g-b.gif (311 octets)

Les hommes du maquis

dr-b.gif (310 octets)

Pour enrichir la mémoire du passé, nous recherchons des témoignages ou des documents  sur cette période   write5.gif (312 octets)memoiredeguerre35@yahoo.fr

 

IV - L' ACTIVITÉ FRONT NATIONAL

- Cette année 1943, dit le commandant Pétri, marque le départ réel et organisé de la Résistance. Prétendre la décrire par un bref exposé de notre activité militaire serait injuste et inexact. Parallèlement à nos sabotages, à la formation de nos cadres F.T.P., une immense action politique se dessinait. II n'y eut pas que ceux qui déboulonnaient les voies et font justice : il y eut ceux qui, par leurs paroles, leur action civile, leurs distributions de tracts et leurs liaisons, établissaient, sur toute la Bretagne, les mailles du filet où, tôt ou tard, l'ennemi devait se laisser prendre.

Les responsables inter et départementaux, Charles et Charlotte, François (Alfred Leroux), Jean Racapé, Juliette et Danielle, Desordes, Auguste (actuellement lieutenant-colonel Berjeon) et Jeannine, infatigables, sillonnaient la région. Dans chaque ville, ils trouvaient des oreilles disposées à entendre, des bras prêts à agir.

charlotte.jpg (42120 octets)

Charlotte Responsable
de l’Union des Femmes  Patriotes dans le Département

Au tableau d'honneur de cette action souterraine, il faudra bien un jour nommer

A Fougères : Thérèse Pierre, les Fontaine père et fils, MM. Ponson, Boivent, Bouffort, Genouel et Louis Geffroy, M. et Mme Lendormy
A Rennes : Mme Nobilet, M. et Mme Lanoë (maraîchers), Mme Beaufils, M. et Mme Maurice Geoffroy.
A Dinard : M. et Mme Roger, Mme Beaumatin, Mme Maufrais, Mlle Thomas et Léon Reul. " A Saint-Malo : MM. Legrand et Jouan, Mme Leroux.
A Combourg : M. et Mme Rouxin, Mmes Oison et Peuvrel. "
A Redon : Mlle Jan.
A Goven : M. Gernigon.
A Dol : MM. Provost
A Pléchâtel : MM. Duclos (maire) et Jean Guérillon. "
A Bain-de-Bretagne : MM. Travers, M. et Mme Ralon. "
A Lancieux : M. et Mme Tavet.
A Louvigné : Corentin Carne, Faligot, Patry, Mme Gereux. "
Au Ferré : Mlle et M. Goré.
A Landivy : M. Le Monnier, Mlle Le Meur.
Aux Chapelles : M. et Mme Le Personnic.
A Saint-Aubin-du-Désert :
M. et Mme Allais. Et tant d'autres noms..., que je m'excuse de ne pouvoir citer.

- Activité de propagande, n'est-ce pas ?

- Non seulement... Certes, la diffusion des tracts était pour nous d'une grande importance, et j'ai fait moi-même le transport d'une ronéo en plein jour à Saint-Malo. Mais le travail conjugué du F.N. et de l'Union des Femmes Patriotes (U.F.F.P. actuelle) eût des résultats bien plus immédiats: colis aux prisonniers, planques aux responsables, émissions de fausses cartes, fabrication de lainages. J'estime que plusieurs centaines de fausses cartes ont été mises en circulation cette année-là et plus de 600.000 francs distribués aux réfractaires, aux familles de déportés....Et le 11 novembre 1943, où des gerbes furent déposées dans presque toutes les villes, apporta le témoignage de cette union.

"Parallèlement, s'établissait un réseau de renseignements actif. Nous étions tenus au courant, jour après jour, par la police elle-même, de ce qui se tramait contre nous.

C'est ainsi qu'à mon retour à Rennes, en octobre 43, toutes mes planques découvertes, je fus hébergé par l'inspecteur Vidament.

- Si je comprends bien, les services policiers furent pour vous de précieux soutiens ?

- C'est-à-dire que, sans l'aide de certains inspecteurs, l'œuvre de la Résistance n'aurait pu se développer avec autant de sécurité. Je viens de vous citer Vidament, chez qui je logeai d'octobre 43 à juin 44. Je vous ai parlé des inspecteurs Lemonnier et Tirel, qui, non seulement à la souricière de la rue Jules Simon, ne m'arrêtèrent pas, mais s'arrangèrent pour que je puisse prévenir mes camarades, et les inspecteurs Jean Flouriot et Vidament Louis, qui portaient des colis de tickets récupérés.

Mais également Deveaux, Melisson, les commissaires Donat, et Le Poullennec, les gendarmes de Combourg, de Dinan, de Redon, du Grand-Fougeray, le commissaire Rio, de Dinard, ont été parmi ces alliés de la première heure.

II n'est pas dans mes intentions, maintenant que le danger est passé, d'oublier ce que nous leur devons (1).

(1) Encore une fois, ce petit livre ne prétend pas être une histoire du Front National dans notre région. Un tel travail fait l’objet d’un autre ouvrage, plus important

    g-b.gif (311 octets)        h-b.gif (328 octets)     dr-b.gif (310 octets) 

Sommaire | Premières confidences | Juillet 1943Une période noire |   L'activité Front National | La S.P.A.C. et l'enfer Jacques Cartier | Saint-Senoux  Dinan | L'attaque de la prison de Vitré | Le mois de mai 1944 | Le débarquement | Le maquis de Lignières| Parachutages  | Allo! Allo CodyLa Libération   | Activités de nos F.T.P.F. en Ille et Vilaine et dans la région|


accueil-cvr.gif (721 octets)

  Dernière mise à jour: 04/09/2015  

 

    accueil-mdg1.gif (1380 octets)