Ed:13/04/2016

accueil-mdg1.gif (1380 octets)

Raymond Hénault ou les attaques des garages Opel de Fougères

 

 

Pour enrichir la mémoire du passé, je recherche tout témoignage sur les prisonniers de guerre et  sur des faits de Résistance  en Bretagne avec documents   write5.gif (312 octets)

 

L’année 1944 est synonyme d’attentats et d’attaques spectaculaires, car tout s’accélère avec l’imminence du débarquement allié et l’exaspération due aux années de guerre, à l’occupation allemande et au contrôle des secteurs importants de l’économie. C’est dans ce contexte qu’il faut resituer l’engagement dans la Résistance de Raymond Hénault, né à Laignelet, le 12  janvier 1926.

Son entrée dans la Résistance de Fougères se fait en mai 1943 et commence par la distribution de tracts et de journaux clandestins avec les membres du groupe Bellis.

Les actions d’éclat visent les pylônes de la ligne à haute tension qui dessert la mine de wolfram de Montbelleux, à Luitré. Cette attaque de mai 1944 frappe un secteur clef d’une usine sous le contrôle allemand.

Le 14 mai 1944, Hénault participe à l’assaut contre les garages Opel de Fougères, la destruction est massive : 34 camions, 11 monteurs d’avion et d’importantes quantités d’essence et d’huile.

Le lendemain, il est blessé grièvement par la Gestapo, conduit à Rennes et incarcéré à la clinique Saint Vincent. Il parvient à s’en échapper, le 15 juin 1944 et rejoint La Bazouge-du-Désert.

Les assauts contre les camions allemands en route sur le front

Son activité de résistant rebondit quand il rejoint les groupes des secteurs de Louvigné-du-Désert et de Fougères. Au mois de juin et de juillet 1944, il participe aux assauts contre les convois allemands remontant sur le front de Normandie, à la fois sur les routes de Fougères, de Louvigné-du-Désert et de Saint-Georges-de-Reintembault. On ne dira jamais assez le travail irremplaçable et stratégique pour la réussite de la libération du territoire.

Il rejoint le groupe de Mellé et participe également aux parachutages de Fougerolles-du-Plessis.

Juste avant l’arrivée des Américains à Fougères le 3 aout 1944, il participe aux opérations de nettoyage de Fougères et de Louvigné, qui ont lieu du 1er au 3 août.

Ainsi se concrétise cette reconquête du territoire, couplée avec le débarquement et l’arrivée des Américains dans les communes de Normandie et de Bretagne.

Raymond Hénault qui s’est engagé dans le 137è Régiment d’Infanterie sera démobilisé le 19 juin 1945, un mois après la capitulation allemande sur le front occidental.

 

Daniel Heudré

haut3.gif (211 octets)