23/05/2017     

menu.jpg (6066 octets) g-b.gif (311 octets)

Liste de  Résistants  fusillés ou tués au combat dans le Morbihan

Liste constituée en fonction des documents reçus.

Vous souhaitez compléter cette liste ou proposer un document (ou une photographie) écrivez-moi

 

 

Landaul     

Au début de l'année 1944, la Résistance organisa des sabotages de la voie ferrée traversant la commune et qui approvisionnait Lorient. De nombreux déraillements eurent lieu entraînant à partir d’avril 1944, les rafles et ratissages des commandos de chasse allemands, suivis de tortures, exécutions et déportations, qui firent de la région une véritable zone de guerre. Le 30 avril 1944, cinq jeunes résistants furent capturés à Brech et fusillés sur la place du bourg, en présence du maire, Mathurin Le Rouzic et d'une quarantaine de Landaulais contraints d'assister à l'exécution. Sur le monument, un sixième, fusillé à Pluvigner, André Le Gleuher, a été ajouté sur la plaque du monument.

Le 8 août 1944, huit Allemands furent victimes de la vengeance: « Des soldats allemands sont venus de Nostang à Landévant se rendre aux soldats alliés ou aux résistants après avoir tué leur officier qui les menaçait de mort s'ils désertaient. huit d'entre eux seront conduits à pied à Landaul, les mains sur la tête, pour une sorte de sacrifice expiatoire, à la mémoire des cinq patriotes fusillés le 30 avril sur la place du bourg. Ils furent abattus et enterrés sur place, au pied d'un mur derrière l'école... »1

Liste des victimes: DAVID  Lucien  21ans, FAYOT  François  23 ans, LE HELLEC  Francis 22 ans, LE MESTRE  Victor 20 ans, LE PALUD  Eugène 24 ans.

1- Leroux Roger , Le Morbihan en guerre, 1939-1945

Lien externe: WIKIPEDIA

Pour en savoir plus

Moréac     

Le 29 juin 1944, au lieu-dit La Croix-Blanche en Moréac, un résistant, Jean DUBY fait feu sur la patrouille entraînant la répression sur ces trois personnes visiblement hors de cause. Trois civils, Jean et Joseph AUDO, ainsi que Pierre LE BRAZIDEC furent abattus par une patrouille allemande.
 

AUDO Joseph, né le 8 juin 1892 à Plumelin
AUDO Jean, né le 20 mars 1927 à Moréac
LE BRAZIDEC Pierre, né le 11 février 1892 à Moréac
Jean DUBY

 

 

Fusillé au Mont-Valérien

Blanchais Joseph. Fait partie de la Résistance d'avril au 19 juin 1944. Il rejoint le maquis Saint-Marcel le 10 juin 1944. Il participe le 19 et 20 juin à la défense du maquis investi par l'ennemi. Il décède lors des combats.
Gaulue Claude , né le 30 novembre 1913 à Auray, fusillé le 23 mai 194. employé de bureau à Nantes (Loire-Inférieure), membre des Francs-tireurs et partisans français (FTPF) dans le département de la Loire-.Inférieure

 

Plaudren

DANO Joseph fusillé le 29 juin 1944 au hameau du Cosquer par les Allemands

GILLET Ambroise, cultivateur en Saint-Jean Brévelay  fusillé le 29 juin 1944 au hameau du Cosquer par les Allemands

LE GLOAHEC Maurice, fusillé le 29 juin 1944 au hameau du Cosquer par les Allemands

LE GROUHENNEC Jean, fusillé le 29 juin 1944 au hameau du Cosquer par les Allemands

Maxime TUFFIGO arrêté le même jour sera fusillé au fort de Penthièvre
René LE BARRE arrêté est emprisonné à Vannes où sa sortie est enregistrée le 18 juillet. Sort inconnu.
2 parachutistes sont emmenés par les Allemands

Plouray

CHANUT Joseph, originaire de Gourin. FFI tué au combat le 29 juin 1944 près du village de Guernée, lors d'une mission. (Témoignage de Louis Mahé)

LE CORRE Yves, originaire de Gourin. FFI tué au combat le 29 juin 1944 près du village de Guernée, lors d'une mission.

LE ROUX Jean, originaire de Gourin. FFI tué au combat le 29 juin 1944 près du village de Guernée, lors d'une mission.

POHER Jean, originaire de Gourin. FFI tué au combat le 29 juin 1944 près du village de Guernée, lors d'une mission.

