36). Il travaille comme ajusteur à l’usine aéronautique S.N.C.A.S.O. et entre en résistance, dès 1943, dans le groupe constitué au sein de l’établissement. Lors de l’attaque par les Allemands de la ferme des Laboureaux à Jeu-les-Bois le 12 juin, Joseph est fait prisonnier avec 32 camarades de combat. Incarcéré à la caserne Bertrand à Châteauroux jusqu’au 2 août, il monte dans le convoi à Bourges (Cher). Arrivé à Belfort, il est déporté le 29 août 1944 vers le KL Neuengamme. Autre lieu de déportation: Wilhelmshaven où il décède le 2 avril 1945. Biographie

LARIVIERE Roland Henri, né le 15 mai 1904 à Châteauroux (Indre). Il habite Loches, 10 place de Verdun. Greffier au tribunal, père de deux enfants. Il est arrêté le 27 juillet lors de la rafle de Loches. Emprisonné à Tours, il rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué à La-Ville-aux-Dames, repart le 10 août vers Belfort. Il est ensuite transféré de Belfort le 29 août vers Neuengamme. (matricule 43843). Autre lieu de déportation: Wilhelmshaven où il décède le 17 novembre 1944.

LASBLEYE Benjamin, né le 17 juin 1922 à Trédarzec (22). Membre du groupe F.T.P. de Trédarzec. Arrêté par suite d'une dénonciation, il se trouve dans le convoi parti de Rennes en direction de Belfort.  Il s'évade à Langeais le 6 août 1944.

LASCAUD Andrée, épouse LARRIEU, née le 21 mai 1915 à Guéret (23). Surveillante dans le  préventorium de Rochecorbon. Elle arrêtée le 6 juillet 1944 à Rochecorbon pour aide à la Résistance. Organisation Mousquetaire. Emprisonnée à Tours, elle rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué à La-Ville-aux-Dames, repart le 10 août vers Belfort. Elle est ensuite transférée de Belfort le 1er septembre vers Ravensbrück. (matricule 62891). Elle est libérée le 22 avril 1945 à Oranienburg.

LASNIER Léon, né le 15 novembre 1917 à Saumur (49). Convoi n°453 de Belfort le 29 août 44 vers Neuengamme. (matricule 43635). Revenu.

LAVERDANT Georges, né le 5 février 1920 à Celon ( Indre). Gardien de la paix à Loches, il est arrêté le 27 juillet lors de la rafle de Loches. Emprisonné à Tours, il rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué repart le 10 août 1944 vers Belfort, puis est transféré vers le KL Neuengamme le 29 août ( matricule: 43789). Autre lieu de déportation: Whilelmshaven où il décède le 9 janvier 1945.

Joseph LaunayLAUNAY Joseph, né le 10 janvier 1919 à Hédé.  Il entre en juillet 1943 dans la Résistance de Dinard F.N. et participe à l'organisation de plusieurs groupes de jeunes dans le département et à la diffusion de journaux clandestins anti-allemands. En août 1943, il est responsable département des jeunes et entre en relation avec tous les groupements de Résistance (F.N., C.C.M., Libé-Nord, F.T.P.) avec lesquels il assure les liaisons. Il prépare avec l'Etat-major, les plans des opérations contre l'ennemi. En décembre 1943, il est désigné par le Front National comme membre du premier C.D.L. clandestin. Il prend contact avec Tanguy-Prigent, Le Gorgeu, Louviot, pour l'organisation de la Résistance en Bretagne. Il assure les liaisons pour les groupes F.T.P.F. d'Ille-et-Vilaine. Arrêté par la Gestapo le 24 février 1944 à Rennes, il est incarcéré à la prison Jacques Cartier. Il est déporté le 2 août 1944 vers Belfort, puis transféré vers le camp de Neuengamme le 29 août. (matricule 43887). Autre lieu de déportation: Sandbostel. Revenu.

LAURENT Georges, domicilié 30 bd de la République à Brest. Il avait fait sauter les pétroles Jupiter à Brest.  Incarcéré au camp Margueritte avec 300 autres prisonniers, il monte dans le convoi le 1er aout à 23 heures quai de Guigne, avec 126 détenus. Caché sous le plancher de la baraque où il était enfermé, il s'évade à Langeais le 7 août 1944 dans la soirée avec 15 autres camarades, dont Pierre KERAUTRET et Émile Mainguy.  Le 14 août 1944, il se trouve avec Pierre KERAUTRET  et Émile MAINGUY de Trébeurden le 14 août 1944 pour récupérer ses papiers à Rennes. (Témoignage d'Émile MAINGUY).

LAURENT Raymond, né le 31 août 1911 à Châteauroux (36). Il monte dans le convoi à Bourges (Cher). Arrivé à Belfort, il est déporté le 29 août 1944 vers le KL Neuengamme. (matricule 44106). Il décède le 8 janvier à Neuengamme.

Lavenant Odette déportée en août 1944LAVENANT Odette, Odette, née le 4 mars 1925 à Pabu (22).Arrêtée le 26 mai 1944 pour détention de tracts. Emprisonnée à Guingamp, elle est ensuite transférée à Jacques Cartier à Rennes. Elle est dans le transport parti de Rennes le 2 août 1944 en direction de Belfort(Convoi dit de Langeais), puis est déportée le 1er septembre 44 vers Ravensbrück. ( matricule:62839). Libérée le 1er mai 45. Témoignage

 

LAVERDANT Georges, né le 5 février 1920 à Celon (36). Il monte dans le convoi à Bourges. Arrivé à Belfort, il est déporté le 29 août 1944 vers le KL Neuengamme. (matricule 43879). Autre lieu de déportation: Wilhelmshaven où il décède le 9 janvier 1945.

LAVOLÉ Mathurin, né le 14 mars 1906 à Guilligomarch (Finistère). Le 28 juillet, un camion dans lequel se trouvaient seux Allemands avaient été mitraillés par des résistants à la gare de Lieuron-Pipriac. A la suite de ce mitraillage, le lendemain, les Allemands ayant aperçu le jeune Chevrier dans un champ près de la gare, , ils l'ont blessé grièvement par balles. Deux gendarmes de Pipriac, dont Mathurin Lavolé, lors de leur enquête sont arrêtés. (propos désobligeants tenus probablement envers l'armée allemande). Le collègue de Mathurin Lavolé est relâché, mais ce dernier est embarqué le 3 août 1944 dans le convoi de prisonniers politiques parti de Rennes et de passage à Redon à destination de l'Allemagne. (Train dit de Langeais), puis est transféré le 29 août 1944 vers le KL Neuengamme. (Matricule 43767). Il décède le 7 janvier 1945 à Wilhelmshaven de broncho-pneumonie. (Source: Arch de Caen)

L'AZOU François, né le 6 novembre 1912 à Plouescat (29). Domicilié à Plouescat au moment de son arrestation. Impliqués dans la même affaire: Pierre ABJEAN, Jean Marie L'AZOU, Louis L'AMINOT, Louis SEITE, Paul OUVRIER, Eugène et Louis MULLER, Vincent TOULLEC, François PLEIBER. Il figure sur une liste trouvée au domicile d'Eugène MULLER, il est arrêté pour détention d'armes de guerre, par les Allemands, le 2 mai 1944. Il est dans le convoi parti de Rennes début août 1944 vers Belfort. Il évade à Saint-Mars du Désert, le 4 août 1944.

L'AZOU François, né le 3 juillet 1924 à Plouescat (29). Domicilié à Plouescat au moment de son arrestation. Impliqués dans la même affaire: Pierre ABJEAN,  Jean Marie L'AZOU, Louis L'AMINOT, Louis SEITE, Paul OUVRIER, Eugène et Louis MULLER, Vincent TOULLEC, François PLEIBER. Il figure sur une liste trouvée au domicile d'Eugène MULLER, il est arrêté pour détention d'armes de guerre, par les Allemands, le 2 mai 1944. Il est dans le convoi parti de Rennes début août 1944 vers Belfort. Il évade à Saint-Mars du Désert, le 4 août 1944.

 

L'AZOU Jean Marie, né le 24 décembre 1913 à Cléder (29). Domicilié à Plouescat au moment de son arrestation. Impliqués dans la même affaire: Pierre ABJEAN, François L'AZOU, Louis L'AMINOT, Louis SEITE, Paul OUVRIER, Eugène et Louis MULLER, Vincent TOULLEC, François PLEIBER. Il figure sur une liste trouvée au domicile d'Eugène MULLER, il est arrêté pour détention d'armes de guerre, par les Allemands, le 2 mai 1944. Il est dans le convoi parti de Rennes début août  1944 vers Belfort. Blessé au cours de son évasion à Saint-Mars du Désert, il est achevé par un membre de l'escorte le 4 août 1944.

