Ed:11/04/2016

accueil-mdg1.gif (1380 octets)

André CHAUSSEBLANCHE, un réfractaire de Chauvigné  expert dans les mines                            

 

Pour enrichir la mémoire du passé, je recherche tout témoignage sur les prisonniers de guerre et  sur des faits de Résistance  en Bretagne avec documents   write5.gif (312 octets)

 

Le canton d’Antrain mérite un coup de projecteur sur les actions résistantes. Les cantons de Fougères et de Louvigné-du-Désert s’illustrent par de grandes figures de résistants, tels  Félix Bodénan, Thérèse Pierre, les Lemarié. Sans doute le nom des patriotes d’Antrain est-il moins connu.

Originaire de Chauvigné, Chausseblanche est d’abord un réfractaire au STO. Il est contacté, en 1942, par Jean Porcher et Louis Pétri, à Rennes, boulevard de la Duchesse Anne. Il a 22 ans et travaille au fond de la mine de Vieux-Vy-sur-Couesnon, afin de se soustraire aux convocations pour le STO.  Il  rejoint le groupe FTPF de Bazouges-la-Pérouse.

Outre la distribution de tracts et de journaux anti-allemands, il met à profit ses compétences pour fabriquer des bombes avec des bidons de deux litres et des tapettes à souris et les poser à des endroits stratégiques. Il sabote les panneaux indicateurs en inversant leur orientation.

Ses actions les plus spectaculaires sont de récupérer 750 kg de poudre à la mine de Vieux-Vy-sur-Couesnon et de poser des mines sur les routes afin d’entraver la marche des troupes allemandes allant sur le front de Normandie. En cette année 1944, il est capital et urgent pour les résistants de tout mettre en œuvre pour freiner l’avancée des Allemands.

Avec d’autres, il capture une cinquantaine de prisonniers allemands. Il récupère aussi  des armes anglaises au moulin d’Éverre, à Saint-Marc-sur-Couesnon. Il participe enfin au siège de Rocabey, à Saint-Servan-sur-Mer.

Chausseblanche se déploie sur plusieurs terrains. Comme Pierre Lemarié, granitier, il exploite la poudre afin de fabriquer des bombes. Il concrétise cette résistance armée, efficace et risquée.

A ce nom de Chausseblanche, comment ne pas associer celui d’Edmond Dalifar, de Chauvigné également et lui aussi réfractaire ? Leurs actions sont communes  et permettent de dessiner le visage de la Résistance d’Antrain.

 

Daniel Heudré       

 

haut3.gif (211 octets)