MARCHICA, FAUCHEUR internés et torturés à l'Ecole Ste Barbe du FAOUET seront fusillés à BERNÉ (fosse de Landordu en BERNÉ)

Source: http://www.lesamisdelaresistance56.com/images/PDF/ami/Ami_Entends_Tu_N85.pdf

Plumelec

(parachutistes du mémorial)

Adam H.
Beaujan F.
Bondon A.
Bletterie A.
Bonis F.
Bouëtard E.
Bres M
Briguet G.
Brouiller J.
Carré J.
Decarville G.
Casa D.
Cauvin J.
Cerdan J.
Chatenay J.
Chilou Auguste, est né à Rennes, le 17 mai 1912. Affecté au 2eme Régiment de Chasseurs parachutistes.
Parachuté dans le Morbihan le 6 juin 1944, il participe aux combats de Saint-Marcel. Il est nommé lieutenant (ordonnance du 9 juin 1944 n° 32996). Il est tué le 29 juin 1944, après avoir épuisé les trois chargeurs de son arme, dans le secteur de Plumelec. Biographie
Claustre L.
Collobert J.
Coquette A.
Creten G.
Decrept F.
Dejean R.
Dunyach P.
Detroy J.
Fadda P.
Fanen R.
Flament C.
Filippi H.
Fleuriot J.
Galliou J.
Ginet R.
De la Grandière R.
"Gray" Plessis J.
Guégan L.
Guichard G.
Hanicq L.
Harbison F.
Harent B.
Husson C.
Ismard F
Iturria V.
Juillard A.
Lacache Rotenstein
Le Guyarder J.
Le Touzic René
Litzler A.
Mahé V.
Maigret M.
Malbert L.
Mariani F.
Marty J.
Mendès-Caldas
Meunier F.
Miodon M.
Miot P
Mollier J.
Marienne P.
Martin F.
Morand F.
Navaille G.
Perrin J.
De Perrin Dorge P.
Pierre J.
Plouchard J.
Roger G
Ruelle M.
Schmidt N.
Schmitdt A.
Serville F
Calloc'h de Kerillis Alain  alias"Skiner R"
Taupin D.
Thomas P.
Tisne F.
Vasseur J.
Vautelin J.
Wery L.
Willard G.
 

Pluméliau

HEMON Jean,  né le 26 juin 1917 à Pontivy. Arrêté au village de Coet-Huan en Saint Thuriau, par les Allemands le 4 juillet 1944, il est emmené au hameau de Rhun en Pluméliau où il est torturéavant d'être abattu. Source: ADIV 104517. 

LANCELOT Henri, né le 11 janvier 1920 à Lanester. Arrêté le 4 juillet 1944 par les Allemands et affreusement torturé jusqu'à la mort.

Neuf résistants (Jacques Brouiller, Gustave Clero, Charles Flament, Jean Jamet (lieutenant de gendarmerie originaire de Lanvénégen), Mathieu Donnart (ingénieur, chef de l'Armée Secrète dans le Finistère), François Le Mouée, François Loscun, René Philippeau, Georges Willard), sont fusillés à Pluméliau le 

 

Pontivy

LE COMPAGNON Stanislas, né le 23 septembre 1903 à Pluméliau. Boulanger. assassiné le 19 juillet 1944 à l'école supérieure de Pontivy par les Allemands. Source: ADIV 1045W27.

 

Port-Louis

LE TREQUESSER  Valentin (Jodeph marie Valentin). Né le 7 février 1916 à Locmiquélic (Morbihan), fusillé le 3 juin 1944 à Port-Louis (Morbihan) ; gendarme maritime ; résistant FFI.

Fils de Valentin Marie Le Tréquesser, marin pêcheur et de Marie Anna Fayot, sans profession, domiciliés à Locmiquélic, Valentin Le Tréquesser était l’époux de Noélie Jeanne Jégo. 
Gendarme maritime à la 17e Compagnie, il rejoignit la Résistance en septembre 1943. Membre des Forces françaises de l’intérieur (FFI), il fut chef de groupe dans la compagnie Milès, du nom du chef de la brigade de gendarmerie de Locminé, passé à la Résistance.
Blessé au moment de sa capture le 3 juin 1944, il a été fusillé le même jour à la citadelle de Port-Louis, selon l’ordonnance de rectification de son état civil établie le 24 mai 1948. 
Valentin Le Trequesser obtint la mention « Mort pour la France ». Il est inscrit sous le nom « Le Tréquesser J. » sur le mémorial des fusillés de la Résistance érigé près de la citadelle de Port-Louis. Il figure avec son prénom Valentin sur une plaque commémorative à Locmiquélic, rue de la Résistance.

SOURCES : Service historique de la Défense, Caen, cote AC21 79 250. — " Les Martyrs de la citadelle de Port-Louis ", Chroniques Port-Louisiennes, juillet 1995. — René Le Guénic, Morbihan, Mémorial de la Résistance, Imprimerie Basse Bretagne, Quéven. — Mémorial GenWeb. — Site des Amis de la Résistance du Morbihan. — État civil.