 

L'AZOU Yves, né le 1er mars 1920 à Cléder (29). Menuisier. Domicilié à Plouescat au moment de son arrestation. Il faisait partie du mouvement Défense de la France à Brest. Impliqués dans la même affaire: Pierre ABJEAN, François L'AZOU, Jean Marie L'AZOU, Louis L'AMINOT, Louis SEITE, Paul OUVRIER, Eugène et Louis MULLER, Vincent TOULLEC, François PLEIBER. Il figure sur une liste trouvée au domicile d'Eugène MULLER, il est arrêté pour détention d'armes de guerre, par les Allemands, le 2 mai 1944, il est interné au camp Margueritte de Rennes. Il est dans le convoi parti de Rennes début août 1944 vers Belfort. Il s'évade en cours de transport à Saint-Mars du Désert, le 4 août 1944. AC 123 196 - 116 295

LE BAYON Marcel, né le 19 janvier 1921 à Bruz (35). Il était réfractaire au S.T.O.. Requis le 30 octobre 1942, il fut dirigé sur Wolfen en Allemagne où il travailla en usine jusqu'en avril 1944. Venu en permission, il ne voulut pas repartir. Il est arrêté le 22 juillet 1944 à Guichen lors de la rafle de Pont-Réan (35) en représailles d'actes de brigandages commis localement par la fameuse bande Tudo-Laurent, puis est déporté de Rennes début août 1944 vers Belfort. (Train dit de Langeais). Arrivé au KL Natzweiler le 26 août 1944 en provenance de Belfort. (matricule 23933). Autre lieu de déportation: Dachau. Libéré le 30 avril 1945 à Allach. (Article). Source: ACP 27 P6 Caen.

LE BIHAN Yves avait dénoncé des résistants à la Gestapo et à la milice Bezen Perrot. Il est libéré au fort Hatry de Belfort. Il a été poursuivi à son retour à Saint-Nicolas-de-Redon. condamné à 20 ans de travaux forcés et à l'indignité nationale le 27 octobre 1944. Sa mère qui avait dénoncée Jeanne Mouraud déportée à Ravensbrück a été condamnée à 5 ans.

LE BOUILLE Raymond, né le 12 septembre 1918 à Kerpert (22). Coiffeur. Domicilié à Sèvres (S et O), requis au S.T.O., il se réfugie en Bretagne où il rejoint le maquis du "bois d'Auvaugour" près de Guingamp. Lors d'une rafle, il est arrêté en possession de documents, le 12 juin 1944 à Guingamp (Côtes d'Armor). Il est dans le convoi parti de Rennes en direction de Belfort début août. Il s'évade en cours de transport à Langeais le 6 août 1944. (Source: Archives de Caen).

LE BRAS Yves, né le 10 juillet 1913 à Lampaul-Guimilliau (Finistère). Marié, père de 7 enfants, employé à la S.N.C.F.. Arrêté par les Allemands le 30 avril 1943 alors qu'il arrivait au dépôt de Morlaix sur un train venant de Saint-Brieuc pour sabotage de matériel ferroviaire. Il a été détenu dans les prisons de Morlaix, Saint-Brieuc puis au camp de Rennes avant d'être dirigé vers l'Allemagne début août (convoi de Langeais). Il est libéré  le 28 août 1944 au fort Hatry de Belfort. (Source: Archives de Caen)

 

 

LE BRETON Georges, né le 20 mai 1913. Évadé à Saint-Patrice (37). Il a écrit son aventure dans un livre: Le refus du destin paru aux éditions SILOE.

LE BRICON Roger, né le 28 avril 1923 à Bourbriac (Côtes-d'Armor). Réfractaire au S.T.O., il appartient au maquis de Coat-Mail (Côtes-d'Armor) et Scrignac (Finistère) et Libé Nord. Arrêté par la feldgendarmerie allemande dans la nuit du 13 au 14 mai 1944 à Bourbriac, dénoncé par un ancien FTP de Hanvec et un garagiste de Landerneau. Conduit à la prison de Pontaniou à Brest, puis au camp Margueritte à Rennes. De là, il est dirigé vers l'Allemagne début août 1944. Il s'évade en cours de transport lors de l'évasion d'une trentaine de camarades à Saint-Mars-du-désert. L'alerte donnée, il est contraint de se cacher sous un wagon, tandis que les Allemands mitraillent. Il restera accroché à une barre de fer sous le wagon pendant 14 km. Au départ de Pannecé, il se laisse tomber sur la voie et réussit à gagner Châteaubriant qui était sur le point d'être libéré par les Américains. (Source: Archives de Caen).

LE BROCHER Marie "Maryvonne", née le 18 mars 1913 à Begard (22). Célibataire. Jeune assistante sociale.  Domiciliée à Rennes (35) au moment de son arrestation, elle est déportée de Rennes le 2 août 1944 vers Belfort, puis est transférée le 1er septembre  vers le KL Ravensbrück. (matricule 62869). Autre lieu de déportation: Genshagen, kommando de femmes du KL Sachsenhausen situé à Berlin, travaillant pour l’usine AEG. Elle est libérée le 14 avril 45 à Salzwedel. Elle est accueillie le 14 mai 1945 devant un peloton de résistants qui lui présentaient les armes devant la mairie de Begard. (Source: ADIV 167 J46)

LE CALLONEC épouse GUILLAUME Eugénie-Marie, née le 26 juillet 1922 à Saint-Jean-de-Brévelay (56). Elle est déportée de Rennes le 2 août 1944 vers Belfort, puis transférée vers Ravensbrück le 1er septembre 1944 (matricule 62842). Autres lieux de déportation: Sachenhausen. Genshagen, kommando de femmes du KL Sachsenhausen situé à Berlin, travaillant pour l’usine AEG. Libérée le 22 avril 1945 à Sachsenhausen.  Source:  ACP27P6 Caen.

LE CALLONEC épouse  LE PALLEC Anne-Marie, née le 28 mars 1920 à Saint-Jean-de-Brévelay (56)

Elle habite, avec sa famille, la ferme de Saint-Thuriau en Saint-Jean-Brévelay. Cette maison est depuis deux ans un refuge pour les agents de liaison du réseau Confrérie Notre-Dame, et aussi un centre d'émission pour les radios qui
adressent de nombreux messages à Londres.
Un dimanche après-midi de février 1944, sur dénonciation, la Gestapo fait irruption dans la ferme et cerne le village.
Les Allemands pillent la maison et arrêtent les personnes présentes. Employant la langue bretonne, Anne-Marie prévient les voisins d'avertir son frère qui est au champ de ne pas rentrer. Dans le camion qui la conduit ainsi que son père et sa soeur Eugénie, à la prison Nazareth à Vannes, les membres du réseau conviennent, en breton, de la ligne de conduite à respecter pour les interrogatoires.
Malgré les coups, les interrogatoires répétés, Anne-Marie tient bon et ne révèle pas les noms de ceux qui venaient à la ferme ni aucun renseignement sur les émissions de Londres. Au bout de quelques mois, elle est transférée à Rennes où elle retrouve son père, mais pour peu de temps.
Elle est déportée de Rennes le 2 août 1944 vers Belfort, puis transférée vers Ravensbrück le 1er septembre 1944 (matricule 62841).
Le 4 septembre 1944, elles sont débarquées à Ravensbrück. Premiers contacts avec les prisonnières du camp, des Polonaises, des Russes, des femmes de tous les pays d'Europe, et puis les horreurs. Tous les jours, l'appel qui dure des heures, sous la pluie, la neige, les chiens qui hurlent, les coups, les brutalités coutumières, le matraquage, harcelées de cris.
Anne-Marie travaille à l'usine située à quelques kilomètres du camp. Les alentours immédiats sont complètement rasés ; l'usine est dans un état de délabrement, car continuellement bombardée, le dernier assaut datant du 6 août 1944. Les prisonnières s'y rendent à pied chaque jour. C'est une usine qui assemble les avions. Anne-Marie doit nettoyer des fosses sous les châssis d'avions remplies de boulons baignant dans l'huile. Elle les vide à l'aide de seaux. Elle a les pieds et les mains brûlés et crevassés par l'huile synthétique.
Très malade, Anne-Marie ne doit son salut qu'aux bombardements qui ont coupé les communications ferroviaires vers les chambres à gaz. Elle retrouve sa soeur qui l'aide de son mieux. C'est le début de la débâcle et de la retraite et, le 22 avril 1945 elle est l
ibérée le 22 avril 1945 à Oranienburg. Autres lieux de déportation: Sachenhausen.
Leur rapatriement en France n'aura lieu que quelques mois plus tard. Anne-Marie retrouve sa famille à Saint-Thuriau mais sa joie est assombrie par l'inquiétude du  sort de son père. Pour se rétablir, Anne-Marie passera deux années dans un sanatorium en Suisse. Quant à sa soeur Eugénie elle décède à l'âge de 50 ans des suites de la déportation.
 
Anne-Marie Le Calonnec est décédée le 5 mars 2006. Elle est médaillée de la Résistance, et officier de la Légion d'Honneur

Source:  ACP 27 P6 Caen.  (Extraits d'un témoignage écrit par Anne-Marie Le Calonnec) Lien externe

LE CAM Joseph, né le 5 août 1903 à Port-Louis (56). Gendarme à Plouay (56). Il est déporté début août 1944 de Rennes vers Belfort, puis est transféré le 29 août 1944 vers KL Neuengamme. (matricule 44228). Autres lieux de déportation: Wihelmshaven. Il décède le 8 mai 1945 à Hambourg. Source: ACP 27 P6 Caen.

LE CANN Joseph Marie, né le 2 mars 1899 à Hanvec (29). Arrêté à Hanvec.  Il recueille le 26 septembre 1942 et héberge pendant huit jours, un aviateur américain, tombé sur le territoire de la commune. D'août 1943 à son arrestation, le 29 avril 1944 à Hanvec (suite à une dénonciation de l'agent allemand CORRE Jean), il contribue à l'organisation de la Résistance dans le secteur Le-Faou-Hanvec, prospection de terrains de parachutage, dépôts d'armes et instruction des recrues à son domicile. Interné à Rennes, il se trouve dans le convoi de prisonniers parti de Rennes début août. Il s'évade en cours de transport à Saint-Mars-du-Désert le 4 août 1944. (Source: Archives de Caen).

