accueil-mdg1.gif (1380 octets)

Paul Lasnier, François Cheminel Robert Gougeon, Auguste Leduc, René Pelé, Gilbert Zoccolini

Combattants et victimes du maquis de Lignières-la-Doucelle (Mayenne)

         

  Pour enrichir la mémoire du passé, nous recherchons des témoignages ou des documents (photographies de résistants et des monuments commémoratifs)  sur cette affaire   write5.gif (312 octets)écrivez-moi: memoiredeguerre35@yahoo.fr

 

 

Des résistants de Fougères sont  tombés sous le feu des fusils allemands, au terme d’une confrontation armée, d’une lutte mortelle entre maquisards, installés dans une ferme, à proximité de bois, en Mayenne et  contingents allemands, très  vite renforcés d’effectifs acheminés sur les lieux.

L’Ille-et-Vilaine comporte peu de maquis; les plus importants  sont  Broualan, situé au nord du département, celui de Vieux-Vy-sur Couesnon et celui de Saint-Marc-sur-Couesnon, tous les deux à proximité de Fougères. Leurs effectifs progressent beaucoup  à partir du 6 juin 1944.  Le débarquement sur les côtes normandes libère les énergies. Aussi n’est-il pas étonnant que le maquis de Lignières comporte au moins une quarantaine de personnes, à la date des affrontements du 13 juin 1944.

Une journée cauchemardesque

Quelques jours seulement après le débarquement, cette journée interminable, cauchemardesque et ce lieu reculé honorent la Résistance, composée de patriotes d’Ille-et-Vilaine, de l’Orne, de la Manche et des gens du pays. Tous contribuent à la libération du territoire qui s’effectue d’une manière graduelle et souvent héroïque. Louis  Pétri, commandant interrégional des FTPF (Francs- Tireurs et Partisans français), Viel, dit « Maxime », chef de l’AS (Armée secrète), de La Ferté-Macé sont à la tête de ce rassemblement. Rave, instituteur à la Baroche, a prévu l’organisation de ce maquis, en relation avec d’autres maquis de la Mayenne, notamment Fougerolles-du-Plessis, la Baroche-Gondoin, Saint-Mars-du-Désert. Des hommes expérimentés, des chefs aguerris et aussi beaucoup de matériel entreposé à la Gérarderie, nom du village où se situe la ferme, exploitée par Gustave Bobot, un résistant du pays. L’armement est déposé  en grande partie chez Gautier à la Baroche-Gondoin.

Le but est très clair: ralentir la progression des convois allemands en marche vers le front de Normandie. L’attaque et la destruction des matériels allemands sont capitales, aux yeux de ces maquisards qui n’ont qu’un seul objectif, la libération du territoire français.

La chronologie est resserrée  sur une journée où chaque épisode  a une énorme importance. D’abord, l’annonce de la présence d’un camion allemand en panne, rempli de treize allemands, encourage  les maquisards à se lancer à l’attaque. Des résistants du groupe FTPF commandés  par Pétri attaque le camion de la Wehrmacht, au lieu-dit « Le Fougeray ».

Le résultat est mitigé, certes cinq Allemands sont tués et trois sont faits prisonniers. Mais les groupes d’assaut, au nombre de deux, manquent de coordination. Le résultat est que deux résistants fougerais sont blessés grièvement : Paul Lasnier et René Pelé (Biographie).

 

 

René Pelé

 

Robert Gougeon

 

Gilbert Zoccolini

 

 

François Cheminel

 

Paul Lasnier

 

Auguste Leduc

Stèle de la Fouchardière avec le nom des patriotes exécutés

Seconde étape:
Les Allemands envoient des renforts, une heure après, des  passagers du camion  ayant réussi à prendre la fuite et à donner l’alerte.
Paul Lasnier de Fougères est arrêté au domicile d’André Catois, fils du maire de Lignières, à la ferme de la Cornière. Le responsable de l’AS est aussi intercepté à la mairie de la commune. Deux résistants d’envergure aux mains des Allemands.

Troisième étape:
 L’alerte donnée, les Allemands envahissent Lignières et déploient leurs troupes, sans doute au nombre de 200 soldats. Daniel Desmeulles, responsable de l’A.S. de l’Orne,  est arrêté, torturé et déporté vers Buchenwald, puis Bergen-Belsen. Paul Lasnier est fusillé dans la soirée, c’est la première victime du pays de Fougères.