Jean-Pierre Husson, Jocelyne Husson

Source: Le maitron-en-ligne

Poulmain

BOULER Alphonse, né le 30 juillet 1903 à La-Chapelle-Neuve, fusillé le 10 février 1944.

HENRIO Mathurin, né le 16 avril 1929 à Baud. , fusillé le 10 février 1944. Il avait 14 ans.

LESTREHAN Georges, né le 5 août 1923 abattu en prenant la fuite le 10 février 1944.

LE LABOURER Emile, né le 2 août 1901 à Guénin. Découvert par les Allemands, le 10 février 1944 il roué de coups et achevé d'une balle dans la tête.

THOMAS Eugène, mécanicien à Carmors, arrêté, il est conduit à Vannes, puis transféré au fort de Penthiève où il est condamné à mort et fusillé.
LANTIL Pierre, arrêté le même jour est conduit à Vannes, mais n'a pas été exécuté.

 

IHUELLO Charles, tué le 3 mars 1944 à Lanvaudan.

AVRY Louis, tué le le 3 mars 1944 à Lanvaudan.

FERRANT Pierre, tué le 28 avril 1944 à Pluvigner.

MOIZANT Guy tué le 28 avril 1944 à Pluvigner.

Le maquis de Poulmain

Réguigny

LE CAM Onésime, né le 11 octobre 1919 à Moréac. Arrêté par une patrouille de 30 soldats allemands le 8 juin 1944 à Réguigny, Il se trouvait dans la voiture de M. Texier et était porteur d'un révolver. Pendant la fouille de la voiture, il prend la fuite, mais poursuivi par les Allemands, il est abattu par une rafale de mitraillette. ADIV 1015W17.

 

Remungol   

GLAIS Marcel, tué par les Allemands le 5 juin 1944 en tentant de fuir à travers champ. ADIV 1015W17.

 

GLAIS Marcel, tué par les Allemands le 5 juin 1944 en tentant de fuir à travers champ. ADIV 1015W17.

 

Saint-Martin-sur-Oust

Gabriel de Villeborne dit "Vaillant" dans la Résistance. Arrêté par le SD le 20 juillet 1944, il ne parle pas. Exécuté au bois de la Grée Hello en Saint-Martin, son cadavre découvert le 26 avril 1946.

Saint-Pierre Quiberon (Fort de Penthièvre)

Lieu d'exécution de de mémoire (16-23 mai 1944, 13 juillet 1944

Le mémorial des fusillés du fort Penthièvre se dresse à l’entrée de la presqu’île de Quiberon, sur le territoire de la commune de Saint-Pierre Quiberon (Morbihan). Intégré au dispositif du Mur de l’Atlantique, le fort Penthièvre se trouvait dans le périmètre de la poche de Lorient (Morbihan) tenue par la Wehrmacht jusqu’au 7 mai 1945, date de la signature de la capitulation de l’Allemagne nazie à Reims (Marne) et de la reddition à Etel (Morbihan) des troupes allemandes commandées par le général Fahrmbacher. Ce fort où siégeait un tribunal militaire allemand spécial, a servi jusqu’à cette date de lieu de détention et d’exécutions. Soixante dix patriotes y ont été fusillés après condamnation à mort ou exécutés sans jugement.

Suite: LListe sur le Maitron en ligne

 

CHOLLET Claude. Né le 7 juillet 1922 à Rennes (35). à 22 ans

 Il est marié et exerce la profession de mécanicien. Arrêté une première fois en décembre 1943 et interné à la prison de Vitré, il est libéré par un groupe de F.T.P. dirigé par le commandant Pétri. Il rejoint un maquis du Morbihan. Le 9 juin, il tente, avec un groupe de F.T.P. de voler un véhicule allemand dans le garage de la Feldgendarmerie, près des Urbanistes à Fougères. Un groupe de 5 est arrêté dont Guy BELLIS, blessé par balles à la jambe. Claude CHOLLET est arrêté ailleurs au cours d’une action contre les Allemands.  Il a été tué dans le Morbihan avec un autre résistant. Il a été blessé dans une embuscade, son camarade a réussi à s’échapper. Il a été repris et tué. Claude Chollet a été torturé et tué. Les 2 corps ont été pendus avec interdiction de les descendre avant 2 jours.

 

Ces listes sont incomplètes et peuvent comporter des inexactitudes. Les personnes pouvant relever des erreurs ou donner des informations complémentaires sont invitées à le faire savoir. Si vous avez des documents photographiques

Contact de l'administrateur du site