LE CANN Paul, né le 31 mai 1925 à Rennes. Il faisait ses études d'ingénieur aux Arts et Métiers. Il est arrêté comme otage, lors de la rafle de Guignen du 28 juillet 1944. Incarcéré au camp Margueritte, il est déporté  dans le dernier convoi du 3 août 1944 vers Belfort puis transféré le 29 août 1944 vers Neuengamme. (matricule 43912). Autres lieux de déportation: Wilhelmshaven. Il décède le 7 avril 1945 à Lunebourg. Une partie du Kommando de Wilhemshaven est évacué le 3 avril 1945, par un transport ferroviaire d’au moins 400 blessés et malades, qui est attaqué le 7 avril par l’aviation alliée en gare de Lunebourg. Les pertes sont terribles, et au moins 60 déportés partis de Belfort y laissent la vie. D’autres sont ensuite exécutés par les SS, alors que les survivants sont conduits en camion au camp de Bergen-Belsen libéré le 15 avril 1945.

LE CARRER Mathurin, né le 29 mai 1892 (de Bubry - 56). Se trouvait dans la baraque 10 d'Heger dans le camp Margueritte. Il est libéré  le 28 août 1944 au fort Hatry de Belfort.

LE CLAIREQ Louis, né le 25 juin 1925 à Nantes (44). Arrêté pour appartenance au maquis, il est incarcéré à la prison de Nantes le 25 juillet 1944. Il rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes en direction de Belfort début août. Il est ensuite déporté le 29 août de Belfort vers le KL Neuengamme. (matricule 43647. Autres lieux de déportation: Wihelmshaven. Il décède le 7 avril 1945 à Lüneburg.

Llecoq-mathurin.jpg (28862 octets)E COQ Mathurin, né le 22 décembre 1900 à Saint-Brieuc. Boucher aux abattoirs de Saint-Brieuc. Il se trouvait dans la baraque 10 d'Héger. Il s'évada à Vierzon le 10 août 1944 (Témoignage Heger)

 

 

LE CORRE Yvonne, né le 29 décembre 1913 à Brest. Membre des Corps Francs Vengeance du Finistère et du réseau d’évasion Turquoise, elle est arrêtée à Quimper le 22 avril 1944.  Torturée 15 rue Laennec, siège de la Gestapo lors de son interrogatoire, elle est ensuite transférée à Rennes le 25 avril. Le  2 août 1944, elle monte dans le convoi de déportés à destination de l'Allemagne (convoi de Langeais). Arrivée à Belfort, elle est déportée vers Ravensbrück le 1er septembre 1944. (matricule 62843). Libérée le 2 mai 1945 à Wöbbelin. Autres lieux de déportation: Beendorf. (Papiers la concernant déposés à la BDIC de Nanterre).  Sources:  ACP 27 P6 Caen.-Papiers la concernant déposés à la BDIC de Nanterre.

Témoignage

LE CORVEC Adèle, née le 21 décembre 1901 à Muzillac. Meunière. Arrêtée sur dénonciation par la Gestapo, pour détention d'armes et recrutement de volontaires. Condamnée à mort le 7 juin 1944, sa peine est commuée en celle de déportation. Incarcérée à Rennes, elle se trouve dans le convoi de prisonniers politiques parti de Rennes début août 1944 à destination de l'Allemagne. Elle est libérée au fort Hatry de Belfort le 27 août 1944. (Source: Archives de Caen).

LE DREFF de Ploudalmézeau. Évadé à Langeais, repris et fusillé le 6 août 44.

LE DROFF Julien, né le 22 janvier 1895 à Lannilis (29). Il est dans le transport parti de Rennes début août 1944 en direction de Belfort, puis est déporté le 29 août 44 vers Neuengamme. Il décède le 20 février 1945 à Bergen-Belsen. Source: ACP 27 P6 Caen.

LE DROGO Francis, né le 7 mars 1905 à Pontivy (Morbihan). Minotier. Il a appartenu au réseau "Action" de la France Combattante de la Région, puis aux Forces Françaises Libres de l'Intérieur avec le grade de sergent. Arrêté le 31 mars 1944 à son domicile à Josselin par la Gestapo. Son domicile était un centre actif de résistance. Il y a reçu de nombreux chefs nationaux, régionaux et départementaux des organisations résistantes. Interrogé à Ploërmel où il fut violemment maltraité, il n'a rien dévoilé de l'organisation dont il faisait partie. Son arrestation n'en a entraîné aucune autre. Transféré à la prison Jacques Cartier à Rennes, il a été embarqué dans un convoi de prisonniers politiques le 3 août 1944 à destination de l'Allemagne. Il s'évade en cours de transport à Langeais le 6 août 1944. Titulaire de la Croix de guerre avec citation à l'ordre de l'Armée. (Source: Archives de Caen).

LE DROGOFF Marcel, né le 8 avril 1921 à Noyal-Muzillac (Morbihan). Arrêté le 15 avril 1944 à la ferme de son père. Il faisait partie d'un groupe de résistants . Emprisonné à la maison d'Arrêt de Rennes. il est embarqué dans le convoi parti de Rennes début août à destination de l'Allemagne. Lors de sa tentative d'évasion à Saint-Mars du Désert le 4 août 1944, il est repris et abbatu sur place. (Source: Archives de Caen.)

LE DROGUENNE Albert Marie, né  le 14 octobre 1916 à Theix (56). cultivateur,arr^eté le 14 avril 44Convoi n° 453 de Belfort le 29 août 44 vers Neuengamme. (matricule 43805. Autre lieu de déportation: Wihilmshaven. Il décède  à Sandbostel le 12 mai 1945 (Avant son rapatriement.  (Source JO: 83-9 avril 1994)

LE DRUIHENEC LE DRUILHENEC Harold, né le 5 août 1911 à Jersey(GBJ). Arrêté à Jersey pour avoir secouru un aviateur Feodor Burriy, prisonnier de guerre russe, par la Gestapo avec sa sœur Louisa GOULD. Il se trouve dans le convoi, parti de Rennes début août 1944 à destination de l'Allemagne. A Belfort, il est déporté le 29 août 44 vers Neuengamme. (matricule 43974.Revenu.

LE DUC (Dr) Jean, né le 13 juin 1907 à Morlaix. Domicilié à Morlaix au moment de son arrestation le 3 juin 1944 après avoir assisté à un parachutage. Détenteur de documents établissant la preuve de rapports avec les alliés, il est emprisonné à Brest puis est transféré au camp Margueritte de Rennes (baraque 10 d'Héger). Il est embarqué dans le convoi de prisonniers qui quitte Rennes le 3 août 1944 à destination de Belfort. A Langeais, lors du mitraillage, Edouard Quéau, instituteur à Portsall, est blessé d'une balle reçue à la tête. C'est le Docteur Le Duc qui le panse. Il s'évade ensuite le 10 août. (Source: Archives de Caen.

LE FEVRE Marcel, né le 1er août 1925 à Saint-Brieuc (22). Il est déporté de Rennes début août 1944 vers Belfort, puis est transféré vers le KL Natzweiler le 26 août  1944. (matricule 23938). Il est libéré  à Dachau le 29 avril 1945.

LE FLOCH Juliette, née CAHOUR le 10 novembre 1900 à Armentières (Nord). Institutrice à l'école publique de Redon, domiciliée 8 rue des Chauffards à Redon. Mère d'une jeune fille de 15 ans. Son mari est retraité des Contributions directes. Dès 1940, Mme Le Floch  prend une part active à la lutte contre l'occupant allemand. Membre du Front National, elle déploie une grand activité  au sein du groupe "Front National" dirigé par Mlle JAN directrice d'école à Redon. Elle assure la remise et la diffusion de journaux et de tracts anti-allemands. Elle s'occupe de la perception des cotisations et de recueillir des aides à la Résistance. Elle héberge des réfractaires du S.T.O. et répartit les armes destinés aux groupes. Elle est arrêtée le 29 mai 1944 suite à une dénonciation. Incarcérée à la prison Jacques Cartier de Rennes, elle se trouve dans le le convoi parti de Rennes le 2 août 1944 en direction de Belfort où elle est libérée au fort Hatry le 26 août 1944. Aidé par le Secours national, elle est dirigée vers Giromagny à 15 km de Belfort. Logée par la population patriote, elle réussit  avec 7 autres prisonniers (Rosalie ROUAULT, Marie CAHOUR, Prosper BREVET, Alice DUCHENE, Angèle DEPLANTAY et Philémon FORESTIER) à passer en  Suisse à Delle le 16 octobre grâce à Madame MORANDINI (arrêtée le même jour lors de son passage le 16 octobre 1944.  Dirigée quelques jours plus tard vers la zone libérée à Pontarlier elle est rapatriée le 25 octobre 1945 à Redon. Sources: ADIV 6ETP2 - 43 ; 167 J 45; 167J 31/2

LE FLOCH Marthe, née le 13 octobre 1920 à Saint-Gouvry (56). Célibataire. linotypiste ouvrière. Domiciliée à Rennes. Arrêtée le 3 avril 1944, elle est déportée de Rennes le 2 août 1944 vers Belfort, puis transférée vers Ravensbrück le 1er septembre 1944. (matricule 62844). Autre lieu de déportation: Genshagen, kommando de femmes du KL Sachsenhausen situé à Berlin, travaillant pour l’usine AEG. Revenu des camps. Source:  ACP 27 P6 Caen.