Louis Pétri, le commandant du maquis

Quatrième étape:
Les troupes ennemies  investissent Lignières et encerclent le maquis. Alain Le Gac, né à Pleurtuit, âgé de 21 ans, est chargé d’assurer le guet et de défendre la ferme. Avec l’appoint des miliciens, les Allemands sont supérieurs en nombre et en armes. Le combat est inégal et terrible. Des maquisards réussissent à rejoindre la forêt, d’autres restent sur place et réfugiés dans le grenier de la ferme, vont tenir en échec, pour un temps, les Allemands. Parmi ceux-ci, se trouve Louis Pétri. La ferme est incendiée. Trois maquisards prennent la fuite : Louis Pétri, Roland et un domestique. Le commandant Pétri confie, dans ses Confidences, qu’ils furent les seuls survivants de cette journée horrible.

Des camarades de combat de Pétri moururent dans cette journée, vers 23 heures: cinq résistants :

Gustave BOBOT: Le propriétaire de la ferme, Eugène Bobot, né le 5 avril 1883 à Lignières» fut retrouvé dans un champ voisin, où il avait été tué au moment de la bataille alors qu’il se disposait à traire ses vaches.


Rolland BOURGOUIN dit Delattre, ancien prisonnier de la prison de Vitré,

 

 

 

 

 


Pierre JOUAN (Biographie)

 

 

 

 

,
Alain LE GAC

 


Eugène RICHOMME  (Biographie)

 

 

 

 

 

Enfin l’épilogue, vers 23 heures: sept Résistants vont être alignés près du carrefour de La Fouchardière et fusillés, à proximité des camions allemands: Marcel Cottin, agriculteur à la Vacherie et des hommes de Fougères: François Cheminel, Robert Gougeon, Auguste Leduc, René Pelé, Gilbert Zoccolini. Bilan dramatique : 11 maquisards et 22 Allemands dont un officier. Faute de mettre la main sur les autres maquisards, les Allemands incendient, le 16 juin, la maison du maire et l’école publique de Lignières. Sans parler du matériel de guerre et d’imprimerie, arsenal de tout résistant des années 1943-1944 totalement détruit.

Simone Viel, la fille du chef de l’Armée secrète, dit « Maxime », présente sur les lieux, soigne les blessés Allemands et Français. A sa manière, elle apporte une touche  d’humanité dans ce carnage. Elle sera arrêtée, interrogée, puis finalement emmenée à Alençon et déportée.
 

VIEL / PUECH  Simone , dite Simone Verger, née le 28 mai 1920 à St-Calais (72). Déportée de Paris, gare de l’Est le 3 août 1944 vers Sarrebruck (camp de Neue Bremm).(Matricule 51443). Autre lieu de déportation: Ravensbrück, Gartenfeld où elle libérée le 22 avril 1945.  Témoignage

Des résistants fougerais fusillés

Paul LASNIER, blessé, puis sauvagement assassiné, est né à Laignelet le 4 janvier  1925. Il est à l’origine de plusieurs groupes de F.U.J.P. (Forces Unies des Jeunesses Patriotiques et  se trouve aux côtés de ses camarades  contre les garages Opel de Fougères et contre la centrale de Saint-Brice-en-Coglès. Il est proche du chef Guy Bellis et lui succède, après que celui-ci est arrêté à Fougères, le 4 juin 1944.

François CHEMINEL est né  à Ernée (Mayenne)  le 26 novembre 1924. Il est l’un des participants de l’attaque des garages Opel, à Fougères et de la centrale électrique de Saint-Brice-en-Coglès. Il est domicilié au Pâtis, à Laignelet.  

Robert GOUGEON est né à Fougères  le 28 août 1925.  Il participe à de nombreuses actions contre l’ennemi et seconde Pétri dans l'attaque de la prison de Vitré. Domicilié à Rennes, il est champion de boxe de l’olympic ring rennais.

Auguste LEDUC est né à  Fougères  le 9 octobre 1922. Il habite rue Manceau. Il est réfractaire au STO. René Pelé est né  à Fougères le 26 mars 1924. Il habite au 51 rue des Fontaines.  Il est ouvrier  dans une usine de chaussures. Il a rejoint la Résistance dans les F.U.J.P. d’Ille-et-Vilaine. Comme Cheminel, il a participé au coup de force  contre la centrale de Saint-Brice-en-Coglès. 