LE FLOCH Robert, né le 25 janvier 1908. Se trouvait dans la baraque 10 d'Héger. Évadé à Langeais le 6 août 1944.

LE FOUEST Alain, né  le 31 mars 1923 à Crozon (29). Arrêté le 20 mai 1944 pour sabotage, déraillement d'un train à Quemeneven (29). Il est déporté de Belfort le 29 août 44 vers Neuengamme. Non revenu. Source AC 21P 474 785.

LE GAC François, né le 8 décembre 1910 à Brélévenez (Côtes d'Armor). Entré au bataillon F.F.I. de Lannion, commandé par le Cdt Gilbert (François Tassel) au début 1943, il participe aux opérations de Lannion. Arrêté sur dénonciation pour appartenance à un groupe de résistants le 22 juin 1944, il est incarcéré à Saint-Brieuc  puis au camp Margueritte de Rennes. Le 3 août 1944, il est embarqué dans un convoi qui quitte Rennes à destination de l'Allemagne. Il s'évade en cours de transport à La-Ville-aux-Dames le 10 août 1944. Recueilli par l'adjoint au maire de Saint-Pierre-des-Corps, il est dirigé vers Varetz. (Archives de Caen).

LE GAC Joseph, né le 10 mai 1924 à Pleurtuit (Ille-et-Vilaine). Il participe activement à la Résistance à La-Bouëxière (Ille-et-Vilaine), son frère lui confiant la récupération du matériel (armes et explosifs) pour les groupes de Rennes. Suite à l'attaque de la prison de Vitré à laquelle son frère participait. Ayant reconnu un de ses camarades d'enfance, ignorant qu'il était du S.D. allemand, ce dernier lui demande d'entrer en contact avec la Résistance et particulièrement avec son frère Mathurin. Pour prendre contact avec lui, l'agent du S.D. le conduit à Rennes, au siège du S.D. allemand, rue Châteaudun à Rennes. Arrêté en descendant de moto, il est torturé par la Gestapo puis incarcéré à Jacques Cartier le 28 juin 1944. Il est déporté de Rennes le 2 août 1944 vers Belfort (Train dit de Langeais) puis transféré le 29 août 1944 de Belfort vers le KL Neuengamme. (Matricule 44227). Autre lieu de déportation:  Wilhelmshaven. Le 15 avril 1945 à Lübeck, il est embarqué sur le "Cap Arcona". Ce navire est coulé par les Alliés. Il réussit à rejoindre la côte où il est secouru par les unités anglaises. Revenu. Source: ADIV 167 J 47

LE GALL Eugène. S'évada avec Pierre Héger après Vierzon le 10 août 44 (Témoignage Paul Heger)

LE GALL (Jean, Maurice), né le 11 janvier 1895 à Rosporden (29). Il est déporté de Rennes début août 1944 vers Belfort, puis est transféré vers Natzweiler le 26 août 1944. (matricule 23960). Il décède le 20 mars 1945 à Flossenburg. Autre lieu de déportation: Dachau. (Source JO: 113-17 mai 1994).

LE GALLAIS Yves, né le 18 juin 1913 à Etables-sur-Mer (22). Gendarme à Saint-Quay-Portrieux. Arrêté le 15 octobre suite à l'attaque du bureau de Poste de Lantic. Transféré à Rennes, il fait partie du convoi parti de Rennes début août 1944 en direction de L'Allemagne, puis est déporté de Belfort le 29 août 1944 vers Neuengamme. (Matricule 44232). Autres lieux de déportation: Wihilmshaven.  Rescapé des camps. Source: ACP 27 P6 Caen.

LE GALLAIS Yves, né le 18 juin 1913 à Etables-sur-Mer (22). Gendarme à Saint-Quay-Portrieux (Convoi dit de Langeais), puis est déporté de Belfort le 29 août 1944 vers Neuengamme. (Matricule: 44232). Autres lieux de déportation: Wihilmshaven.  Rescapé des camps.

LE GOFF Jean, né le 4 juin 1928 à Quimper (29). Il est déporté de Rennes début août 1944 vers Belfort, puis est transféré vers le KL Natzweiler le 26 août  1944. (matricule 23935. Il décède  le 19 janvier 1945 à Melk. Autres lieux de déportation: Dachau, Mauthausen.

LE GOFF Yves, né le 29 septembre 1917 à Graces (22). Il est déporté de Rennes début août 1944 vers Belfort, puis est transféré vers le KL Natzweiler le 26 août  1944. (matricule 23952). Autres lieux de déportation: Dachau, Neuengamme. Non revenu des camps.

LE GOUPIL Marthe, née le 21 septembre 1915 (de Rennes). Elle est libérée le 27 août 1944 au fort Hatry de Belfort .

LE GRAET  épouse LE FLOHIC Denise, née le 5 janvier 1923 à Bourbriac (22). À partir de 1943, elle entre dans la Résistance en distribuant le journal clandestin « Le Patriote des Côtes-du-Nord » par l’intermédiaire de Jean Devienne. Elle fournit de l’aide aux réfractaires du STO en leur faisant de fausses cartes ou en leur fournissant des tickets d’alimentation. Ces papiers sont réalisés à la main, avec la complicité de deux gendarmes. Dénoncée, elle est arrêtée le 14 mai 1944. Envoyée d’abord à la prison de Guingamp, elle est transférée ensuite à Saint-Brieuc puis à la prison Jacques Cartier de Rennes le le 3 juin 44, elle se trouve dans le convoi de prisonniers parti de Rennes le 2 août 1944 en direction de Belfort. Elle est déportée le 1er septembre 1944 vers Ravensbrück. Libérée le 22 avril 45 à Oranienburg.Source:  ACP 27 P6 Caen. Plaquette sur l'exposition sur la Libération de la Bretagne 8-2014. ONAC

LE GRAND Jean, né le 29 juillet 1922 à Rouen. Le 19 janvier, il est arrêté par la S.P.A.C. (Service de police anti-communiste) à Morlaix. Interné à la prison de Vitré, il est Il est libéré  par les F.T.P. le 30 avril. Il participe aux combats de La-Bouxière, libérant ses camarades, arrêtés par la gendarmerie et rejoint Morlaix le 2 mai. Arrêté par la Gestapo le 12 mai, il est interné à la prison Jacques Cartier et embarqué dans le convoi début août. Il s'évade le 6 août à Langeais lors du mitraillage (Archives à exploiter) Source: ACP 27 P6 Caen.

LE GUENNEC Hélène. (surnom : Lina). Née GRANGER le 18 août 1897 au Palais (56). Membre de Vengeance-évasion du Finistère (Quimper). (La famille Le Guennec, servant toute au sein de Vengeance, a été entièrement arrêtée sur dénonciation à Quimper le 20 janvier 1944 :- Mme Héléna Le Guennec mère, 46 ans, et ses enfants :- Henri (à Vengeance : Marc), 23 ans, qui mourra en déportation à Neuengamme, - Jacques (à Vengeance : Yves), 19 ans, qui mourra dans le train l’emmenant en déportation,- Monique, qui sera relâchée quelques mois plus tard, - Michel, 8 ans, relâché quelques jours plus tard). Déportée de Rennes le 2 août 1944 vers Belfort. Transférée vers Ravensbrück le 1er septembre 1944. (matricule 62907). Elle décède le 28 février 1945 à Ravensbrück de dysenterie. (Papiers la concernant déposés à la BDIC de Nanterre).

LE GUEZENNEC. Capitaine originaire de la Bretagne.  Il est dans le convoi parti de Rennes en direction de Belfort. Il s'évade à Langeais le 6 août 44.

LE GUILCHET Edouard, 41 ans. Arrêté à 21 ans, lors d'une rafle en mai au village Belle-Fontaine en Querrien en même temps que Lucie Cornic, 18 ans et Roger Sparfeld.

LE GUYADER Joseph, né le 9 octobre 1920. Originaire de Loguivy-Plougras (22). Il est dans le convoi parti de Rennes en direction de Belfort. Il s'évade à Langeais le 6 août 44.

LE HELLAYE Paul Jean, né  le 6 février 1923 à Pontivy (56). 21 ans, Célibataire, étudiant, moniteur de colonie de vacances, demeurant "Terchant" à Ruillé-le-Gravelais. Il est arrêté le 27 juillet 1944 à La-Gravelle (53) avec 10 autres résistants. Interné à Laval et Angers, il est mis dans le convoi de déportés parti de Rennes le 4 août au Lion d'Angers en direction de Belfort, puis est transféré de Belfort le 29 août vers le KL Neuengamme. Il décède le 20 avril 1945 à Mulsheim-Messen lors d'un bombardement. (ADIV 167 J 25)

LE HOUARNER Joseph, né le 27 avril 1921 à Lorient (56). Il est arrêté à Baud en compagnie de Paul Plunian et Roger Quéré, par la feldgendarmerie, pour avoir livré des armes au maquis Saint-Marcel. Il est déporté de Rennes début août vers Belfort, puis transféré vers Natzweiler le 26 août 1944  (matricule 23930).  Autres lieux de déportation: Dachau et Allach où il est Il est libéré  le 30 avril 1945.

LE KERVERN  Albert Marie, né le 1er septembre 1924 à Ploumagoar (22). Résidant Plouisy, un village près de Guingamp, il est arrêté lors d'un affrontement avec des soldats allemands le 13 mai 1944. Incarcéré à Rennes il est dans le convoi parti de Rennes début août en direction de Belfort (Convoi dit de Langeais). Il est déporté de Belfort vers Natzweiler le 26 août 1944. (matricule: 23955). Autre lieu de déportation: Dachau puis il a été envoyé dans un kommando extérieur du camp de Flossenburg, à Groeditz  situé sur la ligne de chemin de fer Dresde-Berlin. Il décède le 30 juin 1945 en All. (Sources JO: 163-16 juillet 1994 et Livre mémorial des déportés des Côtes d'Armor)

LE LAY Joséphine, née le 5 novembre 1922 à Lanouée (56). Arrêtée le 7 mai 1944. Elle est déportée de Rennes le 2 août 1944 vers Belfort, puis transférée vers Ravensbrück le 1er septembre 1944 (matricule 62846). Lieux de déportation: Ravensbrück, Genshagen, kommando de femmes du KL Sachsenhausen situé à Berlin, travaillant pour l’usine AEG. Décédée le 21 juin 2005 à Aix-en-provence (13). Source:  ACP27 P6 Caen

LE MERRER Odette, née le 17 août 1923 à Saïgon. Fille d'Yves Le MERRER. Ils sont arrêtés le 4 juin 1944 à l'Hôtel du Cheval blanc. (Son père est torturé à mort et laissé dans une fosse au camp de Servel. Son beau-frère, Jean Le LANNOU est déporté dans un autre convoi part de Compiègne le 28 juillet 1944 vers Neumgamme). Elle est déportée de Rennes le 2 août puis transférée de Belfort le 1er septembre 1944 vers Ravensbrück. ( matricule 62848) (Erreur dans le livre mémorial sur le décès). Source:  ACP 27 P6 Caen.

LE MINOR Maria Joséphine, Antoinette née Gerbouet le 1er avril 1896 à La-Guerche-de-Bretagne (35). Commerçante. Elle habite place des halles à Tours. Elle est arrêtée le 26 juillet 1944. Emprisonnée à Tours, elle rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes à La-Ville-aux-Dames. Le convoi reconstitué repart, le 10 août vers Belfort. Elle est ensuite transférée de Belfort le 1er septembre vers Ravensbrück où elle gazée le 6 mars 1945. (matricule: 62894). (Source JO: 189-17 août 1994)

LE MOAL Louis. Évadé à Langeais.

 

LE MONNIER Joseph, né le 3 mars 1898. Membre du réseau Libé Nord, il est dénoncé pour avoir aidé les maquis. Etant adjoint au maire de Guingamp, il devait répondre aux réquisitions des Allemands pour des travaux obligatoires. Il dressait des listes de noms à réquisitionner, composées essentiellement de noms de collabos afin que les jeunes  réfractaires au STO, partis au maquis ne puissent être sur la liste. Arrêté par la Gestapo le 20 juillet 1944, à son domicile à Guingamp où il était pharmacien, il est transféré à Rennes et incarcéré à la prison Jacques Cartier. Il se trouve dans le dernier convoi parti de Rennes le 3 août 1944. Lors du mitraillage du convoi à Langeais, il participe aux  soins des blessés à Langeais dans la cave Antier. Libéré le 26 août 1944 à Belfort, il gagne  Giromagny à 15 km au nord de Belfort avec un groupe de Bretons afin d’y organiser un centre d’accueil. Il rejoint Montbéliard et ensuite le maquis du Lomont où il tient la pharmacie de l’ambulance. Il retrouve sa famille le 25 septembre 1944 à Guingamp.  

. (Lire son témoignage)

LE NEN Hubert, né  le 16 mars 1909 à Saint-Pol-de-Léon. Gendarme de la BT de Montrésor. Arrêté par la police allemande et la milice le 27 juillet 1944 avec un groupe de 64 personnes. Emprisonné à Tours, il rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué à La-Ville-aux-Dames, repart le 10 août vers Belfort. Il est ensuite transféré de Belfort le 29 août vers Neuengamme. (matricule 43765. Autres lieux de déportation: Wilhelmshaven, Farge, Homeburg, Sandbostel. Il est Il est libéré  le 10 janvier 1945 à dans la Baie de Flensburg.

LE PAJOLEC Jacques, né le 4 avril 1921 à Niort (79). Cafetier 35 rue Lavoisier à Tours, il est arrêté à son domicile le 7 juillet 1944 pour avoir hébergé des réfractaires au S.T.O. Emprisonné à Tours, il rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué à La-Ville-aux-Dames, repart le 10 août vers Belfort. Il est déporté le 29 août 1944 vers le KL Neuengamme. (matricule 43714. Autres lieux de déportation: Wilhelmshaven, Hambourg. Il est Il est libéré  le 11 mai 1945 dans la Baie de Lübeck-Neustadt.

LE PEN Raymond, né le 21 janvier 1922 à Redon. Instituteur. Lieutenant F.T.P. Arrêté le 21 avril 1944 à Hirel (35) suite à une dénonciation, il est incarcéré dans le camp Margueritte. (baraque 10 d'Héger). Le 3 août 1944, il est dans le dernier convoi parti de Rennes en direction de l'Allemagne. Il s'évade en cours de transport à Saint-Mars-du-Désert le 4 août 1944. Il rejoint de nouveau la Résistance à Nord-sur-Erdre, puis en tant que lieutenant au 1er bataillon F.T.P.F. du Morbihan et au 5e bataillon F.F.I. II participera à la libération de la périphérie lorientaise. Biographie Source: Fichier de Caen.

LE POULEUF Paul. Originaire de Brest. Commandant, membre actif de la Résistance, il est arrêté avec son fils Robert le 30 mai 1944, par la Gestapo. Incarcéré à la prison Pontaniou de Brest, il est dirigé sur le camp Margueritte de Rennes, il est embarqué dans le convoi de prisonniers politiques qui quitte Rennes le 3 août à destination de l'Allemagne. Il s'évade en cours de transport à Langeais. (Récit de son évasion ). (source: Archives de Caen).

LE POULEUF Robert, né le 5 mars 1922 à Hanoï (Tonkin). Fils du Cdt Le Pouleuf. Réfractaire au S.T.O., il sert dans les F.F.I. du Finistère (groupe Dervieux) du 1er mai 1944 au 29 mai 1944. il est arrêté le 30 mai 1944 à Brest, par la Gestapo. Incarcéré à la prison Pontaniou de Brest, il est dirigé sur le camp Margueritte de Rennes, il est embarqué dans le convoi de prisonniers politiques qui quitte Rennes le 3 août à destination de l'Allemagne. Il s'évade en cours de transport à Langeais.. Évadé à Langeais le 6 août 1944, il rejoint le maquis de Loches le 11 août 1944 et continue à servir jusqu'au 29 septembre 1944. (source: Archives de Caen).

LE PULLOC'H Jean. Saint-Cyrien originaire de Brest, s'évade à Saint Mars du Désert.

LE RAY Hervé, né le 21 janvier 1901 (de Rennes). Il est libéré  le 28 août 1944 au fort Hatry de Belfort .

LE ROUX Eugène ou Émile, né le 22 octobre 1903 à Saint-Pever (22). Arrêté le 10 mars 1943, il est déporté le 8 mai 1943 de Compiègne vers le KL Sachsenhausen. (matricule 66617). Décédé en avril 1945 à Bergen-Belsen (All.) (Source JO: 226-29 septembre 1994).

LE ROUX Jeanne, née le 1er avril 1922 à Louargat (22). Entrée à Jacques Cartier le 8 juin 44, elle est dans le transport parti de Rennes le 2 août 1944 en direction de Belfort, puis est déportée le 1er septembre 1944 vers le KL Ravensbrück. (matricule 62849). Autres lieux de déportation: Sachsenhausen, Genshagen, kommando de femmes du KL Sachsenhausen situé à Berlin, travaillant pour l’usine AEG. Elle décède le 28 février 1945 à Ravensbrück. Sources JO: 226-29 septembre 1994-   ACP 27 P6 Caen

LE STANGUENNEC Jean, né le 1er juillet 1915 à Meslan (56). Gendarme de la Bmo d'Abilly. Arrêté par la Gestapo et la milice le 27 juillet 1944 avec un groupe de 64 personnes. Emprisonné à Tours, il rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué à La-Ville-aux-Dames, repart le 10 août vers Belfort. Il est ensuite transféré de Belfort le 29 août vers Neuengamme. (matricule 43771). Autre lieu de déportation: Wilhelmshaven où il décède le 27 mars 1945.

LE TALLEC Reine, née le 21 janvier 1917 à Gouarec (22). Elle est dans le transport parti de Rennes le 2 août 1944 en direction de Belfort, puis est déportée le 1er septembre 1944 vers Ravensbrück. (matricule 62847). Rescapée des camps. Source  ACP 27 P6 Caen

LE THIEC Pierre François, né le 8 septembre 1913 à Plouberze (22). Voulant rejoindre les maquis en Bretagne, Pierre Le thiec, sergent-chef de l'armée d'armistice  est arrêté en compagnie de Pierre Graignic et Émile Cariou sur une route près de Gennes, dans le Maine-et-Loire, par une patrouille allemande le 30 juillet 1944. Emprisonné à Tours, il monte le 10 août 1944 dans le convoi en cours de constitution à La-Ville-aux-Dames en direction de Belfort. Le 29 août  1944, il est transféré vers Neuengamme (matricule 43612). Il décède le 14 janvier 1945 à Wilhelmshaven.