Gilbert ZOCCOLINI est né en Corse le 5 avril 1924. Il habite boulevard Thiers, à Fougères. Marcel Cottin, né à Ivry-sur-Seine (Val-de-Marne), le 19 février 1898, exploite une ferme à Lignières.

Exception faite de Marcel Cottin, les résistants de Fougères sont très jeunes, beaucoup ont une vingtaine d’années, l’un d’eux, Zoccolini n’a que 19 ans. Ils ont participé ensemble  à de hauts faits de la Résistance en Ille-et-Vilaine et à Fougères. Avant d’être exécutés, certains subissent les tortures des SS. Leurs noms ne devraient pas être  oubliés dans la mémoire collective, car ils ont porté la lutte dans des lieux espacés qui tissent une carte de la Résistance.  

Une commune endeuillée et sinistrée

Maquisards au coude à coude avec des Résistants de l’Ille-et-Vilaine, de l’Orne, de la Manche et de la Mayenne, ils incarnent  une Résistance, à la fois diversifiée et coordonnée, après le débarquement sur les côtes normandes. Ils sont des libérateurs du territoire, à l’image de tous ceux qui freinent ou stoppent la remontée des troupes allemandes.

Leur mémoire est honorée à travers des monuments érigés dans cette commune rurale de la Mayenne: la stèle de La Fouchardière comporte, gravés dans la pierre, les noms des patriotes exécutés. Dans le bourg de la commune, quelques monuments rappellent la Résistance de Lignières. De nos jours, des habitants de la commune  gardent la mémoire des évènements, par le biais d’une exposition qui mériterait d’être davantage connue et exploitée.  

Le monument de Lignères-Orgères

Du maquis de Broualan  (au nord de l’Ille-et-Vilaine) et de Fougères, des hommes ont rejoint des combattants de l’Orne, de la Manche et de la Mayenne, frères d’armes dans un combat impitoyable contre les convois et le matériel allemand. Expérimentés, ils se sont rapprochés dans l’espoir d’accélérer la déroute de l’ennemi. D’horizons géographiques différents et de mouvements de Résistance unis, ces combattants ont écrit une des plus belles pages de cette insoumission.

Bien sûr, peu de temps après, le 7 juillet 1944,  le maquis de Broualan sera envahi par le « Bezen Perrot » et le SD, avec des exécutions immédiates et des fermes incendiées. De même, le maquis de Saint-Marc-sur-Couesnon sera investi, le 25 juillet 1944 par la Milice, qui exécutera quatre Résistants.

Lignières-la-Doucelle, Broualan, Saint-Marc-sur Couesnon, trois hauts-lieux de la Résistance et trois belles pages d’Histoire.

Daniel Heudré et Jean Paul Louvet

 

1 Desmeulles, professeur d'histoire à Alençon, chef départemental de l'A.S. de l’Orne, sera déporté de Pantin, le 15 août 1944 vers Buchenwald. Il décédera le 12 mai 1945 à Bergen-Belsen.

Sources:
 Les crimes de guerre allemands dans la Mayenne: Comité départemental de Libération de la Mayenne. Notice historique établie par R. Bignon.

Documents communiqués par Jacques Garcin, Président de l'Association Départementale "Mémoire de la Résistance.

Printemps et été 1944 à Lignières-la-Doucelle et Orgères-la-Roche. VIie, drames, espoirs et libération. André Robert et Christian Ferrault. Avec la participation de Madeleine Catois et Pierre Tonnelier

 

 

1 -M. Desmeulles, professeur d'histoire à Alençon, chef départemental de l'A.S. de l’Orne, sera déporté de Pantin, le 15 août 1944 vers Buchenwald. Il décédera le 12 mai 1945 à Bergen-Belsen.

 

Autres sites:

http://www.lignieres-orgeres.fr/histoire/guerre_39-45_lignieres.htm

 http://www.lignieres-orgeres.fr/histoire/ouvrages_litteraires.htm
 


Printemps et été 1944 à Lignières la Doucelle et Orgeres la Roche

VIE, DRAMES, ESPOIRS ET LIBERATION

D'André ROBERT et Christian FERAULT

Avec la participation de Madeleine CATOIS et Pierre TONNELLIER

 

 

    accueil-mdg1.gif (1380 octets)                                          Dernière mise à jour: 04/01/2017