LE TIEC Albert, né le 27 septembre 1919 à Coatascorn (22). Il est dans le transport parti de Rennes début août 1944 vers Belfort, puis est transféré vers le KL Natzweiler le 26 août 1944. (matricule 23942). Il décède  le 1er mars 1945 à Melk. Autres lieux de déportation: Dachau, Mauthausen.

LE TIEC Robert, né le 27 juillet 1921 à Ploumagoar (22). Il est dans le transport parti de Rennes début août 1944 vers Belfort, puis est transféré vers le KL Natzweiler le 26 août 1944. (matricule 23951). Autre lieu de déportation: Dachau. Il décède le 2 décembre 1944 à Hamburg-Neuengamme (All.) (Source JO: 48-25/2/1995).

LE TULLIER Henriette, née MAITREJEAN, née le 22 août 1914 à Blauzy (71). Domiciliée à Rennes. Membre du réseau Alliance, elle arrêtée le 30 septembre 1943 à Rennes, puis est déportée le 27 janvier 1944 vers la prison de Pforzheim , Freiburg-im-Breisgau où elle s'évade le 27 novembre 1944. Source: Fichier de Caen.
 

LE TULLIER Pierre, né le 6 février 1914. "Daim", inspecteur de la surveillance du territoire, chef du secteur de Rennes, arrêté le 30 septembre 1943 avec sa femme pour appartenance au réseau Alliance.  Déporté "NN" à Natzweiler le 20 mai 1944. Le 1er septembre 1944 à Natzweiler au soir, une camionnette emmène jusqu’à l’aube 108 détenus du réseau alliance, par groupe de 12. Tous sont exécutés d’une balle dans la nuque et leurs cadavres brûlés ensuite au four crématoire.

LEBARN René, né le 10 avril 1922 à Ste-Anne-d'Auray (56). Il est déporté de Rennes début août 1944 vers Belfort, puis est transféré vers le KL Natzweiler le 26 août  1944. (matricule 23917 décembre 1944 à Haslasch-Sportplatz. Autre lieu de déportation: Dachau.

LEBEAU Alfred, né le 4 octobre 1944 à Plessé (44). Arrêté sur dénonciation à Rennes le 13 juillet 1944. Il est dans le convoi parti de Rennes début août 1944à destination de l'Allemagne. A Belfort il est déporté vers Natzweiler le 26 août 1944. (matricule 2393). Il décède à Dachau.

LEBEC Jean, directeur de l'école publique de Guignen, 35 ans. Arrêté lors de la rafle de Guignen le 28 juillet 1944, il est déporté le 3 août 1944 vers l'Allemagne. Il s'évade en cours de transport à Langeais le 6 août 1944. ADIV 167 J.

LEBELLÉ  Émilie Françoise, Sylvie, née DANIEL le 13 septembre 1897 à Saint-Méen-le-Grand (Ille-et-Vilaine). Son mari, Auguste Lebellé, est arrêté le 27 décembre 1943 à Rennes. La famille est composée de deux garçons. Ce jour-là, le jeune, André, étant menacé,  parvient à s’enfuir.  Quelques jours plus tard, un membre de la Gestapo de Rennes, 12 rue Victor Hugo, se présente au domicile de la famille, 139 rue de Chatillon et se fait passer en qualité de membre de l’Intelligence Service, —dit-il— de soustraire l’un des deux enfants, André,  aux recherches des Allemands. A cette fin, il demande qu’un rendez-vous soit arrêté entre le fils et lui-même. Le frère ainé, Guy, parvient à démasquer l’individu et ses sinistres desseins, à la solde des Allemands. Furieux d’être repéré, le gestapiste  procède à l’arrestation d’Emilie Lebellé, le 6 janvier 1944. Les enfants prennent leurs dispositions et  la maison, rue de Chatillon, devient une véritable souricière, pendant une dizaine de jours.  Emilie Lebellé est dans le convoi partant de Rennes, le 2 août 1944, en direction de l’Allemagne. Le 1er septembre 1944, elle est déportée de Belfort à Ravensbrück, avec le matricule  62840. Elle décède en février 1945. Son mari, Auguste Lebellé, est libéré le 15 avril 1945. Le mari et la femme auront été déportés dans deux camps différents, après avoir été arrêtés à quelques jours d’intervalle. Sources: ACP27P6 Caen- ADIV 167J 25. Article

LEBLOIS Yvon, né le 20 avril 1918 à Montlouis (37). Employé aux Docks de France à Poitiers. Chef d'un groupe de résistance. Il est arrêté par les miliciens au cours d'opérations de parachutages d'armes en même temps que Robert GUÉRIN et Geneviève LORILLEUX à la suite d'une dénonciation le 4 août 1944 à Lussault. Il  rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué repart le 10 août vers Belfort. Il est ensuite déporté de Belfort le 29 août vers Neuengamme. Autres lieux de déportation: Wilhelmshaven, Bergen-Belsen où il décède le 11 mai 1945.

LEBRAS Eugène, né le 4 avril 1921 à Brest. Domicilié à Brest au moment de son arrestation. Il est déporté de Rennes début 1944 vers Belfort, puis est transféré le 26 août vers Natzweiler. (matricule 23963). Il décède le 30 avril 1945 à Dautmergen. Autre lieu de déportation: Dachau.

lebras-y.jpg (5874 octets)LEBRAS (Dr) Yves. Se trouvait dans la baraque 10 d'Héger. Non identifié dans le livre mémorial.

 

 

LE CALLONEC voir LE PAJOLEC

LEBRETON Henri, né le 22 avril 1904 (de Saint-Hilaire-des-Landes). Il est arrêté le 27 juillet avec Marie Louise Tual, Marcel Trémion, comme otage par les miliciens et les Allemands à Saint-Marc-sur-Couesnon. Incarcéré au camp Margueritte à Rennes il fait partie du dernier convoi de détenus politiques parti de Rennes début août 1944 à destination de l'Allemagne. Il est libéré  le 28 août 1944 au fort Hatry de Belfort .Document "Entre Everre et Minette" n°8 ; Maquis d'Everre (5Mo Fichier téléchargeable)  .

 

Document "Entre Everre et Minette" n°8 ; Maquis d'Everre (5Mo Fichier téléchargeable)

LECLANCHE Émile, né le 17 décembre 1922 à Quistinic (56). Il est déporté de Rennes début août 1944 vers Belfort, puis est transféré vers le KL Natzweiler le 26 août  1944. (matricule 23947. Il décède  le 20 mars 1945 à Groditz. Autres lieux de déportation: Dachau, Flossenburg.

LECOMMANDOUX Alexandre, né le 23 novembre 1921 à Saint-Just (Ille-et-Vilaine). Il travaillait à la ferme familiale. Le 29 mai 1944. Des militaires allemands firent irruption au domicile de ses parents afin de le mettre en état d'arrestation. Prévenu de l'arrivée des soldats, Alexandre Lecommandoux se cacha dans les dépendances de la ferme. Son père fut pris en otage et interné à la Maison d'Arrêt de Redon. Devant cette situation, le jeune Lecommandoux se constitua prisonnier le lendemain. Son père fut de ce fait relâché. Il semble que son arrestation soit due à une dénonciation. Les véhicules allemands qui stationnaient devant son domicile transportaient des jeunes gens arrêtés dans la région de La-Gacilly et ne firent qu'un seul arrêt à Saint-Just précisément pour la prise en charge du jeune Lecommandoux. Interné à la prison Jacques Cartier de Rennes, il fait partie du convoi de détenus qui quitta Rennes début août à destination de l'Allemagne. Arrivé au camp de Natzweiler le 26 août 1944 en provenance de Belfort. (Matricule 23932), il a été transféré quelques jours plus tard vers Dachau. Il décédait le 11 février 1945 à Halach-Sportplatz. (ADIV 167 J 25)

LECOMTE Désiré -dit LENOTRE Daniel -, né le 6 février 1899 à Chouzé-sur-Loire (49). Il habite Tours 27, rue du sergent Bibillot à Tours. Limogé de la police de Tours en 1942, il devient agent d'assurances. Cette couverture lui permet de prendre contact avec ses anciens camarades d'enfance. Agent au service des Forces Françaises Libres, opérations aériennes, chef départemental d'Indre-et-Loire, il est arrêté suite à une dénonciation en juin 1944 à Brain-sous-Alosnes. Blessé par balles au thorax. Emprisonné à La-Flèche, il est transféré à l'hôpital de Saumur puis est amené au Pré-Pigeon à Angers puis à l'hôpital de Tours. Il rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué à La-Ville-aux-Dames, repart le 10 août vers Belfort. Il est ensuite transféré de Belfort le 29 août vers Neuengamme. (matricule 43830). Il décède le 15 janvier 1945 à Wilhelmshaven.

LECORRE Jean Baptiste, né le 27 décembre 1895 à Plouvenez-Moedec (22). Il est dans le transport parti de Rennes début août 1944 en direction de Belfort, puis est déporté le 16 août 1944 vers le KL Natzweiler. (matricule 23962). Autre lieu de déportation: Dachau. Non revenu des camps.

LEGRAND étudiant. Il 'est évadé avec le capitaine Guezennec à Langeais. Source Dossier de Paul Guezennec des archives de Caen.

LEGRAND Jean, né le 29 septembre 1913 à Tonquedec (22). Arrêté au cours d'une rafle à Plouescat le 12 mai 1944 par les feldgendarmes à la suite d'une dénonciation. Transféré à Brest, puis à Rennes, camp Margueritte, il se trouve dans le convoi de déportés politiques qui quitte Rennes le 3 août 1944 à destination de l'Allemagne. Il est dans le transport parti de Rennes début août 1944 en direction de Belfort, puis est déporté vers le KL Natzweiler le 26 août 1944. (matricule 23941). Autre lieu de déportation: Dachau. Il est libéré à Allach le 30 avril 1945.  Source: Archives de Caen (Témoignage Toullec).

LEGRAND Louis, né le 13 février 1887 à Guenrouet (44). A Belfort, il est déporté le 29 août 44 vers Neuengamme. Il décède  le ? avril 1945 ou 15 janvier 1945 à Wilhelmshaven.

LEGRAND Marcel, né le 28 novembre 1924 à St-Quentin (02). Résistant, il est arrêté le 12 juin 1944 à la fermes Des Laboureaux , Jeu-les-Bois (Indre). Transféré à Belfort, il est déporté le 29 août 44 vers Neuengamme. (Matricule 43614) où il décède le 1er mars.

LEGUEN Pierre, né le 6 décembre 1917 à Assérac (44).  Arrêté pour "agissement anti-allemand", il est incarcéré à la prison de Nantes le 24 juillet 1944. Il rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes en direction de Belfort début août. Il est ensuite déporté le 29 août de Belfort vers le KL Neuengamme. (matricule 43823. Il décède le 15 janvier 1945  à Wilhelmshaven.

LEHEC Charles, né le 28 février 1900 à Averton (49). Gendarme à Ambrières (Mayenne)  Il est dans le transport parti de Rennes début août 1944 en direction de Belfort, puis est déporté le 29 août 44 vers Neuengamme.(matricule 43773). Autre lieu de déportation Wilhelmshaven. Revenu.  Source: ACP 27 P6 Caen.

LEMAITRE Alfred, né le 4 mars 1893 à Saint-Philibert-de-Grandlieu (44). Convoi n° 453 de Belfort le 29 août 44 vers Neuengamme. (matricule 43795). Il décède  le 4 janvier 1945 à Neuengamme.

LEMARIE Émilie, née le 15 avril 1888 à Saint-Etienne-de-Montluc (44). Arrêtée le 12 juillet 1944 pour avoir caché des soldats déserteurs allemands, elle est incarcérée à la prison de Nantes le 13 juillet 1944. Elle rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes en direction de Belfort début août. Elle est ensuite déportée le 1er septembre vers le KL Ravensbrück où elle gazée. (matricule 62921).

LEMOINE Eugène, Louis, né le 8 février 1908 à Ercé-près-Liffré (35). Débitant à Saint Aubin d’Aubigné. Il donnait des renseignements à la Résistance pour le maquis et donnait asile à un groupe FFI. Arrêté le 24 juillet 1944 à Saint-Aubin-d’Aubigné à la suite d'un attentat sur le territoire de sa commune. Interné à Rennes, il est transféré le 2 août 1944 vers Belfort (convoi de Langeais) puis est déporté le 29 août 1944 vers Neuengamme. (matricule 44116). Autre lieu de déportation: Wilhelmshaven. Il décède le 16 mai 1945 à Sandbostel avant le rapatriement suite de dysenterie et épuisement. Sources JO: 189-17 août 1994 -  AC 21 P 262 510 - 21P 475 887 - I 2233//26557.

LEMONNIER Jean, né le 20 décembre 1920 à Squiffiec (22). Il est dans le convoi parti de Rennes début août 1944 en direction de Belfort, puis est déporté vers le KL Natzweiler le 26 août 1944. (matricule 23950). Autre lieu de déportation: Dachau. Il décède le 5 avril 1945 à Vaihingen.

LEON Claude, né le 9 octobre 1908. Arrêté à Saint-Malo. Déporté le 31 juillet 1944.

LEPRINCE Albert ou Armand, né le 1er août 1898 ou 1878 à Loches (37). Commandant en retraite. Officier dans le maquis. Il habite rue Brulée à Beaulieu-les-Loches. Il est arrêté le 27 juillet 1944 lors de la rafle de Loches. Emprisonné à Tours, il rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué à La-Ville-aux-Dames, repart le 10 août vers Belfort. Il est ensuite transféré de Belfort le 29 août vers Neuengamme. (matricule 43734. Il décède le 29 novembre 1944 à Hambourg.

LEPRINCE Charlotte, née le 15 octobre 1887 à Florenville (B). Mère de quatre enfants. Elle est arrêtée le 27 juillet à son domicile rue Brulée à Baulieu. Emprisonnée à Tours, elle rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué à La-Ville-aux-Dames, repart le 10 août vers Belfort. Elle est ensuite transférée de Belfort le 1er septembre vers Ravensbrück où elle gazée le 15 février. (matricule 62900).

LEPRINCE Henri, né le 8 juillet 1924 à Rennes (Ille-et-Vilaine). Boucher. Domicilié à Dinard (Ille-et-Vilaine). Il diffuse dès octobre 1943 la presse clandestine. Il rejoint le maquis du moulin d'Éverre. Il est arrêté à la suite de l'investissement du maquis le 27 juillet 1944. Il est torturé et a le bras gauche brisé par un coup de crosse. Il est dans le convoi parti de Rennes début août 1944 en direction de Belfort. Il s'échappe en cours de transport le 8 août 1944 à Langeais.  Sources: Fichier de Caen - ADIV 167 J 48.

LERAY Hervé, né le 21 janvier 1901 à Rennes. Artisan couvreur, demeurant 49 rue de Saint-Malo. En secourant une victime qui venait de faire renverser par une voiture conduite par un officier allemand, il échangea des propos anti-allemand. menacé par le revolver, il lui répondit "qu'il n'avait qu'a retourné chez lui" . Mis en garde à vue toute la nuit puis interrogé il est laissé en libéberté le 13 novembre 1943. Traduit devant un tribunal allemand, il est condamné à quatre mois de prison. Libéré le 1er juin 1944, il est de nouveau arrêté pour manifestation anti-allemande et port d'armes. Embarqué dans le convoi de prisonniers politiques début août à destination de l'Allemagne, il est libéré à Belfort,  Source: archives de Caen)

LEROY Léon, né le 14 avril 1898 à Maves (41). Gendarme de la Brigade de Loches. Arrêté par la Gestapo et la milice le 27 juillet 1944 avec un groupe de 64 personnes. Emprisonné à Tours, il rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué à La-Ville-aux-Dames, repart le 10 août vers Belfort. Il est ensuite transféré de Belfort le 29 août vers Neuengamme. (matricule 43640. Lieu de déportation: Wilhelmshaven où il décède le 7 janvier 1945.

LETHUYLLIER Albert, né le 28 avril 1880 à Saint-Satur (Cher). Libéré le 27 août 1944 à Belfort.

LETOURNEL Auguste. Originaire de Guignen. Il est arrêté lors la rafle de Guignen du 28 juillet avec 19 autres personnes. Interné au camp d'internement de Margueritte, il est déporté le 3 août 1944 vers l'Allemagne. Arrivé au Fort-Hatry à Belfort, le 15 août 1944, il est libéré  le 28 août 1944.

LEVEQUE Albert, né le 20 juin 1925 à Nantes (44). Employé de préfecture. Arrêté le 3 juillet 1944 à Nantes. Déporté de Nantes. Il est déporté de Rennes début août 1944 vers Belfort, puis est transféré vers le KL Natzweiler le 26 août  1944. (matricule 23944. Il décède  le 26 janvier 1945 à Melk. Autres lieux de déportation: Dachau, Mauthausen.

L'HARIDON Jean. Arrêté pour avoir attaqué la perception de Pouancé le 27 juin 44, en compagnie de 3 autres membres de la milice du P.N.B (Lieutenant). Emprisonné le 30 juin à Jacques Cartier. S'évade à Belfort. 5.

L'HENAFF Pierre, né le 16 avril 1900 à Plougonven (29). Il est déporté de Rennes début août 1944 vers Belfort, puis est transféré le 29 août vers Neuengamme. Disparu.

L'HERMIT François, né le 8 août 1913 à Locquirec (29). Marin d'Etat. Membre du réseau "Service B" à Brest. Arrêté sur dénonciation le 21 avril 1944. Convoi n°453 de Belfort le 29 août 44 vers Neuengamme. (matricule 43717. Autre lieu de déportation: Wilhelmshaven. Disparu.

L'HERMITE Pierre, né le 27 juillet 1908 à Civray-sur-Cher (37). Tonnelier, père de trois enfants, il habite Civray-sur-Cher. Il est arrêté le 5 août 1944 suite à une dénonciation par lettre. Emprisonné à Tours, il rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué à La-Ville-aux-Dames, repart le 10 août vers Belfort. Il est déporté le 29 août 1944 vers le KL Neuengamme. (matricule 43732). Il décède le 3 avril 1944 à Wilhelmshaven d'une pneumonie.

LIGONDAY Jean, né le 1er novembre 1907 à Lorient (56). Pharmacien dans la région nantaise, devient le nouveau responsable de Libé-Nord après l'arrestation de Victor LOUVIOT. Lors d'une réunion à l'hôtel du cheval d'Or à Rennes, il est arrêté avec 5 autres résistants( Bernard LESAGE, Anne Marie TANGUY et sa fille Paulette REDOUTÉ, Émile LE CELLIER, Joseph MEINGAN, ancien chef régional du Bureau des opérations aériennes dans la Résistance, le 20 avril 1945. Incarcéré à la prison Jacques Cartier, il est déporté le 2 août 1944 de Rennes vers Belfort (Train dit de Langeais). Transféré de Belfort à Natzweiler le 26 août 1944. (Matricule 23945). Arrivée à Dachau le 6 septembre 44 via KL Natzweiler. Libéré le 5 mai 1945 à Mauthausen. Document

LIMOUSIN René. Dit LUCAS René. "Né le 29 mai 1922 à Baulieu-sous-la-Roche (37) ou 29 mai 1922 à Lussault.  Boulanger-pâtissier, il habite Beaulieu. Il est arrêté le 23 juillet 1944 à Loches pour rejoindre un maquis. Emprisonné à Tours (cellule 5), il rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué à La-Ville-aux-Dames, repart le 10 août vers Belfort. Il est déporté le 29 août 1944 vers le KL Neuengamme. (matricule 43518). Il décède le 2 décembre 1944 Wilhelmshaven.

LINDELL Mary. Anglaise née le 11 septembre 1895 à Sutton (GB). Déportée par le convoi parti de Belfort le 1er septembre vers Ravensbrück. (matricule:: 62340. Libérée par la Croix-Rouge le 23 avril 1945 à Ravensbrück.

LION Ginette, née le 4 juin 1928 à Troyes (10). Agent de liaison, elle est arrêtée à la gare de Rennes par la milice le 31 mai 1944. Elle est torturée puis incarcérée à la prison Jacques Cartier  le 18 juin 1944. Le 2 août 1944, elle se trouve dans l'un des deux derniers convois qui quitte Rennes la veille de la Libération de Rennes. Arrivée à Belfort le 15 août 1944, elle est ensuite transférée vers le KL Ravensbrück le 1er septembre 1944. (Matricule 62870). Autre lieu de déportation:  De là elle est transférée le 18 novembre 1944 à Schlieben, dans l'usine Hasag (fabrication d'armes anti-char) - matricule 15206. Ce camp était un Aussenkommando de Buchenwald: environ 250 femmes de France y furent internées entre septembre 1944 et avril 1945. Elle est libérée le 21 avril 1945 à Schlienen.( Sources: Listes de transfert de Ravensbrück vers Leipzig, de Leipzig vers Schlieben, listes établies par le Mémorial de Buchenwald dont dépendait le camp pour femmes Hazag de Leipzig. Témoignage n° 1

 Document n° 2   Document n° 3

 

 

LISION Eugène. Non trouvé dans le mémorial des déportés

lision.jpg (22461 octets)LOAEC Pierre Claude, né le 8 septembre 1908 à Kernouës (Finistère). Maître principal de la Marine, il organise les mouvement de résistance à Lesneven et dans les communes environnantes en septembre 1943. Arrêté le 3 juin 1944 par la Gestapo de Landerneau. Malgré les sévices subis pendant les interrogatoires, il garde un mutisme le plus absolu, évitant ainsi d'autres arrestations.  Interné à la prison de Pontaniou jusqu'au 13 juin 1944 date à laquelle il transféré vers le camp Margueritte de Rennes. Embarqué dans le convoi qui quitte Rennes le 3 août 1944 à destination de l'Allemagne, il s'évade en cours de transport à Langeais le 6 août 1944 lors du mitraillage par les avions alliés. Repris, il réussit à s'enfuit le 7 août, malgré la surveillance des sentinelles allemandes. De retour à Brest, il combat dans les rangs des F.F.I. en qualité de chef de section dans l'unité de Lesneven jusqu'au 29 septembre 1944 (Source: Archives de Caen).

LOHIER Jean, né le 20 juin 1921 à Coesmes (35). 23 ans, célibataire, demeurant le bourg de Coesmes (35), membre du groupe de résistance de la Guerche-de-Bretagne. Il est arrêté le 27 juillet 1944 à La-Gravelle avec 10 autres résistants. Interné à Laval et Angers, il est mis dans le convoi de déportés parti de Rennes le 4 août au Lion d'Angers en direction de Belfort, puis est transféré de Belfort le 29 août vers le KL Neuengamme.(matricule: 44020). Il décède  antérieurement au 1er juillet 1946 (sans autre renseignement) (Source Jo: 221-24 septembre 1998)

LORGERÉ André, né le 19 février 1909 à Ploumafoar (22). Il est dans le dernier convoi qui quitte Rennes début août 1944 vers Belfort, puis est déporté vers Natzweiler le 26 août 1944. (matricule 23954). Autre lieu de déportation: Dachau. Disparu avant le rapatriement.

LORILLEUX Geneviève, née le 3 avril 1891 à Le-Chatelier. Cultivatrice, domiciliée à Lussault en Indre-et-Loire, elle est arrêtée le 3 août pour avoir hébergé des aviateurs américains. . Emprisonnée à Tours, elle rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué repart le 10 août vers Belfort. Elle est ensuite transférée de Belfort le 1er  septembre vers Ravensbrück. Autre lieux de déportation:Freiburg-im-Breisgau. Elle décède en février 1945 à Ravensbrück.

LORIQUER Ernest, né le 15 septembre 1921 à Plouguer (29). Il est déporté de Rennes début août 1944 vers Belfort, puis est transféré vers le KL Natzweiler le 26 août  1944. (matricule 23957). Il est libéré le 28 avril 1945 à Kempten. Autre lieu de déportation: Dachau.

LOUARN Jean, né le 22 février 1915 à Plogonnec (29).  Domicilié à Kerfeunten (29) au moment de son arrestation. Il est déporté de Rennes début août 1944 vers Belfort, puis est transféré vers le KL Natzweiler le 26 août  1944. (matricule 23961). Il décède  le 2 mai 1945 à Sandbostel. Autre lieu de déportation: Dachau.

 

 

LOUARN-MOENNER  Anne-Marie, née 2 mai 1918 (de Kerfeunteun Quimper). Entrée à Jacques Cartier le 17 juin 1944. Libérée le 27 août 1944 au fort Hatry de Belfort .

LOZACHMEUR ( Lozhmen) Maria, née le 24 novembre 1905 à Quimper. Elle est déportée de Rennes le 2 août 1944 vers Belfort, puis transférée vers le KL Ravensbrück le 1er septembre 1944 (matricule 62850) où elle est libérée le 23 avril 1945 par la Croix-Rouge.

LUCAS Georges. Il est arrêté  le 19 juillet 1944. Interné au camp Margueritte, il est mis dans le train en partance pour l'Allemagne dans la nuit du 2 au 3 août. Il réussit à s'évader lors du mitraillage du convoi le 6 août à Langeais. (Source: Lettre témoignage sur Henri BUSNEL arrêté le même jour ADIV 167 J)

LUCAS Pierre Dr. Se trouvait dans la baraque 10 d'Héger. Médecin à Saint Renan où il est arrêté en avril 1944. Après avoir pansé et secouru les blessés, il parvint à s'évader à Langeais. De retour dans la Région de Brest, nous le trouvons, le 20 août, médecin au Bataillon F.F.I. de Ploudalmézeau.
(Document)

LUCAS René, né le 30 mai 1918 à Tours (37). Domicilié à Beaulieu-les-Loches, il est arrêté le 23 juillet 1944. Emprisonné à Tours, il rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué repart le 10 août vers Belfort. Il est ensuite transféré de Belfort le 29 août 44 vers Neuengamme. Il décède le 2 décembre 1944.

LUGUERN Yves Marie, né le 25 mai 1912 à Landerneau (29).Gendarme, il est arrêté lors de la rafle de Loches  par la Gestapo et la milice le 27 juillet 1944 avec un groupe de 64 personnes. Emprisonné à Tours, il rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué à La-Ville-aux-Dames, repart le 10 août vers Belfort. Il est ensuite déporté le 29 août 1944 vers Neuengamme. (matricule 43562. Il décède le 3 mai 1945 dans la baie de Lübeck-Neutstadt.

LUNEAU Aimé, né le 9 décembre 1896 à Saint-Aignan. Gendarme de la Brigade de Loches. Arrêté par la Gestapo et la milice le 27 juillet 1944 avec un groupe de 64 personnes. Emprisonné à Tours, il rejoint le groupe de prisonniers venus de Rennes. Le convoi reconstitué repart le 10 août vers Belfort. Il est ensuite transféré de Belfort le 29 août 44 vers Neuengamme. (matricule 43636. Lieu de déportation: Osterort. Il décède  le 15 janvier 1945.

LUSVEN Joseph, né le 16 janvier 1890 à Lanrivoaré (29). Capitaine d'artillerie, chef dans la résistance de Ploudalmézeau. Arrêté le 6 juin 1944, il est déporté de Rennes le 3 août 1944 vers Belfort puis transféré vers Natzweiler le 26 août 1944. (matricule 23959). Il décède à Meppen Versen le 17 mars 1945. Autres lieux de déportation: Dachau, Neuengamme.

 

f2gr15.gif (202 octets)  fgr15.gif (168 octets) fd15.gif (168 octets)  

Sources

1- La Bretagne au combat 1939-1945 J Darsel Ed: Le Signor -Page 217
2- La Bretagne au combat 1939-1945 J Darsel Ed: Le Signor -Page 99
4
-La Bretagne au combat 1939-1945 J Darsel Ed: Le Signor -Page 238
5- La Bretagne dans la guerre. Tome 3 -Hervé le Boterf-Ed France Empire.P 615

Jo Anna Shipley

 

Plan du site | Liste des déportés | Liste d'évadés | Liste des femmes déportées

  accueil-mdg1.gif (1380 octets)